Orsenna invité au Diner de cons

Eric Orsenna invité de Gaël Perdriau, aura passé une bonne soirée à Saint-Etienne. Ou un diner de cons. Billet.

orsenna
Avec Gilles Charles le stéphanois à la casquette

On l’a vu glousser, taquiner, prendre des numéros de téléphone, réclamer à trois reprises à manger. Visiblement Eric Orsenna  s’est bien amusé à Saint-Etienne ce soir-là. Et si derrière l’humour de façade se cachait un diner de cons, avec un invité faire-valoir, plus malin que les convives ? Au banc d’essai, ce soir là le discours marketing de la Ville de Saint-Etienne, qui devait recevoir de l’invité considération et allégeance. Mais il n’était pas dupe le convive. Car il avait prévenu le bourlingueur :  « On ne devient pas Valenciennes, Lille, Londres ou Berlin comme cela. Il faut s’aligner face aux concurrents, être efficace, avoir de belles histoires à raconter ». L’histoire prête-à-emporter c’est celle du Design, désormais French Tech. Soumis à une séance intensive de lavage de cerveau, Eric Orsenna aura démontré son sens de l’humour, car l’humour est une vertu, mais tout autant une arme de repli. Retroussant sa moustache ainsi que son esprit, Eric Orsenna aura bien compris le message : Saint-Etienne veut sortir de « Shrinking cities » (Cité en décroissance). Saint-Etienne veut rêver être une Ville émoustillante, une ville pleine de créativité, d’audace, de talents, de complémentarités, une ville de valeurs, de fierté et de générosité. Dominique Paret, directeur de l’innovation,  sur un petit nuage, accueillera l’académicien avec une éloge aussi brève que sincère « Un Rifkin avec l’humanisme en plus. » Et comme les actes sont la vérité des intentions, le directeur de l’innovation proposera : « Je vous loue un des bureaux du Mixeur ».

« La culture est la chevalerie du possible » (Erik Orsenna)

Soit ! Alors qu’est-ce qu’on mettra dans la balance pour émoustiller le sémillant Académicien et l’amener à s’établir  ?  » A Saint-Etienne, au marché, on vous rajoute toujours trois carottes » illustre Elisabeth Ducottet, PDG de Thuasnes – qu’on n’a jamais croisée ni au marché de Jacquard ni à celui de Carnot- qui a su « comme Antigone, désobéir aux règles pour innover socialement et technologiquement ». Soit ! C’est au mieux paternaliste au pire tragi-comique comme avantage comparatif pour sortir la Ville de l’ornière. Pour faire bonne mesure, on rajoute dans la besace trois « projets d’envergure » : une étude des usages des ordinateurs pour les 10000 élèves, les jardins publics pour des footings intergénérationnels et les boutiques virtuelles de Carnot. La troisième ligne de tramway, soit 4,5km, avec des stations en « meeting point » et de la Wi-Fi fait l’appoint. Vu de Pékin, on sent déjà les commandes. Devant les réactions goguenardes de l’Académicien, le directeur de l’innovation joue le grand jeu : le laser de la cataracte, les bancs du mobilier urbain, l’application situation.io ( avec accord parental ce qui explique le peu d’installations à ce jour 1000). La salle n’aura pas droit au micro (SIC). théâtre de Boulevard oblige. On aura bien rigolé des aveux du sémillant Académicien, reparti avec deux numéros de téléphone. On ne sait pas si ce sont ceux du Directeur de l’Innovation ou de la Commissaire de la Fête du Livre.

Autour d’une table ronde animée par Isabelle Rabineau, Commissaire général de la Fête du Livre.

– Monsieur Erik Orsenna, Ecrivain, membre de l’Académie française,

– Gaël Perdriau, Maire de Saint-Etienne et Président de Saint-Etienne Métropole,

– Madame Elisabeth Ducottet, Président Directeur général de Thuasne,

– Dominique Paret, Directeur de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de l’Innovation et de l’Entrepreneuriat à Saint-Etienne Métropole,

« Si le bouquin est mauvais pourquoi j’irais acheter les droits » (Pignon extrait du Diner de cons)

Pourparlers est son troisième enfant numérique. Après une webradio éphémère, « Radio Libertés », et une régie mulitmédia « CPC 3.00 », l’heureux papa est ravi de partager la venue au monde de www.pourparlers.eu. Ce dernier venu entre sur la Toile et fait ses 1eres dents. Il passe déjà en mode « rebelle ». A suivre…
  • Article By :
    Pourparlers est son troisième enfant numérique. Après une webradio éphémère, "Radio Libertés", et une régie mulitmédia "CPC 3.00", l'heureux papa est ravi de partager la venue au monde de www.pourparlers.eu. Ce dernier venu entre sur la Toile et fait ses 1eres dents. Il passe déjà en mode "rebelle". A suivre...

Laisser un commentaire