Head Trick : un géant Français du manga

Emeric, Damien et Jimmy Chazal, trois frères de Montbrison sont associés dans la conception et l’édition de l’un des rares mangas français, Head Trick, dont le numéro un est sorti en 2011. Aujourd’hui, en 2016, les trois frères poursuivent l’aventure Head Trick avec le sorti d’un neuvième tome, des goodies à rendre jaloux les grandes entreprises et une fidélité rare de la part des lecteurs. L’aura de Head Trick dans le monde du manga  ne cesse de grandir avec une nomination dans la catégorie du meilleur manga international aux Japan Expo Awards de 2015.

Head Trick a été déclarée révélation manga de l’année 2012 au manga award, s’est ouvert la porte des Fnac et 150 points de vente en France. Elle a été vendue à ce jour à plus de 40 000 exemplaires. « Dès qu’on sort un tome, les fans nous demandent toujours : “Le prochain, c’est quand ?” On sent leur envie d’en savoir plus, mais il nous faut tout de même le temps de créer ! », explique Damien.

chara-poster-head-trick-vol-1carre_2

Head Trick en marche vers un Empire du manga
« La publicité du manga ligérien s’est surtout faite par Internet, la vente aussi, » expliquent Emeric et Damien Chazal, les coscénaristes de la série qui emploient hors du cercle familial seulement la contribution de deux dessinateurs E.D et K´yat.
Le site Internet qui livre chaque mois en prépublication un nouveau chapitre de la série a permis en effet de fédérer une communauté de lecteurs et de fans de la série. Le site compte 60 000 inscrits, particulièrement fidèles, y compris pour répondre à des appels à projets de la maison d’édition. L’entreprise réalise en 2015 un chiffre d’affaires de 100 000 €.

La fée verte d’Head Trick : Milkiky

Les trois frères ligériens et la maison d’édition se lancent dans la production de la boisson Milkiky, le péché mignon du héros du manga. À la base, cela n’était seulement qu’une plaisanterie. « Très vite au fil des salons que nous faisions, les fans d’Head Trick nous ont interrogés sur cette boisson. L’idée de la créer réellement est partie de là « , explique Damien Chazal, l’un des créateurs du manga ligérien. Le concept séduit Sébastien Delseaux, un industriel du secteur agroalimentaire a Bayonne et monte « The Milkiky Company ». La album-cover-large-15466première canette à vu le jour après quatre ans de travail acharné. Entre 60 000 et 100000 unités sont produites aujourd’hui chaque mois et sont commercialisées au sein de l’enseigne Intermarché sur la région Paca. Il bénéficie aussi de 2500 points de vente dédiés à l’univers du manga pour vendre leur boisson.
Plusieurs gamme de la boisson existe tel que « Light », « Taurine », « Night » et sous différentes formes (33cl,50cl, 1,5L). Milkiky s’exporte même à l’étranger avec bientôt l’arrivée de la boisson au Maroc et en Chine. Enfin, Milkiky company travaille sur des bonbons produits par l’entreprise de confiseries Pierrot gourmand, commercialisé dans les semaines à venir.

Des mangas mais pas seulement !

La maison d’édition a renouvelé l’expérience pour fabriquer le maillot de foot du héros de la série. Elle a réuni, en seulement 48 heures, 300 commandes de maillots de fabrication 100 % française, et même 100 % ligérienne.
ED tire ses ressources de la convergence de ces multiples activités : abonnements Internet, ventes de livres et ventes de produits dérivés. Le site propose des manga collector avec tout un tas de couverture différentes, des packs, des posters tailles réels, des sacs, des badges, des figurines ou encore des peluches.
La maison d’édition ne s’arrête pas en si bon chemin, elle nourrit un nouveau projet de diversification avec la réalisation d’une bande dessinée au format BD classique autour de l’un des personnages du manga.

Photo du profil de Monier Benjamin
Benjamin, 18 ans, 1 mètre 80, brun et fan inconditionnel de l’AS Saint-Etienne. Je suis étudiant en 1ère année de journalisme à l’ISCPA dans petite ville que certains appellent Lyon. Pourparlers m’accueille au sein de sa rédaction pour la durée de deux mois. J’aurais donc le plaisir d’écrire pour vous chers lecteurs.
  • Photo du profil de Monier Benjamin
    Article By :
    Benjamin, 18 ans, 1 mètre 80, brun et fan inconditionnel de l’AS Saint-Etienne. Je suis étudiant en 1ère année de journalisme à l’ISCPA dans petite ville que certains appellent Lyon. Pourparlers m’accueille au sein de sa rédaction pour la durée de deux mois. J’aurais donc le plaisir d’écrire pour vous chers lecteurs.

Laisser un commentaire