L’Abbé Pierre : toujours présent

Mardi 22 janvier 2019 : 12 e anniversaire du décès de l’abbé Pierre et 70e anniversaire de la création du Mouvement Emmaüs

L’abbé Pierre est décédé le 22 janvier 2007 à 5h25, à l’hôpital du Val-de-Grâce à Paris. Il y a donc 12 ans qu’il nous a quittés pour ses « grandes vacances », comme il les appelait. A sa demande, il a été inhumé dans le cimetière d’Esteville (près de Rouen), son village d’adoption, où plusieurs dizaines de compagnons sont enterrés.
A côté de sa tombe se trouve celle de Georges Legay (1903-1966) qui est le tout premier compagnon d’Emmaüs, que l’abbé Pierre a rencontré en octobre 1949. 2019 est donc l’année où le Mouvement Emmaüs fête son 70e anniversaire. La rencontre entre l’abbé Pierre, alors résistant et député, et Georges, ancien bagnard et désespéré, est le point de départ de la création et de l’aventure d’Emmaüs en France et dans le monde. Tous les groupes Emmaüs fêteront cet anniversaire tout au long de l’année.
Le 22 janvier 2019, la commémoration commence le matin à 8h30 à Paris, devant le siège d’Emmaüs SOLIDARITE (32 rue des Bourdonnais). Un petit- déjeuner rassemblera des salariés, des bénévoles et des personnes accueillies et hébergées dans les 99 structures d’accueil gérées par cette association qui fournit un toit et un accompagnement à environ 5000 personnes en Ile-de-France. Les personnes se rendront ensuite en car à Esteville pour participer à la « commémoration active ». Il s’agit de mettre en lumière le travail remarquable effectué par cette communauté où des hommes et des femmes, naguère en situation d’exclusion, travaillent à construire une société plus juste et fraternelle à partir des métiers de la récupération.

Biographie de Georges, premier compagnon d’Emmaüs :

Condamné au bagne, à Cayenne en Guyane, pour avoir tué son père, il est gracié au bout de vingt ans. Rentrant chez lui, il trouve sa femme avec un autre homme, un ancien codétenu, des enfants qui n’étaient pas de lui et sa fille qui avait honte de lui. Désespéré, il se jette à l’eau, en octobre 1949. Il est repêché ; l’abbé Pierre, appelé à ses côtés, lui dit : « Je ne peux rien te donner. Je n’ai que des dettes. Mon indemnité parlementaire est dépensée dans la rénovation de la maison de Neuilly-Plaisance. Je suis fatigué, mais toi, puisque tu veux te suicider, tu n’as rien à faire de ta vie : si, au lieu de te tuer, tu venais me donner un coup de main, nous pourrions aider plus encore de personnes en détresse. » L’abbé lui donne des raisons de vivre. Georges sauvé parce qu’il devient « sauveur des autres » : tout Emmaüs est là. Comme il en avait pris l’habitude pour ses compagnons, l’abbé Pierre a résumé la vie de Georges en trois dates : sa naissance, son arrivée à Emmaüs et son décès. Georges a travaillé pendant dix-sept ans aux côtés de l’abbé Pierre. A son décès en 1966 en Région parisienne, il est inhumé dans le cimetière d’Esteville où l’abbé Pierre venait de s’installer deux ans plus tôt

Programme :

8h30 : Petit-déjeuner organisé par Emmaüs SOLIDARITE, au 32 rue des Bourdonnais, 75001 Paris
14h : Départ de la marche du Centre abbé Pierre – Emmaüs au cimetière d’Esteville (76690)
14h15 : « Commémoration active », dépôts sur la tombe de l’abbé Pierre des clefs de logements construits par le Mouvement Emmaüs en 2018
15h : Messe à l’église d’Esteville (76690)
16h : Goûter fraternel et visite du lieu de mémoire (Centre abbé Pierre – Emmaüs ; 76690 Esteville). Entrée libre.
17h : Rencontre-lecture avec Marie-Christine Barrault et Agnès b
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
X
%d blogueurs aiment cette page :