Ce court métrage sur la cause animale est un bijou

Le Wildlife Conservation Film Festival (WCFF) a collaboré avec l’agence DDB New York pour produire un film d’animation de trois minutes en stop-motion, afin de nous sensibiliser à la cause animale.

Dream WCFF est un court métrage d’animation musical réalisé par Zombie Studio et commandé par le Wildlife Conservation Film Festival. Cette triste mais belle réalisation se présente sous la forme d’un clip animé où 4 animaux font face à l’extinction : ils nous racontent leur histoire à travers les mots « J’avais rêvé d’une autre vie » (en VO: « I Dreamed a Dream »), une chanson tirée des Misérables, comédie musicale adaptée du  célèbre roman de Victor Hugo. Une baleine, un phoque, un pélican et un rhinocéros sont les protagonistes de Dream, un court-métrage d’animation qui montre le désarroi des bêtes face à la violence de l’homme. Heureux dans la nature, ces animaux sont rapidement tués par les humains : la baleine par des filets et des harpons, le pélican par une marée noire causée par une plateforme off-shore, des braconniers amputent le rhinocéros de sa corne et le petit phoque est abattu pour sa fourrure. Les animaux personnifiés chantent leur nostalgie d’une époque où ils vivaient en paix et sans peur. Un rêve auquel l’homme a mis fin en les massacrant.

“Ne laissez pas le rêve s’éteindre”

Ce court-métrage qui s’achève par le message “Ne laissez pas le rêve s’éteindre“, a été présenté au Wildlife Conservation Film Festival de New York (“Festival du film pour la conservation de la vie sauvage”, qui s’est tenu du 14 au 23 octobre). Cet évènement dédié à l’environnement a pour mission “d’informer, impliquer et inspirer” le public au sujet de l’importance de la protection de la biodiversité mondiale. À travers ce petit film, l’organisation ne fait que représenter une triste réalité à laquelle il serait bon de mettre un terme. Aujourd’hui, jamais autant d’espèces n’ont été en voie extinction du seul fait de l’homme.

Enregistrer

Pourparlers est son troisième enfant numérique. Après une webradio éphémère, « Radio Libertés », et une régie mulitmédia « CPC 3.00 », l’heureux papa est ravi de partager la venue au monde de www.pourparlers.eu. Ce dernier venu entre sur la Toile et fait ses 1eres dents. Il passe déjà en mode « rebelle ». A suivre…
  • Pourparlers est son troisième enfant numérique. Après une webradio éphémère, "Radio Libertés", et une régie mulitmédia "CPC 3.00", l'heureux papa est ravi de partager la venue au monde de www.pourparlers.eu. Ce dernier venu entre sur la Toile et fait ses 1eres dents. Il passe déjà en mode "rebelle". A suivre...

Laisser un commentaire