Paroles de campagne des Municipales de Saint-Etienne (42)

Apaisement ! Apaisement ! Apaisement ! C’était le mot fétiche de la campagne des Municipales de Saint-Etienne  En revanche, la campagne a été émaillée de tensions : altercation entre Lionel Boucher (Modem) et un passant, prise à partie par un dompteur de Gilles Rossary Lenglet  venu manifester contre l’exploitation animale,  garde à vue pour le candidat FN de Saint Chamond,  débat à mots d’oiseaux dans le train d’Europe 1, Gabriel de Peyrecave traitant Maurice Vincent « d’empereur des kebabs ».  Loin de l’apaisement….

Le train de campagne de Maurice Vincent aura été sénatorial.  Avec Pierre Fayol Noireterre, directeur de campagne et Michel Royon, mandataire financier, ils déroulent lors des réunions de quartier leur bilan des 200 propositions faites en 2008 et présentent les réalisations emblématiques en insistant sur la rigueur de gestion des dossiers. L’attitude est gestionnaire, économe, petit braquet sur l’économie et l’emploi. A quelques jours du 1er tour, l’équipe note la campagne de Gael Perdriau. gael perdriau Les 300 dans la bataille des Municipales stéphanoises

Et la note est mauvaise :

Voir le PDF du communiqué de presse.Maurice Vincent 1
Gael  Perdriau en stratège fait une OPA sur l’ambition pour la Ville, calant Maurice Vincent par un jeu de  rôle dans celui d’un bel endormi -effet propositions ! _ assez loin des vrais gens » ( effet Face book)  et du monde économique (effet comités de soutien).

Là où Maurice Vincent mènera une campagne de sénateur, Gael Perdriau, jeune chien fou de la politique locale, brûlera toutes les étapes, avec une campagne de pognes serrées, de propositions tout azimuts, de meetings avec têtes d’affiches et de réseaux sociaux, actifs, voir hyper-actifs. Pour les abonnés au comptes Gael, on vivra au coude à coude avec lui sa campagne par procuration :  réveil à 6h30 avec un footing, coucher à 24h30 avec une réunion de quartiers. Impossible de manquer l’agenda du prétendant. Dans cette ultime ligne droite, les jeux sont loin d’être faits. Piquée d’anecdotes, d’altercations, elle dessine en creux les visages psycho des deux protagonistes principaux. Sans doute, une des clefs de cette campagne : l’équation personnelle d’un homme et d’une Ville !

Zoom sur deux questions :

Pourparlers est très attentif aux questions de la démocratie locale et de la place des associations, levier du vivre ensemble et vecteurs de l’économie sociale et solidaire.

Gael Perdriau veut des assises de la démocratie locale

Quel bilan pour les conseils de quartier ?  L’équipe a développé  les conseils de quartier Aux termes du mandat, si certains ont bien fonctionnés, tout le monde s’accorde à noter un « essoufflements en partie due à des  ordres du jour à revoir ». L’équipe de Gael Perdriau veut revoir dans les périmètres pour les  ajuster aux bassins de vie des stéphanois et les ordres du jours : militants préparés entre personnes de la mairie « On propose de remettre a plat le système en organisant des Assises de la démocratie locale pour remettre le citoyen  au cœur du dispositif.

Perdriau et les conseils de quartiers by Pourparlers on Mixcloud

Et la vie associative ? …Maurice Vincent 2

L’équipe a beaucoup donné aux associationsparfois au risque d’un saupoudrage assumé par l’équipe sortante :  »Chaque projet est justifié. Oui, des personnes qui se réunissent pour jouer à la belote, c’est aussi du vivre-ensemble » explique l’élu lors d’une réunion de  quartier Jacquard. A  Côte chaude, sur l’encouragement des bénévoles et notamment des cadres dirigeants, le Maire promet des invitations aux spectacles culturels et renvoie a la création du Conseil consultatif de la Vie associative suivi par André Dancert. Il peut aller jusqu’ à nous faire des propositions de concède Maurice Vincent lors d’une réunion de quartier à Jacquard.  Gael Perdriau veut aller plus loin.

La grille d’analyse de Pourparlers

Pourparlers a suivi la campagne municipal avec sa propre grille d’analyse transversale autour de cinq thèmes : l’attractivité de la Ville, le bien être, la Ville intelligente, la cohésion sociale et urbaine, les relations avec sa périphérie, la gouvernance, les valeurs et la symbolique.Démographies, territoire en transition, mixité sociale, avenirs métropolitains, attractivité : les stéphaIl aura manquénois veulent savoir ! ce soir le ton de la connivence fait tout passer à l’avenant, sans coups férirs.   Pendant le lancement le compte de MV reprend ses grands points, ses axes de campagnes.

 

combatLa Ville intelligente : Quand on parle de Ville intelligente, on parle de ville connectée, de smart cit comme l’est le Grand Lyon,mais aussi d’un territoire d’innovations, bien identifié dans des réseaux et donc capables d’accueillir des projets et des investissements. Là dessus, les pôles les plus clairement identifiés comme le Pôle mécanique, les traitements de surfaces, le pôle santé. Dans l’esprit d’une économie du Design dans la Ville, quant est-il par exemple des projets de devenir un « bancs d’essais » pour tester des produits industriels ? Le mobilier urbain est-il si en rapport en lien avec l’identité affichée de Ville Unesco ? Ikea ne pourrait-il pas prendre une part plus active dans la promotion des designers locaux?

Bien être. Quand on parle du bien être, on parle de critères éminemment subjectifs. Traditionnellement, deux news magazine on fait de ces classements leur hits : l’Express et le Point. On peut aligner des critères très disparates. Selon sa position sociale on sera comme actif sensible au comme le faible taux de chômage, le revenu moyen, les infrastructures, le dynamisme économique, mais si on est assuré de son emploi ou retraité, on risque d’ être plus sensible à des critères plus résidentiels comme la qualité de l’air, les commerces, la diversité des services. S’il est une catégorie de personnes qui ont bien bénéficié d’un réel effort à Saint-Etienne est sans doute une ville qui a beaucoup fait pour les personnes à mobilité réduite comme le souligne un récent classement.

L’attractivité de la Ville. Maurice Vincent s’appuie sur les ambassadeurs.  Pour sa renommée, la ville peut s’appuyer sur plusieurs piliers  : les grandes écoles et l’Université, les organismes de représentation du monde économique, la Cité du Design, la Comédie et l’Opéra Théâtre l ’ASSE et son écosystème, le sport et la culture. Questions. Quel accueil du Tour de France ? Quelle préparation pour l’Euro 2016 ? Quelle stratégie et quels freins pour l’accueil de Congrès à Saint-Etienne ?

maurice vincent 300x199 Saint Etienne, lenjeu du bien vivreLa cohésion sociale et urbaine. . La Ville est en mutations. Il y a deux visages de la Ville, celle de chantiers et celle des quartiers. La politique de la Ville est en refonte avec la création des Quartiers prioritaires et l’amalgame des actions des CUCS ( volet social) et des crédits ANRU (renovations). Depuis sa création par Borloo en 2002 pour « sanctuariser les crédits de politique de la ville », les Quartiers sud est étaient bénéficiaires de larges enveloppes de l’Anru (logements sociaux, lutte contre habitat indigne et des espaces et équipements publics). Des équipements comme le Foyer clair vivre sur le Cret de Roch et la pépinière de Montreynaud en ont bénéficies. En parallèle, il y avait les soutiens à la vie associative. Vu la paupérisation de la Ville, faut-il définir de nouveaux périmètres d’actions ? Quelle place faut-il laisser aux investisseurs privés notamment immobiliers ? Quelle emprise de l’EPASE sur le foncier ? Projet d’éco quartier. Où en est t-on ?

 La gouvernance. Pour le collectif Roosevelt, c’est la pierre angulaire des élections. champs de la démocratie participative, initiatives citoyennes,  des sondages, de l’autorité, du dialogue social. Peut-on espérer passer d’une démocratie locale représentative à une démocratie locale plus délibérative ?

Les valeurs. C’est le champ du langage, des symboles….

La querelle démographique

Gael Perdriau veut une ville de 200 000 habitants en 2030 Sans cette érosion démographique, la question ne se poserait peut etre pas. Denver est dans les esprits. A écouter le discours ci-dessous, on serait tenté de penser que le maire actuel s’accommode de la situation.  Il analyse longuement les raisons sociologiques, historiques mais au moment des propositions, le jeu est court.

Saint Etienne, le désert ? by Pourparlers on Mixcloud

Pour le candidat Gael, la situation est claire : si on cumule  perte de population et paupérisation on arrive à un scénario catastrophe !

« Avec une ville où  50% de la population paie des impôts pour venir en solidarité aux autres, on a une ville centre exsangue. . On dirait bien que les élus se sont accommodés du déclin. Michel Thiollière avait lui-même reconnu qu’il était préférable de bien vivre dans une ville de 100 000 hs plutôt que mal que dans une de 200 000 hs. On a perdu moins vite 8000 hs pas de quoi se réjouir  Nous avons un objectif révolutionnaire ! Inverser la tendance du déclin. »

Et les étudiants ?

Il faut fixer   les étudiants de l’enseignement supérieur . Or aux termes de leurs cursus, 70% quittent la ville !  On propose de développer le travail  en temps partagé et le parrainage des jeunes diplômés par les chefs d’entreprise.

Et comme les jeunes doivent être visibles dans la Ville, Gael Perdriau propose la mise en place d’un Noctambus du jeudi au samedi soir pour les raccompagner dans leurs résidences après la Fête ou la sortie.

Gael Perdriau : une ville apaisee by Pourparlers on Mixcloud

La sécurité : Où il est question de caméras

Juré craché : le laxisme n’est pas de mise. Dès les 1ers jours de son entrée en lice, Maurice Vincent affiche sa sévérité, rappelant sa détermination à La lutte contre tous les occupations illégales et le Dispositif « présence de nuit ». Il rappelle les « 500 verbalisations pour crottes canines ». Les caméras de surveillance de 3eme génération sont commandées. Soit !

gael de peyrecave 300x158 Saint Etienne, lenjeu du bien vivreGabriel de Peyrecave Creation graphique Justine Couchon

Un point de fixation  : les jeunes de la place jean jaurès :

« Quand on sort du parking Jaures, la 1ere impression est délétère : des jeunes avinés qui haranguent les passants, voir même des combats de chiens »explique Gael Perdriau. Les jeunes squateurs de la place jean jaures auront sans doute sentis leurs oreilles sonner durant cette campagne. Maurice Vincent les voit de son bureau de l’Hôtel de Ville. « Ils sont suivis par le centre Rimbaud pour leurs addictions. J’ai édicté des arrêtés pour interdire consommation d’alcool après 22h00. Mais ils nécessitent une prise en charge médicale et sociale ». Voici sa réponse :

 

Les jeunes de la place jean jaures : quelles solutions ? by Pourparlers on Mixcloud

Les caméras de surveillance sont-elles en panne ? La charge de Gael Perdriau.

Perdriau et les cameras de surveillance by Pourparlers on Mixcloud

 

La question des déchets

Pourparlers a déjà traité le sujet et prochainement ouvrira une enquête sur le sujet conduite par Léo Sauzet. Maurice Vincent est intarissable sur  les cartons : Maurice vincent et les déchets by Pourparlers on Mixcloud

Le challenger : sanisettes gratuites

Salubrité, le candidat UMP/UDI y met un point d’honneur : des corbeilles vidées et des sacs à déjection canines généralisés. Et le retour de la sanisette avec des wc publics gratuits sur les places des marchés ! »Sur la sécurité, Gael Perdriau se montre sévère, notamment sur un climat général qui n’aide pas à rendre la Ville plus agréable à vivre.

Surenchères culturelles 

Maurice Vincent ami des arts et de la culture ? Sous son mandat, la culture a vu son budget sanctuarisé.  La mandature a porté trois projets phares : la rénovation des locaux de la Comédie (école et le centre dramatique national) déménagé à proximité du Fil (parc François-Mitterrand) et déménagement de la salle Jeanne d’arc sur les lieux, l’agrandissement du musée d’Art moderne via l’ouverture d’une annexe à la Cité du Design, la rénovation du musée de la Mine, classé monument historique en 2011 dans le cadre du projet Couriot. L’équipe dresse un bilan de fréquentation élogieux : hausse de la fréquentation de la comédie (23%), de l’Opéra Théâtre (25%), du Fil (12%). Aucun chiffre ni perspectives sur des Festivals comme les Arts Burlesques, Bô Mélange ou le Festival des 7 collines. Gael Perdriau enfonce le clou : Pour l’écouter :

Gael Perdriau pour une filière musicale

« Les équipements sont suffisants. Mais il manque une capacité à faire travailler ensemble. Regardez la musique : on a à Saint-Etienne une véritable filière autour de la musique : le Fil, le Conservatoire Massenet, 150 groupes émergents et un studio privé. Toulouse est vue comme la Mecque des musiques actuelles, alors que Saint-Etienne a beaucoup plus d’atouts. «

Alors que Gael Perdriau rêve d’un Vulcania stéphanois, Olivier Longeon pour un tourisme patrimonial :

Olivier Longeon (EELV) et le patrimoine by Pourparlers on Mixcloud

La voirie où il est question de nids de poules :

« On n’a pas eu de chance : l’entreprise chargée de la réfection a été mise en liquidation. » Autre analyse pour Gael Perdriau « Les délais d’intervention sont trop longs. Les camions viennent de Chasse sur rhone et attendent des nids de poules pour intervenir ».

La réponse de Maurice Vincent :Nids de poules et dechets by pourparlers
Trouée vertes

Les troués vertes via les places et les nouveaux espaces de déambulations comme le Valfuret, Plaine Achille, Carnot et le jardin du musée d’Art et d’Industrie sont visibles dans la Ville. Certes, la mise en place de Veliv et de l’autopartage sont comme des infrastructures, reste à devenir des usages sociaux.  La mise en place de Vélivert, en juin 2010, vélos en libre-service, a aussi contribué à faire de la ville des Verts une ville du 21eme siècle. « Ce n’est qu’un premier geste, précise Olivier Longeon, tête de liste Europe Ecologie-les Verts aux élections municipales de 2008. Il manque encore un vrai réseau de pistes cyclables. ». La commune compte environ 60 kilomètres de voies aménagées. On est loin des 300 kilomètres recensés, par exemple, à Amiens, ville de taille comparable…

combat 300x212 Saint Etienne, lenjeu du bien vivre

Et l’opération « coeur de ville »

En 2010, l’opération coeur de Ville,  vaste plateau piéton, censé rendre le centre-ville plus agréable et plus attractif, faisait couler beaucoup d’encre. Les travaux des places Dorian et de l’Hôtel de ville ont alimenté la polémique. Fragilisation des commerces, pas de porte fermés, nuisances, découragements des grosses enseignes à s’installer. Sur cette politique, MV a  été accusé d’appliqué une politique systématique de bannissement de la voiture en centre ville ? « Il faut que l’on raisonne comme dans toutes les autres grandes villes » explique Maurice Vincent dans une réunion de quartier du centre ville. En clair, il faut que les usagers garent sa voiture dans un des parkings souterrains et se balader, flâner dans les commerces. Le maire reconnait que les habitudes sont lentes à installer, et que les parkings construits sont loin d’être remplis.
L’incurie des transports ?

 

Olivier Longeon (EELV) une autre reflexion sur les transports en communs by Pourparlers on Mixcloud

Gael Perdraia accuse le plan de piétonnisation d’avoir été mené à l’envers. Concrétement,  d’avoir stoppé la fluidité de circulation d’est en ouest, d’avoir négligé la signalisation et le fléchage du boulevard urbain et d’avoir multiplié des feux rouges pas coordonnés. Gael Perdriau et les transports

Maurice Vincent émet l’idée de changer le parc des tramways avec la généralisation des bus hybrides, tout en appliquant une réduction de l’abonnement de base à 10 euros pour les familles les plus modestes. Il refuse de construire une troisième ligne de tramway compte tenu de son coût prohibitif pour les finances communales (150 millions d’euros).Pour le candidat UMP,  cette politique idéologique n’a pas été contrebalancé par une  approche pragmatique des transports en commun  Le candidat UMP/UDI souligne des horaires des trams de Chateaucreux en dépit du bon sens « Ils partent 5 minutes avant l’arrivée du TGV de Paris tout comme les bus partent avant la fin des classes en collèges et lycées. On a 24 tarifs différents de transports en communs. Il s’agit de simplifier : on propose 10 voyages à 10 euros et la poursuite d’une 3eme ligne de  tramway. »

Enregistrer

Enregistrer

Pourparlers est son troisième enfant numérique. Après une webradio éphémère, "Radio Libertés", et une régie mulitmédia "CPC 3.00", l'heureux papa est ravi de partager la venue au monde de www.pourparlers.eu. Ce dernier venu entre sur la Toile et fait ses 1eres dents. Il passe déjà en mode "rebelle". A suivre...
  • Pourparlers est son troisième enfant numérique. Après une webradio éphémère, "Radio Libertés", et une régie mulitmédia "CPC 3.00", l'heureux papa est ravi de partager la venue au monde de www.pourparlers.eu. Ce dernier venu entre sur la Toile et fait ses 1eres dents. Il passe déjà en mode "rebelle". A suivre...

Laisser un commentaire