Disquaire Day : Le Tiki Vinyle Store réinvente le « MANA » du vinyle

Le Disquaire Day 2016 a fait trembler la petite bourgade Lyonnaise samedi 16 avril, avec toute une flopée de rééditions et de collector en vinyle des Doors, du Jon Spencer Blues Explosion ou encore du groupe de rock-garage tricolore the Liminanas. Le Disquaire Day redonne ses lettres de noblesses aux pirates du monde musical que sont les disquaires, qui pendant trop longtemps ont été oubliés, mis de côté au profit d’enseigne nauséabonde. Pendant un week-end les opportunistes du vinyle, les acheteurs annuels les puceaux musicaux et les érudits de la galette noire se retrouvent pour célébrer la musique au son des platines vinyles et du choc des Heineken.

  • Disquaire day. Photos Simon Pernin
    Disquaire day. Photos Simon Pernin
    Disquaire day. Photos Simon Pernin
  • Disquaire day. Photos Simon Pernin
    Disquaire day. Photos Simon Pernin
  • Disquaire day. Photos Simon Pernin
    Disquaire day. Photos Simon Pernin
  • Disquaire day. Photos Simon Pernin
    Disquaire day. Photos Simon Pernin
    Disquaire day. Photos Simon Pernin
  • Disquaire day. Photos Simon Pernin
    Disquaire day. Photos Simon Pernin
  • Disquaire day. Photos Simon Pernin
    Disquaire day. Photos Simon Pernin
  • Disquaire day. Photos Simon Pernin
    Disquaire day. Photos Simon Pernin
  • Disquaire day. Photos Simon Pernin
    Disquaire day. Photos Simon Pernin
  • Disquaire day. Photos Simon Pernin
    Disquaire day. Photos Simon Pernin
    Disquaire day. Photos Simon Pernin
  • Disquaire day. Photos Simon Pernin
    Disquaire day. Photos Simon Pernin
    Disquaire day. Photos Simon Pernin
  • Disquaire day. Photos Simon Pernin
    Disquaire day. Photos Simon Pernin
  • Disquaire day. Photos Simon Pernin
    Disquaire day. Photos Simon Pernin
  • Disquaire day. Photos Simon Pernin
    Disquaire day. Photos Simon Pernin
  • Disquaire day. Photos Simon Pernin
    Disquaire day. Photos Simon Pernin
    Disquaire day. Photos Simon Pernin
  • Disquaire day. Photos Simon Pernin
    Disquaire day. Photos Simon Pernin
    Disquaire day. Photos Simon Pernin
  • Disquaire day. Photos Simon Pernin
    Disquaire day. Photos Simon Pernin
    Disquaire day. Photos Simon Pernin
  • Disquaire day. Photos Simon Pernin
    Disquaire day. Photos Simon Pernin

« Your turntable is not dead man ! »

Pendant 48 heures les pirates musicaux sont au taquet pour rassasier les flux incessants d’Indiana Jones de la galette noir. Pour eux c’est l’événement majeur de l’année, ils sont susceptibles de multiplier par cinq ou six leur chiffre d’affaire d’un week end normal.

P1340145Le disquaire day est un événement organisé par le CALIF pour promouvoir les disquaires pendant un week end et faire connaître leur métier au grand public. Les disquaires sont libres d’adhérer ou non au disquaire day ( minimum d’adhésion 150€). Le disquaire day presse exclusivement des vinyles pour ce week end du 16 avril avec des rééditions ou des collectors. David Godevais directeur du CALIF à importé en France le disquaire day qui vient des États Unis sous le nom de Record Store Day. Chaque disquaire organise le disquaire day à sa sauce pour remplir les caisses au max et ne pas passer le reste de l’année à compter les centimes. Les disquaires ont tous leur petite botte secrète pour attirer le plus de badauds dans leur échoppe, avec la disposition de bacs de vinyle bradés en extérieur, des choix très éclectiques et spécialisés à l’intérieur ou encore avec toute un attirail de merchandising pour l’achat d’un vinyle. « Le disquaire day c’est « un moment où l’on peut réinventer son métier, lui donner un nouveau visage, une nouvelle naissance ». Un message qui est entendu et sublimé par l’Eliot Ness du diamant noir, le Tiki Vinyle Store  (Tiki Vinyl Store : 13 Rue Leynaud à Lyon dans le cartier de Croix-Rousse).. Ludovic, le capitaine du navire Tiki, taulier du disquaire day, en réinvente son métier de A à Z,  avec des concert de groupes locaux dans son shop, des partenariats exceptionnels avec des distributeurs ( Third Man Records ), l’écoute en avant première de vinyle pour contrer le téléchargement ou encore un accueil chaleureux comme à la maison avec croissants et du café pour un réveil en douceur.

«  I’m in live and direct of Tiki Vinyl Store Motherfu****r ! »

P1340174A 10 heures pétante l’Eglise St Denis de Croix Rousse fait sonner ses cloches, un bruit de fond couvert immédiatement par les décibels de The Dead Weather, provenant du Tiki, annonçant l’ouverture du disquaire day plein gaz. L’odeur des vinyles neuf sortis de leur cartons vient se mêler à l’odeur sucrée du café chaud et des viennoiseries offerts par notre Eliot Ness lyonnais, pour le plus grand plaisir des Sherlock Holmes en herbe du 33 et 45 tours. Les hostilités commencent sur les chapeaux de roue, les érudits sont présent dès l’ouverture pour partir à la chasse à la rareté. Toutes les petites têtes se dirigent vers le bac de vinyle tant convoitées, celui du Disquaire Day. Devant le bac ça joue des coudes pour attraper un des graal de la sélection pointue et éclectique faite par Ludovic. Une sélection où Bob Dylan côtoie Elvis, BB King rencontre Joe Strummer et Arno fait copain copine avec Miles Davis.

Allan L’irlandais mascotte du Tiki Vinyle Store

La journée se poursuit avec le flux incessant des acheteurs, qui rendent les bacs à vinyles semblables aux tranchées de 14-18 tout en se marchant sur les pieds ou en jouant des hanches pour accéder le plus vite à ses vinyles tant convoités.
Sur la platine tourne à fond la caisse le dernier The Last Shadow Puppets qui enchante l’homme le plus connu du magasin, Allan l’Irlandais. Allan est un mec d’une cinquantaine d’année, bassiste, natif de Dublin où il a côtoyé tant Bono que Thin Lizzy. Allan amène un souffle d’excentricité à cette journée du Disquaire Day en chantant les titres des Ramones ou de Oasis dans la rue a tue-tête en imitant le jeu de basse de Paul Simonon, en rabattant les passants pour qu’ils achètent du vinyle ou encore en pratiquant le sport national anglais : boire une bonne bière mousseuse et fraiche avec ses amis. Alan injecte une dose pure de rock’n’roll à cette journée sous le signe du disquaire.
La foule se presse devant le Tiki. Les pieds à l’extérieur piétinent d’impatience sur le bitume, les yeux sont rivés sur le magasin et les discussions ne tournent qu’autour du groupe qui va se produire dans quelques minutes au Tiki. Thibaud et José du groupe Trumpet Of Consciousness s’affèrent à la mise en place du concert dans le fond du magasin tandis que les spectateurs profitent des derniers rayons de soleil en fumant leur clope. Les premières notes de la Telecaster de José rapatrient tout le troupeau à l’intérieur du Tiki, pour un concert d’une demi heure de pure folie. Ses solos sont languissants avec une touche british pop et la voix de Thibaud amène cette clarté, le côté limpide et profond de la prestation. A la fin du set les deux compères de Trumpet of Consciousness se font acclamer et applaudir comme Spartacus. Une journée purement rock´n’roll qui se finit sur un bout de trottoir en compagnie des derniers flibustiers de la journée pour chanter et boire à la beauté des passantes.

Tiki Vinyl Store : C’est quoi ? C’est qui ?

Ludovic est le taulier du Tiki Vinyl Store, coiffé d’une chevelure imposante, un petit bouc bien tracé, il est un aficionado de la musique Australienne tel que Rose Tatoo ou Midnight Oil, un boulimique de rock californien ( Red Hot ou Pearl Jam ) et restera marqué au fer rouge par le groupe british : Queen.

P1340101Ludo commence en 1989 à bosser à la Fnac quand il étudiant pour gagner quelque copec. Il arrive en pleine mutation du monde musical, l’ère du vinyle prend fin pour laisser place au compact Disc, de fait les rayons se spécialisent avec des rayons pour le rock français, le rockabilly ou encore le métal . Ses années à la Fnac lui permettent d’apprendre les fondamentaux du métier, en pointant sur catalogue cherche les albums majeurs mais aussi aller à la recherche de groupe underground ou très peu connu. Puis il travaille chez Bertelsmann qui lui permet de garder un contact avec le monde musical. Il va passer cinq ans chez Sony music puis sept ans chez Naïve Records ou il s’occupera de grand groupe, c’est le moment où il va apprendre tout le côté gestion du job car l’érudition musicale ne suffit pas.
Après quelque mois sabbatiques à passer dans les îles paradisiaques tahitiennes , Ludo rentre dans la bourgade lyonnaise pour lancer son propre magasin de vinyl et revenir au fondamentaux tout en lui donnant une seconde jeunesse.

 » Un métier que tout le monde considérer comme mort nous on le fait revivre » Allan L’irlandais mascotte du Tiki Vinyle Store

Ludovic a crée le Tiki Vinyl Store il y a deux ans. Ludovic met les petits plats dans les grands en créant son shop, il crée un lieu de partage autour de la musique, ou l’on peut trouver une sélection de vinyles neuf très variés comme des albums récent de Savages ou des vinyles anciens de Quicksilver Messenger service. Au Tiki on y trouve toute une bibliographie qui tourne autour des légendes du rock’n’roll et aussi sur le vinyle. Les 45 tours commencent à pointer le bout de leur nez avec une sélection très pointue. Le Tiki c’est aussi un lieu d’ébullition musicale, des concerts  sont proposés régulièrement pour venir s’évader ou encore des écoutes en avant premières de vinyles comme c’était le cas avec Parquet Courts. Le Tiki réinvente, modifie, évolue le mana du vinyle, lui donne un nouveau visage pour crée son propre esprit, sa propre philosophie du diamant noir.

« La musique développe un imaginaire qui nous permet d’aller de planète en planète » Allan L’irlandais mascotte du Tiki Vinyle Store

Depuis sa création, Tiki participe au disquaire day, une journée majeure pour Ludo. Le disquaire day est pour eux l’occasion de montrer au gens leur métier ce qu’ils font, partager leur passion de la musique, vivre une journée de musique tous ensemble mais surtout de vendre un maximum de stock possible. L’année 2016 du disquaire day est un très bon cru, du soleil, du monde, de la musique, que demande le peuple ? Rendez vous le 16 avril 2017 pour un disquaire day encore plus rock’n’roll !

 

Simon, 20 ans, brun, pas très grand, affublé de lunettes, boulimique de musique, addict à la lecture, arrive tout droit de la cité des papes. Je suis étudiant dans la petite province Lyonnaise à l’ISCPA, une école de journalisme. Pourparlers m’accueille au sein de sa rédaction pour la durée de deux mois. J’aurai donc le privilège d’écrire pour vous cher lecteur.
  • Simon, 20 ans, brun, pas très grand, affublé de lunettes, boulimique de musique, addict à la lecture, arrive tout droit de la cité des papes. Je suis étudiant dans la petite province Lyonnaise à l'ISCPA, une école de journalisme. Pourparlers m'accueille au sein de sa rédaction pour la durée de deux mois. J'aurai donc le privilège d'écrire pour vous cher lecteur.

Laisser un commentaire