J’ai adopté Chronoscenes pour mes sorties culturelles à Lyon

Lancé depuis quelques mois sur Lyon et la Métropole, Chronoscenes propose, via un site internet et une application, la possibilité d’acquérir des places de spectacle au dernier moment, c’est-à-dire le jour même.

2016-06-23 18_09_14-ChronoscènesC’est drôle. Mais en découvrant Chronoscenes, j’ai compris ce que pouvait être une application « user-centric ». Chronoscenes est faite pour moi : quadras, curieux de nature, agile avec son smartphone, allergique aux contraintes de la mobilité et ayant un agenda façon puzzle.

Flashbilleterie et géolocalisation des spectacles

L’application développée sur l’agglomération lyonnaise permet de réserver à J-24heures des places pour un spectacle en géolocalisation (flash-billetterie) et de commander son E-ticket via son smartphone.

En découvrant Chronoscenes, j’ai repensé à une soirée à la Croix rousse. On était quelquesamis venus de toute la France souhaitant « sortir », stimuler nos sens  et notre amitié en partageant un spectacle vivant. On s’y est pris trop tard.  Alors on s’est rabattu sur  un Blu Ray de Carmina Burana. Chronoscenes aurait été ce jour là bien utile. L’application développée par Joachim Bressat nous aurait évité de nous rallier à une solution Pizza Hut. On aurait pu trouver une pépite pas loin et réserver les dernières places. On aurait eu le sentiment plaisant de faire tourner une AMAP culturelle, un circuit court de la culture. Voilà. J’ai donc été emballé par Chronoscenes qui a l’immense avantage pour moi qui connait les médias culturels et leurs travers mercantiles de ne pas miser sur la publicité et de ne pas préconiser ni recommander les spectacles.

En 3 clics vous avez votre billet

« En 3 clics, vous avez votre billet », promet Joachim Bressat fondateur-associé de cette jeune pousse. Cet  ancien éditeur, graphiste et musicien  souhaite « démocratiser l’accès à la culture ». Cette jeune startup propose une application de vente de billets de spectacle à la dernière minute. Ce  service, basé sur l’expérience utilisateur, est bien dans l’air du temps. « L’utilisateur est au cœur de la fonctionnalité grâce à la géo-localisation, et pour ceux qui le souhaitent, à la suggestion de contenu grâce à l’historique des recherches. J’ai développé un guichet unique qui rassemble toutes les offres de spectacles pour le soir même avec de petites réductions », souligne-t-il. C’est un nouveau support de distribution, et surtout, un nouveau support de communication ciblée. » 

Plusieurs structures d’accompagnement se sont donc penchées sur le berceau de la start-up : Lyon Startup, Entrepreneur dans la Ville, l’incubateur EM LYON,  Lyon Ville de l’entrepreneuriat, ainsi que certains financiers. Outre les 32 000 euros de capital de départ, la startup peut compter sur un prêt de 80 000 euros, un financement de 30 000 euros par la bourse BPI-OSEO French tech, ainsi que sur un crowdfunding de plus de 7 000 euros. Labelisé Lyon Start-up,  Chronoscènes est lauréat de la bourse French Tech. La start-up a un modèle économique simple : une commission sur les ventes de billets. Chronoscènes n’est pas un agrégateur de contenus. Les choix éditoriaux et de partenariats suivent une ligne qualitative. …. Fidèle à son territoire, Chronoscenes a donc commencé à « faire la preuve du concept sur Lyon », avant de penser à s’exporter. Peut-être Saint-Etienne en janvier 2017….

Quelques partenaires :

TNP, Maison de la Danse, le Théâtre le Fou, le Nombril du monde, Toboggan, Les Subs, la Renaissance, le Croiseur, le Périscope, le Théâtre des Maronniers, le Théâtre des Clochards Célestes, L’opéra, le Théâtre de la Croix-Rousse, le Polaris, le Sucre, la Salle des Rancy le Lavoir Public, le Théâtre de Guignol, mais aussi le Théâtre Jean-Marais (Saint Fons).

Pourparlers est son troisième enfant numérique. Après une webradio éphémère, « Radio Libertés », et une régie mulitmédia « CPC 3.00 », l’heureux papa est ravi de partager la venue au monde de www.pourparlers.eu. Ce dernier venu entre sur la Toile et fait ses 1eres dents. Il passe déjà en mode « rebelle ». A suivre…
  • Pourparlers est son troisième enfant numérique. Après une webradio éphémère, "Radio Libertés", et une régie mulitmédia "CPC 3.00", l'heureux papa est ravi de partager la venue au monde de www.pourparlers.eu. Ce dernier venu entre sur la Toile et fait ses 1eres dents. Il passe déjà en mode "rebelle". A suivre...

Laisser un commentaire