« La sécurité a été au cœur des préoccupations des services de l’Etat  » Evence Richard Préfet de la Loire.

L’état d’urgence, proclamé par décret du président de la République, entré en vigueur le 14 novembre 2015, le lendemain des attentats de Paris, et prorogé par le Parlement a permis d’étendre, dans un contexte exceptionnel, les pouvoirs de police des préfets et du ministre de l’intérieur sous le contrôle du juge administratif. Ainsi, sur la base de l’évaluation de la cellule départementale de suivi, 48 perquisitions administratives ont été conduites dans la Loire, dans des habitations (41) ou des lieux associatifs (7). Elles ont donné lieu à la découverte d’armes, de stupéfiants ou de contenus informatiques en lien avec le terrorisme. Par ailleurs 2 personnes ont été assignées à résidence par arrêté ministériel.

Vigipirate
Les services de la préfecture se sont mobilisés pour aider les acteurs concernés (mairies, gestionnaires de transport, organisateurs de rassemblements) à décliner localement les mesures prévues : détermination des sites sensibles, mesures de protection, dispositifs à mettre en place pour sécuriser les rassemblements (contrôles des accès, surveillance, alerte,information préventive…).

L’opération « Sentinelle dans la Loire

Après les attentats de janvier 2015, 67 militaires sont arrivés en renfort pour assurer la surveillance des principaux lieux de culte du département, du principal centre commercial et de la gare SNCF de Saint-Etienne. A compter du 17 février 2015, compte tenu de la réduction du nombre de militaires passé de 67 à 17, il a été procédé à une adaptation du dispositif consistant à un ciblage des gardes statiques sur certains créneaux particuliers, notamment les offices religieux pour les lieux de culte ou l’arrivée de trains en gare de Saint-Etienne, et un partage de la charge avec les forces de sécurité intérieure.
rapport_d_activite_2015_des_services_de_l_etat_dans_la_loire1_page13_image11
« La sécurité, compte tenu des attentats qui ont endeuillé notre pays et du degré élevé de la menace terroriste, a été au cœur des préoccupations des services de l’Etat » Evence RICHARD, préfet de la Loire.

Prévention de la radicalisation

Constituée dès 2014, une cellule départementale de suivi de la radicalisation, réunissant la police nationale, la gendarmerie, les services de renseignement et pilotée par la préfecture, a assuré le suivi de près de 200 signalements de radicalisation, transmis soit par le Centre national d’assistance et de prévention de la radicalisation (CNAPR) soit de façon directe.
(Extrait du rapport des services de l’Etat dans la Loire)

L’application Alerte

À la suite des attentats survenus en France en  2015 et 2016, les services de l’Etat ont travaillé au développement d’une application mobile d’alerte des populations sur smartphone : « SAIP », pour Système d’alerte et d’information des populations.

Pour recevoir des alertes dans une zone où un risque vient d’être détecté par les autorités, l’utilisateur accepte d’être « géolocalisé ». L’application offre en retour la garantie qu’aucune remontée de position géographique ou d’identité d’information n’est opérée à partir du téléphone.
L’application permet également à l’utilisateur de recevoir des notifications d’alertes qui se déclencheraient dans une zone autre que celle où il se trouve. Il est ainsi possible d’enregistrer sur l’application jusqu’à huit zones géographiques différentes (codes postaux, communes) afin d’être informé en cas d’alerte dans l’une de ces zones.

Outre ces messages d’alerte, l’application délivre également les conseils comportementaux et consignes à respecter en fonction de la nature de l’alerte et de la zone dans laquelle l’utilisateur se trouve. Dans un objectif de prévention, des informations d’ordre comportemental sont également disponibles sur l’application, hors alerte. Cette application  s’inscrit dans une démarche globale de sensibilisation de la population aux risques.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Pourparlers est son troisième enfant numérique. Après une webradio éphémère, « Radio Libertés », et une régie mulitmédia « CPC 3.00 », l’heureux papa est ravi de partager la venue au monde de www.pourparlers.eu. Ce dernier venu entre sur la Toile et fait ses 1eres dents. Il passe déjà en mode « rebelle ». A suivre…
  • Pourparlers est son troisième enfant numérique. Après une webradio éphémère, "Radio Libertés", et une régie mulitmédia "CPC 3.00", l'heureux papa est ravi de partager la venue au monde de www.pourparlers.eu. Ce dernier venu entre sur la Toile et fait ses 1eres dents. Il passe déjà en mode "rebelle". A suivre...

Laisser un commentaire