Enjeux des Régionales : Le bénévolat c’est du développement durable

Faisons de la politique fiction. Nous sommes le 14 Février 2016. Un désastre majeur s’abat sur la France. « La France, en état de thrombose » titre le Figaro. Ce n’est pas la grève des « grands soirs ».  C’est pire. Les « bénévoles » cessent leurs activités !

Pas le blocus des agents de la RATP ou des chauffeurs routiers. Ce 14 février 2016, ce sont les quatorze millions de bénévoles qui « démissionnent » collectivement. Les entraineurs raccrochent leurs crampons. Les compagnons d’infortunes à Emmaüs, Sos suicide, Enfance et partage ferment les écoutilles du coeur. Les MJC, les centres sociaux mettent la clef sous la porte. Les élections, comme au 19ème siècle, redeviennent l’affaire des « notables ». Ce 14 Février 2016, c’est l’Armageddon du lien social, le tsunami du quotidien : la France perd son coeur, son cerveau et ses poumons. Tableau apocalyptique ? Politique fiction ou « trend » de notre démocratie de troisième génération ?

Depuis les années 2000, la pente est glissante pour les associations. Toutes le disent : les bénévoles ne sont plus légions. Pourquoi ? Contraintes économiques pour les uns, surcharges des emplois du temps pour les autres. Malgré toutes les incitations fiscales, le modèle du bénévolat, citoyen et solidaire, a du plomb dans l’aile. Et c’est plus que dommage, c’est une perte. Tremplin d’insertion pour les jeunes, vecteur de maintien du lien pour les seniors, le bénévolat n’est pas qu’un loisir ! Activité constructive pour la personne, le bénévolat, c’est du développement durable pour la stimulation des projets économiques : gardes d’enfant, accueil et socialisation des adolescents, accompagnement des chômeurs mais aussi des projets économiques, solidarité internationale…

Quelques incitations en direction des « jeunes » et des « salariés » existent pourtant. Depuis le 1er mai 2009, le Passeport Bénévole en direction des jeunes est disponible. Reconnu, par l’AFPA, l’ANPE, le Ministère de l’Education Nationale, par les collectivités territoriales et les services de l’emploi, il permet aux jeunes de faire valoir professionnellement une expérience. Dans le cadre du mécénat, les entreprises peuvent choisir  » la mise à disposition de personnel » pour du bénévolat (avec réduction d’impôt à la clef).

Ne pourrait on pas proposer  la création d’un authentique « statut du bénévole » ?  Ces actes de « solidarité » sont aujourd’hui des actes gratuits. C’est sans aucun doute une erreur économique et une faute éthique. Ils participent en effet de la création de la richesse. En donnant droit à des points de validation pour la retraite, cette réforme reconnaitrait cet état de fait, permettrait d’en mesurer les contours économico-sociaux et peut-être aussi de créer une émulation créative de « valeur sociale », et donc aussi indirectement de richesse set de valeur ajoutée.

La charité et la solidarité sont inventives. Des champs importants sont encore en jachère. ce sont aussi les bases d’un service civique. Que va faire la Région Auvergne –couleur Ps ou couleur UMP- pour honorer les dimensions économiques et éthiques du bénévolat ?

 

Jean-Pierre Jusselme.

 

 

Enregistrer

Photo du profil de Jean-Pierre Jusselme
Pourparlers est son troisième enfant numérique. Après une webradio éphémère, « Radio Libertés », et une régie mulitmédia « CPC 3.00 », l’heureux papa est ravi de partager la venue au monde de www.pourparlers.eu. Ce dernier venu entre sur la Toile et fait ses 1eres dents. Il passe déjà en mode « rebelle ». A suivre…
  • Photo du profil de Jean-Pierre Jusselme
    Article By :
    Pourparlers est son troisième enfant numérique. Après une webradio éphémère, "Radio Libertés", et une régie mulitmédia "CPC 3.00", l'heureux papa est ravi de partager la venue au monde de www.pourparlers.eu. Ce dernier venu entre sur la Toile et fait ses 1eres dents. Il passe déjà en mode "rebelle". A suivre...

Laisser un commentaire