Philippe est Jamet content

Philippe Jamet a été élu en 2014 à la tête de la Conférence des grandes écoles qui réunit 200 établissements.

Philippe Jamet, professeur de l’Institut Mines-Télécom et directeur de l’École nationale supérieure des mines de Saint-Etienne, a succèdé pour un mandat de deux ans à Pierre Tapie à la présidence de la Conférence des grandes écoles (CGE). Une nouvelle mission pour ce Breton d’origine, déjà à la tête de la commission développement durable de l’association et qui entend poursuivre dans la continuité de son prédécesseur, « en particulier sur la question de l’organisation de l’enseignement supérieur ». Il prend « très à coeur la mission de syndicat professionnel de la CGE, au service de la promotion des écoles, qui constituent en quelque sorte les PME de l’enseignement supérieur, et à ce titre, une composante essentielle de l’économie de la croissance et de la création de valeur ».

Une occsion ratée avec l’ENISE from Pourparlers on Vimeo.

L’échec d’un « projet d’alliance de l’ingénierie stéphanoise » : c’est en ces termes que réagit Philippe Jamet, directeur de l’Ecole nationale supérieure des Mines, pour qualifier le choix du conseil d’administration de l’École nationale d’ingénieurs de Saint-Étienne (Enise). Ce dernier a en effet exprimé sa volonté de coopération avec l’École centrale de Lyon. « Ce n’est pas une bonne nouvelle pour le territoire stéphanois », poursuit le directeur des Mines qui aurait vu d’un bon œil une alliance avec l’Enise. Et de détailler : « Ce projet constituait un compromis gagnant entre une ambition nationale, l’attractivité de la métropole de Saint-Étienne et le développement de politiques universitaires de site cohérentes. »

 Grandes écoles sont des écoles du redressement productif from Pourparlers on Vimeo.

Vous êtes critique à l’égard de la loi Fioraso. Qu’est-ce que vous lui reprochez ?

La loi Fioraso n’a pas de volet de programmation et de finances. Les PRESS se transforme en Communautés d’Université et d’Etablissement. Le projet mise sur les sites universitaires avec l’objectif de visibilité a l’international. Il s’agit de ne pas se priver des autres outils de l’économie de la connaissance. Le système français est souvent pointé du doigt et désigné comme une anomalie, mais être une anomalie est un moyen de déjouer la concurrence.

Un signal prix vers les étudiants étrangers from Pourparlers on Vimeo.

Je ne partage pas l’idée selon laquelle il faudrait tout rassembler autour de grandes universités. Si nous voulons être de puissants compétiteurs, les petites institutions de l’enseignement supérieur ont aussi leur rôle à jouer. Nos grandes écoles et classes prépas ne sont pas une anomalie mais un élément de compétitivité pour la France. Nous sommes un peu des PME et des acteurs des territoires.

La double inscription pour les élèves de prépas est une erreur. La loi prévoit une double inscription pour les étudiants des classes « prépas ». Les lycées auront une prime, car ils vont comptabiliser les étudiants des classes prépas sans en avoir la charge. C’est du racket. Nous nous réjouissons du droit à délivrer des enseignements en anglais. Nous souhaitons aller plus loin en autorisant aux Conseils d’Administration des établissements de décider librement des frais de scolarité des étudiants non européens. Il y a là un enjeu, à 10 ans, qui représente un  potentiel de développement économique pour l’ESR français l’ordre de 5 milliards d’euros par an, payé en devises étrangères. La France est-elle si riche qu’elle se prive de cela ?

« Les grandes écoles sont des écoles du redressement productif »

Quelque 218 écoles sont aujourd’hui rassemblées au sein de la CGE, parmi lesquelles le Cnam, l’Edhec, le Celsa, ainsi qu’une douzaine d’établissements étrangers. L’international sera d’ailleurs une des priorités de Philippe Jamet, qui fut de 2004 à 2008 attaché pour la science et la technologie auprès de l’ambassade de France pour les États-Unis. Il souhaite favoriser le rapprochement de la CGE et d’organisations homologues à l’étranger pour le partage d’expérience, et la réalisation d’études et de travaux en commun.

.
L’amélioration de l’organisation de la structure sur le territoire national sera aussi un dossier sur lequel cet ancien ingénieur d’exploitation à la Compagnie générale des eaux se penchera rapidement, pour une meilleure complémentarité entre le niveau régional et national. Passionné depuis longtemps par les questions de développement durable, Philippe Jamet est l’un des fondateurs de l’Institut supérieur en ingénierie et gestion de l’environnement, qu’il a dirigé pendant dix ans. Aujourd’hui, les réflexions de ce visionnaire vont au-delà du système des grandes écoles puisqu’il s’interroge aussi sur la manière dont le système éducatif français pourrait se réformer dans son ensemble, afin de « développer très en amont des pratiques qui incitent à devenir entrepreneur  »

Dans la 21e édition de son enquête publiée le 18 juin 2013, la CGE (Conférence des grandes écoles) note un léger fléchissement des résultats Grandes écoles, les jeunes diplômés moins bien payés. Qu’est-ce que vous en pensez ?


le 21 eme classement sortie d’écoles from Pourparlers on Vimeo.

Enregistrer

Photo du profil de Jean-Pierre Jusselme
Pourparlers est son troisième enfant numérique. Après une webradio éphémère, « Radio Libertés », et une régie mulitmédia « CPC 3.00 », l’heureux papa est ravi de partager la venue au monde de www.pourparlers.eu. Ce dernier venu entre sur la Toile et fait ses 1eres dents. Il passe déjà en mode « rebelle ». A suivre…
  • Photo du profil de Jean-Pierre Jusselme
    Article By :
    Pourparlers est son troisième enfant numérique. Après une webradio éphémère, "Radio Libertés", et une régie mulitmédia "CPC 3.00", l'heureux papa est ravi de partager la venue au monde de www.pourparlers.eu. Ce dernier venu entre sur la Toile et fait ses 1eres dents. Il passe déjà en mode "rebelle". A suivre...

Laisser un commentaire