Le combat pour la vérité sur Incinéris

Céline Brisset mène un combat judiciaire et médiatique contre le système Incineris. Le cas d’école de l’incinération est un cas de conscience. Nos amis à quatre pattes ne méritent-t-ils pas à minima des rites funéraires ?
novembre2006_062Entrons de plain pied dans la fournaise. Laska est une belle chienne huskie de 14 ans. Elle est décédée dans la nuit le 19 février 2010 au cabinet de Jean-Pierre L. rue de Bruges à Dijon.

Au frigo

Au petit matin, à 7h’45, le vétérinaire M. Legroux prévient sa maîtresse Céline Brisset. Souhaitant accompagner Laska jusqu’au bout, Céline Brisset a pris un rendez vous avec Incineris pour une incinération individuelle accompagnée. Elle repart avec un rendez-vous pour assister à la crémation à Chevigny à 10 km de Dijon dans la zone industrielle. Le rendez-vous est pris pour le lundi 1er mars à 9hrs Le rendez-vous a été fixé à la date du lundi 1 mars 2010 à 9H00. Incineris devant passer récupérer le corps de Laska chez le docteur Legroux le jeudi 25 février 2010 et recommande Incineris pour « l’incinération du corps ». Le corps de Laska est alors déjà emballé dans un sac noir, mis au congélateur, conformément à la législation en vigueur ce « qui assure la traçabilité du corps » (SIC). Visiblement, dans l’esprit du praticien, il n’y avait pas d’alternatives. Auditionné par le Conseil de l’ordre des vétérinaires, il reconnaît avoir « proposé spontanément (SIC) les services de la CIAF, principale société d’envergure nationale et seule société proposant ses services dans la région dijonnaise. » C’est là que le bât blesse. Il se trouve en effet qu’il y a une offre concurrente à proximité : la Socrepac de Philippe Bussey, crémateur animalier indépendant à Crissey. Peut-on parler alors de compérage, terme du code du commerce  ?

Des corps maltraités, congelés et ratatinés

juin_2007_034
Incineris détient un quasi monopole de l’incinération des animaux en France. La société dirigée par M. Antoine Senecaut est sur un juteux filon des cendres.

Le second temps est une accumulation de bévues. Ces bévues ont été reconnues d’ailleurs au téléphone par M. S gérant d’Incineris. Les collectes des corps sont faites à grandes échelles les lundis et jeudis. Le vétérinaire envoie un fax pour réserver le passage. Une 1ere tournée le 25 février oublie le corps de Laska, arguant d’un « problème technique ». L’incinération se fera donc vendredi  5 mars  à 9H00.  Le vendredi 5 mars 2010 à 8H40, Céline Brisset demande à voir le corps et constate un corps en vrac, contorsionné et à la limite peu présentable. « j’ai été très choqué de la différence entre une communication qui insiste sur les termes de confiance, de respect, de qualité, de fin digne, d’hommage et de se trouver face à une statue de glace contorsionnée. »

Manipulatrice de viande

Elle qualifie la société de « manipulateurs de viande ». Que fait-on de l’obligation de moyen auquel est soumis le vétérinaire praticien qui doit mettre tous les moyens appropriés pour soigner son patient. Cette notion trouve sa source dans l’article 1137 du Code Civil qui évoque l’obligation de « veiller à la conservation de la chose » en lui apportant « tous les soins d’un bon père de famille ?   Les nouveaux textes du Code rural évoquant la sensibilité de l’animal de compagnie ont ils une implication directe dans la crémation ?

Salon des adieux oublié

Lors de l’incinération, Céline Brisset sera laissée dans la salle d’attente lors de l’incinération. Incineris propose de suivre via un canal vidéo. Alors que la plaquette parle d’un salon des adieux, la jeune femme se sentira volée de son deuil. Dans le carton de l’urne, la société dépose un carton qui indique qu’Incineris partage la peine dans ce moment difficile et remerciez de la confiance accordé à la Compagnie. » Une attention maladroite ? Est-ce qu’on peut continuer à considérer les animaux de compagnie comme des animaux de traite après le vote de la loi qui reconnait une sensibilité à l’animal ? Dès lors n’est-il pas moralement souhaitable de proposer une cérémonie du souvenir ou un rite funéraire?

Le Bien public rare quotidien à oser souligner la gène lors d’une visite des installations

Catherine Vachon, journaliste du Bien public laisse deviner dans l’édition du 11 septembre de « la gêne et de la méfiance partagées lors de la visite des installations ». La journaliste relève la colère de Philippe Bussey, crémateur animalier indépendant de la Socrepac à crissey et dévoile en contrepoint les chiffres du business. Amélie Douay dans l’émission « Ca ne manque pas d’air » sur France 3 Bourgogne Franche-Comté n’entre pas dans la polémique. L’animatrice joue la perplexité, et la proximité du « sur-mesure »

Brigitte bardot alertéePC140001

Céline Brisset veut secouer l’opinion publique. Elle inonde les forums de mise en garde sous le pseudo Kalaska. Elle n’hésite pas à interpeller les médias, et les personnes en vue. Elle est intimement convaincue du compérage. Elle veut le démontrer par des preuves de « bluffs téléphoniques ». Persuadée qu’elle est d’avoir à faire à du compérage organisé ! « Ce sont des pièces révélatrices » explique t-elle en commentant un bluff téléphonique. Nous nous sommes un peu mobilisés entre victimes et nous essayons d’agir mais ce n’est pas facile. Les associations refusent probablement de se mobiliser par crainte de se mettre les vétérinaires à dos. Céline Brisset a écrit récemment à Michel Drucker, à Brigitte Bardot, à Allain Bougrain Dubourd. Ils ont été destinataires de tout un dossier. « J’ai envoyé également le même dossier à l’antenne de TF1 locale de Dijon ».


« J’aime les animaux morts  » (STUPEFLIP)

Incineris a été créée en 1995. C’est une marque de la Compagnie des vétérinaires. Aujourd’hui aux termes de 20 ans de développement, elle est en situation de quasi-monopole.

Incineris : le paradis des animaux from Pourparlers on Vimeo.

Le tour de table des actionnaires est bien verrouillé : Coveto (coopérative centrale d’achat vétérinaire), un laboratoire et 950 vétérinaires sont les actionnaires d’Incinéris. En 20 ans, cette société dirigée par Antoine Senecaut a prospéré jusqu’à avoir 12 implantations en France. En 20 ans, elle a arasé les centres indépendants.En Côte-d’Or, pratiquement toutes les incinérations sont effectuées par la société Incinéris basée à Chevigny-SaintSauveur.

Un placement funéraire rentable.

Très chères cendres. Le prospectus n’affiche pas de chiffres du coût du service, renvoyant à une convention postérieure ces questions a priori « bien accessoires. » Après enquête, un premier devis nous est donné : coût de la facture pour un service bas de gamme : 250 € pour une crémation individuelle, 70€ pour une collective. La formule est triple : incinération individuelle, collective ou accompagnée, la Rolls-Royce des « prestas ». Les familles peuvent être présentes et à l’issue de l’opération, de la « célébration », les cendres seront remises aux familles ou transmises par les bons soins du vétérinaire. Pilou peut être incinéré et ses cendres recueillies dans une belle urne déposée sur la cheminée. Parfois des sacs de cendres se mélangent, mais là encore la filière tend à se professionnaliser d’un point de vue d’une éthique du service. Selon nos informations, Château-Gaillard incinérerait 12 000 tonnes de corps par an. Avec une moyenne de 20 kilos par animal de compagnie et une prestation plancher à 70€, le calcul du CA peut donner le vertige, et la mesure d’un marché forcément captif et en expansion.Aujourd’hui elle procède à 500 000 crémations annuelles. Son  CA est important. Il a triplé en 5 ans de 2000 à 2005 pour atteindre 50 000 € et une rentabilité économique de plus de 10% Alors quel est cette société qui engrange de tels chiffres et résultats ? Quelle est sa potion magique ? Comment expliquer cette progression ? Que se cache-t-il  derrière les belles images et promesses ?

Incineris, les pros de l’incinération d’animaux

La compagnie Incineris est gérante du columbarium de Château-Gaillard dans l’Ain, près de Bourg-en-Bresse. Elle réalise l’opération, se chargeant même de récupérer le corps chez le vétérinaire. La société a neuf succursales implantées dans toute la France et jusqu’aux Pays-Bas. Incineris est une marque déposée de « La Compagnie des Vétérinaires »,  société immatriculée dans le Nord. Le service d’Incineris a tous les labels et certifications possibles. Gérard Moitran, un des gérants de site invité à s’expliquer sur le professionnalisme de son activité explique son parcours du combattant dans le bulletin de la communauté de communes de Josselin. La société bénéficie de l’estampille du référencement sur le site et dans les publications de 30 Millions d’amis. Une imprimatur et un gage de confiance !

Jean-Pierre Jusselme


L’œil de l’expert

Par une lettre 07 mars 2011, le docteur Gérard Vignault, président du Conseil régional de Bourgogne de l’ordre des vétérinaires, attire l’attention de Michel Baussier, président du Conseil Supérieur de l’Ordre des vétérinaires sur trois points :

Gérard VIGNAULT1 le flou des conventions et de la facturation « Le vétérinaire Legroux ne m’a pas informée qu’il était client de la CIAF et qu’il reversait de l’argent à cette compagnie d’incinération. Le vétérinaire ne m’a pas dit qu’il percevait de l’argent sur la totalité des frais de l’incinération. » explique Céline Brisset « Les conventions d’incinération ne sont pas assez précises sur les responsabilités, les droits et devoirs de chacun. » explique le président de l’Ordre régional qui regrette le système de facturation unique.   « Le système actuel consiste en un encaissement d’un prix global par le vétérinaire comprenant sa prestation et celle de la CIAF ». Le praticien précise :

« Pour l’image de la profession, je préférerais que les services rendus par le vétérinaire (formalités, signature de la convention, mise au frigo dans l’attente du camion, mise en housse), puissent être facturés par le praticien (de 30 € à 70 €, selon les vétérinaires) et que l’incinération soit facturée par la société qui gère cela. Il y aurait davantage de transparence (…).

2/L’obligation de dignité : « L’obligation de présentation du cadavre n’est pas honoré » regrette le Docteur Vignault. Comme le souligne les déconvenues vécues par Céline Brisset, le salon des adieux, des soins thanatopraxies sont une case largement ignorée par le système. Là encore, la loi comme la déontologie, sont d’un silence de plomb. Le Conseil de l’ordre en Appel soutient «qu’il n’ a pas à répondre disciplinairement des agissements imputés à un prestataire de services intervenu ultérieurement ».

3/ Le docteur Vignault regrette que « La caution vétérinaire soit mise en avant dans ses dépliants par la CIAF au mépris des règles de la concurrence. » Là, c’est le système dans sa globalité qui est critiquable. La CIAF regroupe des vétérinaires. Le soupçon de compérages n’est jamais loin. Dans la réalité, mais aussi dans les pratiques. Par omission. « Le vétérinaire Legroux m’a orienté exclusivement vers la CIAF (Incinéris – Compagnie des vétérinaires), J’ai réglé la totalité des frais pour l’incinération au vétérinaire Legroux. »explique Céline Brisset.


Soutenez nous !


Francoise Jacquemin
Francoise Jacquemin, Présidente de Pourparlers

Vous êtes nombreux depuis 3 années  à lire les deux pages d’enquêtes consacrées à Incineris et à la filière d’incinération animale.  Les deux sujets ont rassemblés plus de 15 000 visiteurs uniques avec un taux de rebond intéressant ( des lecteurs intéressés qui lisent jusqu’au bout l’article). Le sujet passionne. Il a été repris dans les forums. Il suscite sur notre site un trafic constant avec beaucoup de questions et d’inquiétudes. Notre équipe a été contactée par une équipe d’enquêtes de la TV. Malgré des pressions de la société concernée, notre rédaction souhaite compléter ce dossier en réalisant une carte de France des incinérateurs indépendants et un annuaire des professionnels indépendants.  C’est le souhait de nombreux particuliers de recevoir des recommandation. Alors, si vous partagez notre combat pour la vérité, soutenez nous. Merci !  

Choix 1

animal1En adhérant (15€) comme particulier ( fiche d’adhésion ci-dessous) Chèques à l’ordre de : Pourparlers 17 rue Clovis Hugues 42000 Saint-Etienne

Choix 2

Si vous êtes un professionnel indépendant de l’incinération, n’hésitez pas à nous contacter sur  pourparlers.info@gmail.com

Nous pouvons pour une adhésion partenaire ( tarif associatif), vous proposer

inscription sur une carte de France de votre établissement

-la réalisation d’un annuaire dans les deux articles avec rappel des coordonnées et d’un texte court décrivant leur activité.

-Un slide dans les deux articles avec une photo, coordonnées et petit pitch.

Pourparlers est son troisième enfant numérique. Après une webradio éphémère, « Radio Libertés », et une régie mulitmédia « CPC 3.00 », l’heureux papa est ravi de partager la venue au monde de www.pourparlers.eu. Ce dernier venu entre sur la Toile et fait ses 1eres dents. Il passe déjà en mode « rebelle ». A suivre…
  • Article By :
    Pourparlers est son troisième enfant numérique. Après une webradio éphémère, "Radio Libertés", et une régie mulitmédia "CPC 3.00", l'heureux papa est ravi de partager la venue au monde de www.pourparlers.eu. Ce dernier venu entre sur la Toile et fait ses 1eres dents. Il passe déjà en mode "rebelle". A suivre...

Laisser un commentaire