Le jour où j’ai « patché » la crise avec Jean-Marc Ayrault

D’une bourde du Premier ministre Jean-Marc Ayrault parlant de patches au lieu de pitches si on faisait une analyse de la politique rose pâle. Un gonzo report avec beaucoup de citrons amers dedans.

Sacré Jean-Marc. Sérieux et chaleureux, il nous a débité un discours calibré pour annonce la nouvelle donne pour l’innovation. Accueilli par Maurice Vincent, sénateur maire,  rayonnant d’annoncer enfin que Saint-Etienne est capitale de l’innovation.Et il y a eu ce fameux lapsus, arrivé à la 25 minutes, juste avant le goal final : un patch au lieu d’un pitch ! Comme si le cancer de la crise, on pouvait le patcher par des pitches.

Moi, je le savais car la crise j’ai un patch pour l’oublier ! Tous les jours, je me rends à la Cité du Design ou au Bâtiment des Hautes technologies, et j’écoute des pitches de « start-upers ». Et puis comme je me dois au réalisme, j’ouvre ensuite le canard et je vois la litanie des licenciements. L’édition Ondaine du Progrès me donne des hauts le corps. Sur le secteur, les signaux sont au rouge. Plusieurs entreprises industrielles ont engagé des restructurations (Aubert & Duval) ou des fermetures d’unité de production (Aperam, Altia, Antonangeli). Environ 300 emplois seraient menacés. Alors, ce 4 novembre, je me patche.

Eradiquer le cancer

Ministres 4 novembre 300x225 Le jour où jai « patché » la crise avec Jean Marc Ayrault

11h00. Cité du Design. Celipses, SAS grenobloise, veut éradiquer le cancer en bloquant les métastases. Les jeunes dirigeants de Go sense veulent rendre la vue aux aveugles. La Banque Publique d’Investissement, les business angel et le fonds régional de soutien à l’innovation leur donnent le feu vert. Youpie. Les 1M5 d’Euros sont presque sur leurs comptes. Jean-Marc Ayrault en remet une couche en vantant les mérites de la loi Fioraso qui permet l’innovation ouverte via la création de laboratoires communs entre Universités et PME. Il annonce un fonds souverain doté de 100 millions d’euros pour la propriété intellectuelle « comme nos amis américains ». Youpie.

Les entrepreneurs innovants nous emballent ensuite. Bruno Bonnel en tête. Les formules font mouche. Gilles Copain parle du moucheron qui comme chacun sait depuis la Fontaine peut bien embêter le lion. Pour sortir de l’ornière la croissance, il s’agit de « capter les signaux faibles » et de les amplifier pour enclencher « cette dynamique de l’espoir ».  Et la crise ? « Les entreprises innovantes sont comme des saumons dans le courant. Ils sont toujours en crise, c’est leur milieu naturel ». Allez hop, on sort de la rivière hype, pour rejoindre les égouts du capitalisme prédateur. GPS avenue d’Auvergne.

Le cancer du capitalisme

Ministres 4 novembre 2 300x225 Le jour où jai « patché » la crise avec Jean Marc Ayrault

13h00. Les 90 salariés des ateliers et branches commerciales sur le site chambonnaire viennent pour savoir enfin à quelle sauce ils seront mangés par les actionnaires italiens de Forgital. Plus de 90% des salariés du site de la forge sont en grève illimitée, à l’appel de la CGT majoritaire dans l’entreprise, pour faire annuler un projet de restructuration annoncé le mois dernier par le groupe italien Forgital, qui prévoit la suppression de 90 emplois sur 174. Chacun dénonce une volonté patronale de fermer le site qui pourtant travaille pour des secteurs qui ne connaissent pas la crise . Ils ont eu un peu de baume au cœur en recevant leur paie et en bénéficiant de l’aide de quelques CCAS des communes voisines. Ils attendent les résultats de la table ronde organisée entre le ministre du redressement productif et les actionnaires de Forgital. Un jeune salarié nous parle de son métier : il est forgeron ! Combien lèverait-il s’il pitchait ?

Résumons nous…

GPS Carnot dans le quartier créatif de la Cité du Design (Loire) puis GPS avenue d’Auvergne au Chambon-Feugerolles. 20 kms et un bonds dans le temps. Airs max pour Fleur Pélerin qui coure derrière les millions à la Cité, semelles de plombs pour Arnaud Montebourg au chevet de Forgital. Une nouvelle donne pour l’innovation et un poker menteur pour des salariés. Qui aura l’oreille de Jean-Marc Ayrault le soir dans le TGV ?

A 20 km de distance, hier on a connu deux champs de batailles, traversé deux guerres, rencontré deux réalités humaines et économiques, une « hype » et une « down ». Aréopages triés sur le volet et cohortes d’invités selects pour mignardises sucrées salées pour la 1ere nappée. Salariés Merguez saucisse et whiskies cocas pour avenirs qui déchantent sur l’autre champs. Où est la ligne de front ?

Et un peu de politique fiction…

19h00. Politique fiction. On imagine Jean-Marc Ayrault un peu lassé de tous ces patches, l’aréopage des ministres retournés à leurs dossiers. ET au bar du TGV Arnaud Montebourg et Fleur Pélerin sont accoudés. Ils pitchent leur journée. Qui aura l’oreille du Premier ministre ?

Pourparlers est son troisième enfant numérique. Après une webradio éphémère, « Radio Libertés », et une régie mulitmédia « CPC 3.00 », l’heureux papa est ravi de partager la venue au monde de www.pourparlers.eu. Ce dernier venu entre sur la Toile et fait ses 1eres dents. Il passe déjà en mode « rebelle ». A suivre…

Jean-Pierre Jusselme

Pourparlers est son troisième enfant numérique. Après une webradio éphémère, "Radio Libertés", et une régie mulitmédia "CPC 3.00", l'heureux papa est ravi de partager la venue au monde de www.pourparlers.eu. Ce dernier venu entre sur la Toile et fait ses 1eres dents. Il passe déjà en mode "rebelle". A suivre...

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
X