Ouverture du musée « Jean Couty » dans le 9eme arrondissement de Lyon

Le Musée  Jean Couty, initiative privée, permettra au public, dès le 18 mars 2017, de découvrir ou redécouvrir l’œuvre de Jean Couty (1907-1991), artiste majeur lyonnais qui compta parmi les grandes figures de la peinture française du XXe siècle.


En 1933, Jean Couty reçoit le diplôme de l’école d’architecture, dans l’atelier de Tony Garnier qui lui avait conseillé, dès 1922, de suivre les cours de l’école des Beaux-Arts de Lyon. Jean Couty reçut le Prix de la Critique de Paris en 1950, après Lorjou et Buffet. En 1959, il fut le premier peintre à illustrer le billet de la Loterie nationale puis, en 1964, il créa la carte postale de Noël des Nations Unies, après Picasso, Chagall et Miro. En 1975, il obtint le Grand Prix des Peintres Témoins de leur Temps, salon où il exposa chaque année à partir de 1951 et qui ralliait également de grands maîtres comme Matisse, Duffy, Chagall, Van Dongen et de jeunes artistes de l’époque dont Yves Brayer, Buffet, Louis Toffoli, Claude Venard..
Par ailleurs, en 1979, Jean Couty fut l’un des premiers artistes français vivants à exposer au Musée d’art moderne de la Ville de Paris : le musée lui consacra une grande rétrospective et l’exposa en même temps que Jackson Pollock.Ouverture du musée "Jean Couty" dans le 9eme arrondissement

Aussi, pendant 40 ans, Katia Granoff, marchande d’art internationale et amie des grands maîtres du XXe siècle : notamment de Chagall, Picasso, Othon Friesz, Amédée Ozenfant, représenta Jean Couty. La Galerie Granoff exposa, en 1945, Le Bénédicité, peinture remarquée et admirée par Picasso.

C’est un grand peintre que l’ouverture du Musée Jean Couty permettra au public de découvrir : un artiste qui sut témoigner de son siècle mais
aussi de l’expérience humaine dans ce qu’elle a d’universel, peindre le réel avec une intensité rare et révéler combien s’y mêlent la matière et
l’esprit. Pour moi les créations de Jean Couty restent indissociables de l’homme qu’il était, de ses valeurs, de ses engagements. En les admirant, je me suis souvent rappelé cette pensée de Paul Valéry : « La peinture permet de regarder les choses en tant qu’elles ont été une fois contemplées avec amour ». Toutes les créations de Jean Couty en témoignent et son humanisme affleure dans chacune d’elles.

Jean Couty est le 1er illustrateur de la Loterie nationale et auteur en 1964 de la carte postale des Nations-Unies. Admiré de Picasso, ce peintre lyonnais a su « témoigner de son siècle mais aussi de l’expérience humaine dans ce qu’elle a d’universel, peindre le réel avec une intensité rare et révéler combien s’y mêlent la matière et l’esprit ».


Que mon regard se pose sur le Bénédicité qui avait suscité l’admiration de Picasso, sur ses paysages des Bords de Saône en hiver ou sur l’une de ses représentations de Lyon sous un ciel saturé de lumière, derrière chaque toile il me semble revoir celui que j’ai bien connu dans son atelier de l’Ile Barbe : un homme qui aimait les autres, et qui cherchait toujours à révéler ce qui rassemble plus que ce qui sépare ; un homme qui avait pour Lyon une véritable passion et peignit notre Cité sans doute mieux que personne, restituant avec le même talent la beauté de son patrimoine et les grands chantiers de son temps. Il n’est pas plus bel hommage pour une ville que d’avoir été à ce point source d’inspiration pour un artiste.
Je veux exprimer ma gratitude à Charles Couty, qui offre au public un lieu privilégié de rencontre avec l’œuvre riche et puissante de son père. André Malraux disait du musée qu’il était « le lieu qui donne la plus haute idée de l’homme ». Le Musée Jean Couty, dans ce 9 e arrondissement où l’artiste vécut toute sa vie, en sera demain une illustration éclatante.
Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon

Jean Couty

 

Pourparlers est son troisième enfant numérique. Après une webradio éphémère, « Radio Libertés », et une régie mulitmédia « CPC 3.00 », l’heureux papa est ravi de partager la venue au monde de www.pourparlers.eu. Ce dernier venu entre sur la Toile et fait ses 1eres dents. Il passe déjà en mode « rebelle ». A suivre…
  • Pourparlers est son troisième enfant numérique. Après une webradio éphémère, "Radio Libertés", et une régie mulitmédia "CPC 3.00", l'heureux papa est ravi de partager la venue au monde de www.pourparlers.eu. Ce dernier venu entre sur la Toile et fait ses 1eres dents. Il passe déjà en mode "rebelle". A suivre...

Laisser un commentaire