Université (UJM) Capitale Santé

Michèle Cottier,  Présidente de l’Université Jean Monnet, et Khaled Bouabdallah, ex Président de l’UJM (2007-2015) et actuel  Président de l’Université de Lyon ont  présenté le bilan 2007-2015 de l’UJM  et son projet stratégique 2016-2020 sur le Campus Santé Innovations  à Saint-Priest-en-Jarez.

Grands espaces, architecture aérée, services technologiques pour la vie scolaire :  le Campus santé innovations sur le site de l’hôpital Nord de Saint-Etienne, nouveau show room de l’UJM, fait bien des jaloux du côté des 7000 étudiants  cantonnés sur le campus Tréfilerie ( lire témoignage ci-dessous). Cette plate-forme de l’ingénierie santé de 15 000 mètres carrés de surface a bénéficié d’un programme à 60 millions d’euros financé par la Région, Saint-Etienne métropole, l’Etat et le Département de la Loire. Elle accueille 3 000 étudiants de la faculté de médecine de Saint-Etienne, le Centre ingénierie santé (CIS) de l’école des Mines de Saint-Etienne (biomécanique des tissus mous, de l’ingénierie des systèmes de soins ou l’ingénierie des biomatériaux et des particules inhalées),  l’Institut régional de médecine et d’ingénierie du sport, ainsi que le Centre Hygée, une des plateformes régionales du Cancéropôle Lyon Auvergne Rhône-Alpes. La transversalité entre les disciplines (santé, techniques, sciences humaines) constitue l’axe stratégique de l’université Jean-Monnet de Saint-Etienne pour la période 2016-2020. Un positionnement qui vise à valoriser « l’esprit pionnier » de l’établissement.Parallèlement, l’activité de recherche de l’université stéphanoise devrait se structurer autour de trois grands axes : « surfaces interfaces optiques », « santé, sport, ingénierie » et « humanités, mutations, territoires ». « La force de ces axes est d’offrir des approches pluridisciplinaires en recherche comme en formation et de pouvoir faire naître des projets transversaux », précise-t-on du côté de l’université.

Afficher l'image d'origineL’Université Jean-Monnet (UJM) a vu ses effectifs étudiants passer de 13 000 à près de 20 000 en l’espace d’une décennie. Elle veut jouer un « rôle incontournable » au sein de la Comue (communauté d’universités et établissements). En 2015 l’université Jean-Monnet a disposé d’un budget de fonctionnement de 130 M€, affecté pour 100 M€ à la masse salariale. Le réaménagement du campus Tréfilerie représente 21 M€, pris en charge pour 10 M€ par la Région. Parmi les réaménagements envisagés, la direction de l’université souhaiterait que la rue Tréfilerie qui traverse le site soit déclassée. Autrement dit : fermée à la circulation automobile. Les premiers travaux pourraient être engagés à l’horizon 2017

« Notre objectif est de créer des passerelles entre des domaines a priori très différents (santé, techniques, sciences humaines) afin de positionner notre université comme un pionnier en matière de pluridisciplinarité, souligne Michèle Cottet. C’est sur ce socle là que l’UJM entend faire valoir sa légitimité. »

Avec  la deuxième tranche du Contrat de Plan Etat Région et l’émergence  le « centre des savoirs et de l’innovation » (16 M€)verra le regroupement sur le site stéphanois de Carnot de « tout ou partie des formations et de la recherche en Sciences et Techniques (chimie, mathématiques, laboratoires Ingénierie des matériaux polymères et de l’Institut Camille Jordan). » Le Haut Conseil d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur) a produit un rapport, rendu public fin 2015, à la fois bilan du contrat finissant (2011-2015) et document prospectif pointant les nouveaux objectifs stratégiques de l’établissement ainsi que les moyens à mobiliser pour le prochain contrat 2016-2020.

Témoignage

Maxime Lafforgue, originaire de Bordeaux est étudiant à l’Université Jean Monnet

Maxime LafforgueAfficher l'image d'origine« C’est dans les locaux inusités, immenses, qu’une cérémonie en l’honneur de l’université stéphanoise s’est tenue lieu cette semaine. Après une brève attente, l’assemblée invitée a pris place dans un amphithéâtre. Trois étudiants de musicologie nous ont ouvert l’événement grâce à quelques classiques de jazz dont « Don’t Worry, Be Happy » du talentueux Bobby McFerrin. « C’est un bilan très riche, de qualité, qui a prouvé un réel succès ! » explique Michelle Cottier, actuellement présidente de l’UJM a commencé par exposer les projets de demain, suivie d’un bilan des 8 dernières années par l’ancien président Khaled Bouabdallah. « L’Université Jean Monnet a su exceller dans sa pluridisciplinarité » Nous avons assisté à un discours très élogieux, qui a interpellé Pourparlers. 45 min de monologue pour nous annoncer de nombreux changements fondés sur 3 axes : Surface interface Santé Sport Ingénierie Humanités et Territoire Cela a pour vocation d’affirmer que les décideurs de l’université vont développer beaucoup de domaines au sein des formations. Force de constater que tous les secteurs ne sont pas mentionnés. Où sont passés les Art, Lettres et Langues ? Malgré cette bonne volonté de tout mettre en valeur, les projets sont pour la plupart centrés essentiellement sur la santé et l’innovation. Moi qui suis étudiant au sein de l’UFR Sciences Humaines et Sociales, j’ai évidemment été bouche bée. Sont ils au courant qu’il n’y pas assez de salles au campus Tréfilerie pour toutes les promotions estudiantines ? J’ai assisté à un laisser pour compte évident de toute une unité face à ce qui semblerait les formations « prometteuses ». Un discours onirique et enthousiaste qui n’a fait que révéler certaines priorités. »

Maxime Lafforgue

Enregistrer

Maxime Lafforgue originaire de Bordeaux. Après des études de communication, il suit une formation de journaliste à l’Université Jean monnet. Il est stagiaire à Pourparlers
  • Maxime Lafforgue originaire de Bordeaux. Après des études de communication, il suit une formation de journaliste à l'Université Jean monnet. Il est stagiaire à Pourparlers

Laisser un commentaire