« D’ici 2019, plusieurs agences de la Banque algérienne seront ouvertes, dont une à Lyon » Samir Chaabna

Rencontre avec Samir Chaabna , député de la communauté algérienne de l’étranger.

L’image contient peut-être : 16 personnes, personnes souriantes, personnes deboutSamir Chaabna , député de la communauté algérienne de l’étranger, est un journaliste algérien connu pour son émission intitulée « Sans visa » , diffusée sur la chaine nationale algérienne Canal Algérie. Cette émission centrée sur la question de l’immigration algérienne lui a permis de mesurer les difficultés et les différentes problématiques que rencontraient cette communauté.  Pendant plus de 25 ans, il a sillonné la planète à la rencontre des algérien.e.s. C’est plus de 127 pays qu’il peut afficher à son palmarès pour rencontrer ces algériens répartis sur l’ensemble du globe.  Il a travaillé aussi pour différentes chaines comme Al Jazeera, France 24, Araba Radio Télé, Euronews…mais aussi pour la presse écrite.  En 2012, il devient député de la communauté algérienne de l’étranger dans la circonscription Zone 2 qui comprend Saint-Etienne.

Il est l’un des porte parole du parti du Front El Moustakbal ( Front de l’Avenir), créé en 2012, et dont le leader est le docteur Abdelaziz Belaïd, venu en visite en 2015 à Saint-Etienne dans le quartier de Montreynaud. Les liens entre Saint-Etienne et plus largement le département de la Loire et l’Algérie ne sont plus à démontrer. Il existe dans notre ville et notre département une communauté importante et discrète qui a su faire ses marques et sa place.  Devant le bilan plutôt positif de son mandat, les algériens de la circonscription zone 2 lui ont renouvelé leur confiance en 2017. Les algérien.e.s de la Loire l’ont mis largement en tête devant le député du F.L.N, parti majoritaire actuellement à l’assemblée nationale algérienne. 

L’image contient peut-être : une personne ou plus et intérieurQuel est le travail d’un député et en particulier le tien ?

Le député est élu par les algériens d’une circonscription pour un mandat de 5 années. Le rôle d’un député est d’être le représentant des algérien.e.s de sa circonscription. Il remplit jusqu’à quatre rôles distincts.

Premièrement, le député étudie et vote les lois. Cela exige de connaitre l’esprit des lois tout en respectant le programme et les engagements qu’il a pris envers ses électeurs. Il planifie aussi de nouvelle lois, étudie les lois proposées par le gouvernement, discute et appuie ou pas les lois et enfin il vote pour leur adoption ou pas.

Il partage son temps entre sa circonscription et l’Assemblée législative. Il peut et doit aussi exprimer les inquiétudes des électeurs de sa circonscription, intervenir en leur faveur et les aider à résoudre leurs problèmes. Les électeurs qui ont des difficultés dans leur circonscription avec un ministère ou un organisme gouvernemental demandent souvent l’aide du député et par conséquent je passe donc beaucoup de temps à m’occuper des problèmes individuels des électeurs, à répondre à leurs questions, à les tenir informés des progrès. Je demeure en contact avec les algérien.e.s de diverses façons: email, téléphone; rencontres individuelles ou en groupe, en réunions…

Il est important de préciser que le député est aussi élu au nom d’un parti. Il participe donc à la planification et à la mise en oeuvre de la stratégie de son parti à l’Assemblée nationale populaire.

Sa fonction au sein de cette Assemblée va varier selon le rôle qu’il exerce au sein de commissions comme celles des affaires étrangères, de l’économie, des finances, de l’éducation nationale, d’amitié algéro-française, algéro-allemande ou algéro-italienne…mais cela dépend du nombre de député du parti auquel il appartient. En effet, la proportionnelle est appliquée au nombre de sièges obtenus à l’assemblé nationale.

En France, nous sommes quatre députés de la communauté algérienne de l’étranger ( Deux Sud et deux Nord). Concernant les députés de la communauté algérienne de l’étranger, nous sommes huit répartis de la façon suivante: deux concernant l’ Europe, Amérique, Asie , deux en Europe et les deux autres résidents au Maghreb, Moyen-Orient et Australie. La tâche est donc très lourde. En tant que député de la communauté algérienne de l’étranger, je représente les 75% de la population qui réside en France. C’est une tâche très difficile et une grande responsabilité.  La difficulté pour les députés de la communauté algérienne de l’étranger est le manque de moyens et le manque de temps. Les députés européens ont des équipes pour les assister composées d’ assistant.e.s parlementaires, secrétaires, permanents…). Cela nous manque pour accomplir convenablement , comme on le voudrait, notre mission.

L’image contient peut-être : 4 personnes, personnes souriantes
Est-ce-que tu penses que la communauté ne se mobilise pas assez pour renforcer les liens avec l’Algérie?

La communauté a ses propres problèmes et ses propres soucis dans les pays d’accueil. Le renforcement avec l’Algérie doit passer par l’éducation des parents qui doivent continuer à remplir un rôle de lien avec le pays d’origine mais aussi de transmission de nos valeurs et de notre culture tout en respectant le pays d’accueil.  Cela passe certainement par l’apprentissage de la langue, atout dans la mondialisation des échanges culturels , économiques ou fraternels.

Par ailleurs les associations peuvent aussi jouer un rôle important pour construire ce « pont mosaïque » entre le pays natal et les pays d’accueils comme a su le faire pendant plusieurs années l’association l’Amicale des algériens en Europe.

Je suis conscient que ces associations souffrent du manque de moyens mais elles ont un rôle de mobilisation auprès de la nouvelle génération afin de les accompagner dans la découverte de la culture.  Les anciens, qui avaient cette tâche et cette force mentale pour faire ce travail, sont moins nombreux. J’espère donc que l’Etat algérien et les institutions qui ont une relation directe avec cette communauté  mettent les moyens matériels et humains pour aider ces associations et leur permettre de renforcer ce lien à travers le tissu associatif, des échanges entre les jeunes, des rencontres sportifs comme les tournois…Le député Samir Chaabna (2 e en partant de la gauche) a pu rencontrer le maire Luc François à la salle Paul-Couchoud.  Photo DR

Le ministre du Tourisme peut aussi jouer un rôle et un lien important pour promouvoir le patrimoine algérien et les lieux touristiques. Dans notre pays, il y a tous les atouts,  les moyens,  les avantages qui peuvent en faire une destination touristique par excellence.

Le rôle des affaires étrangers est aussi primordiale en donnant des instructions à nos consulats pour organiser par exemple des rencontres, des réunions, des manifestations lors des festivités nationales et historiques mais aussi religieuses… ce serait un plus pour la nouvelle génération.

Il faut promouvoir la culture algérienne. Cela passe par des projections de films, des expositions d’artistes et peintres algériens en France, des soirées organisées par le Centre culturel algérien ou le Ministère de la culture à Paris et en province pour promouvoir la musique traditionnelle algérienne. Nous savons qu’en Algérie il y a une diversité de style de toutes régions comme le raï, la musique kabyle, les chants touaregs, la musique chaoui, le malouf, le chaabi…

L’image contient peut-être : 3 personnes, personnes assisesTu es à l’initiative de beaucoup de modification des lois en faveur de la communauté algérienne de l’étranger, peux-tu nous en parler?

Mes initiatives sont nombreuses et je ne pourrais pas toutes les citer. J’ai proposé beaucoup de lois lors de mon 1er mandat. Je suis fier de mon bilan notamment l’adoption de l’article 136 de la loi de finance (L.F.) de 2015, qui a permis la prise en charge par l’Etat algérien du rapatriement des dépouilles des ressortissants algériens établis à l’étranger  (journal officiel  n° 78 du 31 décembre 2014). Il s’agissait d’une promesse de campagne. J’ai pu obtenir aussi le mode de changement de procédé concernant le transport des dépouilles vers l’Algérie qui fonctionnait selon la pesée de la dépouille. Aujourd’hui il s’agit d’un forfait, sans mauvaise surprise pour les familles. J’ai aussi travaillé pour permettre l’accès des documents administratifs directement auprès des consulats comme par exemple le casier judiciaire, le certificat de nationalité…La mise en place d’un couloir vert, demandé depuis de nombreuses années, est aujourd’hui une réalité. La communauté algérienne a pu constater aussi la suppression de la fiche de police lors du passage douanier ou même l’évolution de l’obligation de déclaration des devises et objets de valeurs qui ne s’appliquent désormais qu’à partir de 1000 €. Il y a eu des mesures récentes prises en direction de la communauté algérienne de l’étranger leur donnant la possibilité de bénéficier des mêmes avantages que les compatriotes résidents en Algérie, comme le dispositif de promotion immobilière y compris ce qui relève des pouvoir publique comme les dispositifs d’aide à la création d’entreprise comme l’ANSEJ. Il y a une autre mesure prise qui est l’ouverture des filiales de banques algériennes. D’ici 2019, plusieurs agences de la Banque algérienne seront prochainement ouvertes, dont une à Lyon.

Et le prix des billets d’avion en été ?

La communauté en été fait face à la cherté des billets d’avion. Les compagnies profitent de la forte demande de la communauté algérienne avec des prix qui peuvent atteindre les 800€. C’est inacceptable et inadmissible que la communauté algérienne de France qui est à une heure de vol d’Alger paie des sommes colossales contrairement à ceux qui partent par exemple aux Etats-Unis ou au Canada. Les familles nombreuses et les étudiants, les retraités sont les catégories les plus touchées par cette situation. Ils restent  fortement attachés à leur terre l’Algérie mais ces prix excessifs pratiqués par les compagnies algériennes privent de plus en plus ces citoyens à visiter leur terre, leur famille, et leur défunts.

Quelles sont tes prochains objectifs concernant ton travail à l’Assemblée Nationale Populaire?

Je souhaite pour ce nouveau mandat  développer plusieurs axes de travail. Au niveau des administrations, mon objectif est donc de moderniser les structures consulaires et d’améliorer la qualité des services.  Je pense aussi qu’il faut conjuguer les efforts des institutions diplomatiques, du tissu associatif algérien et des différents partenaires pour servir les intérêts des algériens établis à l’étranger, l’objectif étant de permettre un dialogue efficace et un travail fructueux. Il me parait aussi important de modifier la politique de visa algérienne pour permettre aux conjoints d’algérien.e.s de nationalité étrangère de bénéficier d’un octroi gratuit de visas long séjour. Mais le plus important est d’instaurer rapidement un ministère de l’immigration en Algérie et de concrétiser la création du Haut Conseil de l’Immigration à l’étranger afin de renforcer la reconnaissance et la défense des algérien.e.s de l’étranger. Au niveau du social, il faudrait adopter une politique plus volontariste en développant des actions en faveur des personnes âgées de notre communauté établie à l’étranger, encourager et développer le lien social tout en renforçant la solidarité en faveur des personnes isolées et améliorer l’accueil et l’encadrement des étudiants algériens de France. Au niveau économique, il faut poursuivre le développement économique en favorisant et soutenant les investissements des algérien.e.s de l’étranger. La culture doit aussi être soutenue et favorisée à travers la création de centres culturels algériens en France, à travers l’apprentissage de la langue, le jumelage des villes des deux rives et donc le renforcement des liens d’amitiés…Une chose est certaine c’est que la communauté algérienne de l’étranger est une mine de talents dans tous les domaines, qu’ils soient culturels, économiques, sociaux…et elle doit donc être valorisée.L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes assises

Juriste, blogueuse engagée, « tout le monde a droit à cinq minutes de gloire »

  • Juriste, blogueuse engagée, « tout le monde a droit à cinq minutes de gloire »