A45 : Merci qui ?

L’A45, qui va dire merci ? Début des travaux en 2017 et ouverture en 2022. L’autoroute A45 est sur les rails. Elle reliera en 2022 Brignais (A7/A450) à La Fouillouse (A72/COSE), en longeant les Monts du Lyonnais.

Read More « A45 : Merci qui ? »

Faut-il interdire l’anisette de la CGT ?

A Saint-Étienne, on comptait  entre 5.000 et 10.000 personnes dans le cortège, beaucoup plus que lors de la dernière manifestation. Le « débat » des deux Frances s’est poursuivi sur les réseaux sociaux.

Manifs 31 mars 5Le cortège conduit par la CGT, FO, la FSU, Solidaire, le mouvement des jeunes communistes français, Europe Ecologie les Verts, le MJS et même la fédération PS de la Loire s’est étiré à partir de  la place Jules Ferry. Comme dans des dizaines d’autres villes, la mobilisation a été importante pour afficher leur opposition à la loi de Myriam El-Khomri, la ministre du travail. Les lycéens ouvrent la manifestation. Ils descendent la Grand’Rue en direction de la place Jean Jaurès et la circulation du tramway est  bloquée le temps de la manifestation. La manifestation s’est terminée devant les portes de la préfecture, repeintes de toutes les couleurs par de jeunes manifestants. Cinq policiers en faction ont dispersé les manifestants avec des gaz lacrymogène et en pointant leur flash-ball sur les jeunes. Des renforts de CRS se sont postés en contrebas de l’avenue.

Faut-il interdire l’anisette de la CGT

Jeudi 31 mars, la rue à Saint-Etienne a parlé, a eu un visage et une voix. Visiblement cela a suscité quelques réactions. Les réseaux sociaux sont bien là…pour nous dire ce qui se dit dans les couloirs.

Post commercesVerney caron et son flash ballAh l’anisette de la CGT ! Voilà bien un motif d’agacement pour l’interlocuteur de la page FB de Gael Perdriau, maire de Saint-Etienne. Celui-ci lui répond du tac au tac s’étonnant que les professionnels n’aient pas saisi la « Préfecture ou la police des douanes ». Péripétie des réseaux sociaux, sans doute, comme d’ailleurs la position d’Estelle Verney Caron, qui poussé par Serge Freydier,à la suite de son article Hugo, le mur et la manif, sort de ses gonds et ponctue. » La valeur du travail a été la base de mon éducation. Je m’y applique depuis mes 16 ans, Tout comme le respect des institutions républicaines. Ces jeunes manifestants, éduqués au 35h , sauront vous remercier car grâce à vos impôts , les murs de la préfecture pourront être nettoyés . » Beau style de polémiste. Décidément la France a de beaux atavismes derrière elle.

Aimé Césaire irait-t-il au Zénith de Saint-Etienne ?

Le 8 janvier, Maurice Vincent procédait au baptême de l’esplanade du Zénith ( Saint- Etienne Loire). Le nom ?  « Aimé Césaire ».  En marge de l’image d’Epinal son neveu Gilles Roussi raconte son inventaire sur la mémoire. Pourparlers publie le discours mémoriel de Maurice Vincent à Aimé Césaire.

Comment avez vous vécu le choix de l’esplanade du Zenith, temple d’une culture « packagée » pour être baptisée Aimé Césaire ?

Gilles roussi Aimé Césaire irait t il au Zénith de Saint Etienne ?

Garer ma voiture sur le parking du Zenith pour aller me cultiver un peu et me dire je me gare sur l’esplanade Césaire , j’avoue que ça me fait un peu plaisir. La république se doit à ses enfants  : Césaire en fait partie. Que Césaire aujourd’hui soit un aéroport, une place une rue , n’illustre pas son parcours solitaire du temps de son vivant, et le devoir de culture. J’ai le souvenir d’un directeur d’une école d’art qui se vantait de connaître les acteurs du surréalisme. Le directeur de St Etienne (Bonaval) lui glissait à ce moment : tu es à côté du neveu de Césaire fait gaffe à ce que tu dis…Ce dernier répondit ..Césaire c’est qui ? Aimé Césaire, homme de gauche, poète, homme engagé se voit honorer dans beaucoup de villes de la Métropole alors que la Martinique reste l’enfant malade de la République. Hommage du vice à la vertu ? OUI ! En résumé c’est bien ça : de la vraie doctrine chrétienne une place par ci une rue par là…  : emballez c’est pesé pas la peine de se pencher sur le vrai problème  : celui de considérer l’héritage d’une terre exploité au bon vieux temps des colonies.

Un jour j’étais en Bretagne et je postais une lettre avec un timbre à l’honneur de Césaire, je pensais à De Gaulle : le timbre à mon effigie: vous aimeriez qu’on vous lèche le cul et qu’en suite on vous mette un poing dans la gueule!
Vous avez accepté de témoigner parmi d’autres sur l’inventaire de l’héritage d’Aimé Césaire. Quels engagements retenez-vous pour faire fructifier aujourd’hui son héritage morale, poétique et spirituel ?
Celui d’un homme politique unique en son genre , l’opposé de tous ceux que l’on « peut, doit » admirer voire élire ! Le choix qui nous est proposé est de mettre en scène un politique médiatique ; généralement un peu falot,démago et couvert de médailles le sens républicain quoi!  Bref, le genre de mec qui aujourd’hui fait que le politique aux yeux de la majorité demeure dans cette idée : « tous pourris ». Césaire était l’opposé de ça , c’est un peu pour cette raison qu’il a été l’un de ceux qui ont eu un « long mandat parlementaire » et de répondre alors qu’il donnait sa démission: qui avez vous prévu comme dauphin, ais-je l’air d’un monarque? peu d’hommes politiques peuvent en dire autant.

esplanade césaire 2 300x154 Aimé Césaire irait t il au Zénith de Saint Etienne ?

Le métissage comme Edouard Glissant semble le suggérer dans l’ensemble de son oeuvre? L’anticolonialisme ?

Bien sûr l’anticolonialisme c’est évident , à noter également l’ignorance , voire l’absence de référence de Frantz Fanon : son oeuvre est majeure dans ce domaine …Pas beaucoup de rue à son nom, pas de place non plus …Mais bon c’est la rançon du combat : le combat désespéré et inégal de l’égalité face aux désirs insatiables de cette société . Oui encore une fois le colonialisme est sans doute l’abrutissement des colonisés.
Pour Edouard  le métissage serait une solution mais au final , pour ma part, il aboutit à la « dilution » je reprendrai une maxime que j’avais inscrite à une exposition sur un catalogue d’exposition réalisée au ministère des Dom Tom « être original c’est revendiquer ses origines! ».

Je suis pour ma part un « métisse » mais issu d’une mère juive et athée et d’un nègre ce qui ne m’a pas empêché d’être avant tout munis d’un caractère rebelle à l’égard du compromis et de l’allégeance vis à vis d’un pouvoir sourd aux demandes de libertés, d’égalités et de fraternité. En fait je revendique , de part mon nom, « roussi » ce sobriquet remis à mes ancêtres en mille huit cent quarante huit: roussi comme le brûlé  j’avoue avoir une certaine fierté d’avoir connu mon arrière grand mère qui était née esclave . Césaire aimait à dire souvent ce proverbe africain : si tu ne sais où aller ….regarde d’où tu viens! On ne se refait pas!

Henry’s vaut-il 140€

Henri Rechatin, dit « HENRY’S » a désormais son « passage » à Terrenoire… Henry’s, un des joyaux du patrimoine stéphanois, n’a pas eu droit à une rue et encore moins à une avenue… juste un passage ! Lui, l’Albatros incarnant cette terre populaire, généreuse, aventureuse, ne mérite-t-il pas mieux ? Read More « Henry’s vaut-il 140€ »

Des costards pour Bernard Arnault

Une heure trente pour faire entendre la petite musique de la France d’en bas.  Le film de François Ruffin « Merci patron » fait du bruit. Séance réjouissante au Mélies Saint-François à Saint-Etienne. Read More « Des costards pour Bernard Arnault »

« Celui qui a tué un homme qui n’a commis aucune violence sur terre, ni tué, c’est comme s’il avait tué tous les hommes  » (Coran V32)

« Celui qui a tué un homme qui n’a commis aucune violence sur terre, ni tué, c’est comme s’il avait tué tous les hommes. Celui qui sauve un seul innocent, c’est comme s’il avait sauvé l’humanité toute entière. » (Coran V32)

Read More « « Celui qui a tué un homme qui n’a commis aucune violence sur terre, ni tué, c’est comme s’il avait tué tous les hommes  » (Coran V32) »

Enjeux des Régionales : Le bénévolat c’est du développement durable

Faisons de la politique fiction. Nous sommes le 14 Février 2016. Un désastre majeur s’abat sur la France. « La France, en état de thrombose » titre le Figaro. Ce n’est pas la grève des « grands soirs ».  C’est pire. Les « bénévoles » cessent leurs activités !

Read More « Enjeux des Régionales : Le bénévolat c’est du développement durable »

1 millions d’Euros pour les agriculteurs de la Loire. La stratégie de l’urgence

Dans l’urgence, le Conseil régional de Rhône-Alpes et le Conseil général de la Loire débloquent respectivement 8 et 1 millions d’euros pour une aide exceptionnelle aux agriculteurs face à la sécheresse de cet été.  L’argument est la régulation du marché car les éleveurs menacent de « décapitaliser », en clair de vendre des têtes de bêtes.

Read More « 1 millions d’Euros pour les agriculteurs de la Loire. La stratégie de l’urgence »

« Confidences » , c’est DIOR à entendre

Confidences », c’est DIOR à entendre.  La réalisation de Videoscope est irréprochable, mais le texte signé Isabelle Rabineau est au mieux un exorcisme, au pire un beau foutage de gueule. Mais à quoi pensent donc les  SPIN DOCTORS de Gaël Perdriau ?

Read More « « Confidences » , c’est DIOR à entendre »

Ca veut dire quoi être Charlie en aout 2015 ?

jpj au cigareCe discours aux vœux du Club de la presse de la Loire ne m’a pas valu que des amitiés. Il a le mérite d’être l’exact reflet de ma pensée et de la direction que je souhaite impulser à Pourparlers V 2 😛 

Ca veut dire quoi être un Charlie collectif  OJD à Saint-Etienne? Moi, je crois que que la 1ere vraie question est entre liberté d’expression et le sens des responsabilités.. Personne ne peut faire Tartuffe là-dessus. L’actualité récente stéphanoise offre des exemples où des questions se posent de cette dialectique entre liberté d’expression et une certaine éthique de la responsabilité. Comment est-ce qu’on traite l’interdiction du spectacle de Dieudonné ? Comment est-ce qu’on aborde la volonté de dépeindre le Géant ? Comment on analyse les réactions à l’article du Monde ? Comment on lit l’article de Loic Todesco sur transparence sur le prix des vœux du Maire ? Ou de Florence Banrolla sur le Prix du concert de France Bleue au Zenith ? On ne peut pas faire comme si ce débat n’était pas aussi ici. En plus ce débat, il n’est pas qu’interne aux rédactions, ni en dialogue avec les élus. C’est un triangle où les citoyens dans leur diversité doivent être entendus. Mon 1er sentiment est qu’au delà du devoir d’informer, on nous demande d’être dans de la pédagogie, et dans la vigilance un peu comme des instituteurs de la République qui armés de la fameuse devise liberté, égalité, fraternité serait aussi capable de dire là au nom des valeurs de la République « On s’indigne »! Sans tomber dans le « Tous pourris ».  Il me semble qu’il y a  beaucoup de questions à se poser sur le sentiment d’insécurité par exemple ! Il y a une pédagogie de la Liberté d’expression et de la responsabilité à avoir au service du vivre ensemble ! Sur quelle pédagogie, sur quelles valeurs, on s’appuie là-dessus ? Les fameuses bonnes nouvelles, c’est la demande d’une partie du lectorat.

Ca veut dire quoi d’être Charlie aujourd’hui dans la Loire ? Devoir d’insolence, d’ irrévérence, devoir d’esprit critique. C’est une tradition de la presse d’aller gratter là où il y a du pouvoir, du secret, des combinazione. Il faut avoir les reins solides. Certains journalistes savent ce que c’est que d’avoir des pressions, d’avoir attaqué un nœud de pouvoir, ou égratigné un Lobby. Ca peut aussi être un devoir d’avoir aussi un peu d’humour. J’ai pensé à Michel Clavel qui avait payé sa place pour un titre « Saint-Etienne affiche ses parties zénithales ». Jusqu’où les « puissants » locaux peuvent-ils accepter d’être éventuellement brocardés ou titillés ? A Lyon , ils ont les Potins d’angèle, héritier de Guignol. On a eu le Chat Botté à Saint-Chamond. Jusqu’où est-on prêt tous collectivement à relever ce défi ? Les journalistes individuellement peuvent-être courageux. Est-ce que les rédactions sont prêts à les suivre, quitte à devoir assumer un procès en diffamation ?

Ca veut dire quoi d’être Charlie aujourd’hui dans la Loire ? Est-ce que ce n’est pas oser aussi l’indignation ? Révéler ce qui peut être scandaleux ? Je pense Le scandale n’est jamais là où on l’attend. Il y a le scandale de provocation et le scandale de révélation qui ouvre les yeux, amène à un progrès des consciences, peut-être un progrès social parfois. Pour moi au quotidien, à Saint-Etienne, dans ma rue, il y a le scandale de voir des enfants dans les rues de saint etienne vider des poubelles. C’est mon scandale à moi ! Chacun aura son scandale de provocation ou de révélation ! Si je peux dire je suis Charlie, c’est à la suite de Charlie Pour dire comme disait Hessel « Indignons nous » !

Ca veut dire quoi d’être Charlie aujourd’hui à Saint-Etienne ? Je vais être très clair là-dessus. Les images de « Charlie » étaient scandaleuses pour une partie de nos concitoyens. C’est une réalité qu’on ne peut gommer ! Beaucoup de jeunes des quartiers n’étaient pas à la Marche blanche. Pourquoi ? La société est très clivée. Est-ce que nos médias reflètent bien la diversité de la population ? Est-ce qu’au moins on est capable de dialoguer avec ceux qui ne pensent pas comme nous ? Et surtout sur quelle base ? Quelles tribunes donner ? Quelles réactions avoir ? Alors, moi, bien modestement et de là où je suis, je propose qu’on se pose, journalistes, communicants, élus républicains, mandataires de l’autorité de l’Etat avec quelques questions. Quel sens de la responsabilité de la presse ? Quels moyens pour assurer une vraie indépendance de ton ? Quel soutien à la diversité des médias ? Quel seuil de tolérance et à quoi ? Comment être en prise avec le pays réel ? Peut-être cela peut-il s’insérer dans les assises de la démocratie locale.

Discours aux vœux du Club de la presse de la Loire le 22 janvier 2015

Autrement. Mais pourquoi?

On a tous un autrement dans la tête. Etre autrement parents. Grandir autrement. Epargner autrement. Voyager autrement. Vieillir autrement. Jardiner autrement. Chanter autrement. Produire autrement. Divorcer autrement. Pourquoi cet « autrement » apparait-il à chaque carrefour ?

Les psys ont leur réponse oedipale. Les historiens des mentalités en font un ressort du mouvement dialectique de l’Histoire. Les publicitaires l’utilisent dans leurs fonds de commerce comme instinct de distinction. Certains philosophes en ont fait le centre de leurs recherches. Les associations leur Graal et leur panache de ralliement. Les ingénieurs travaillent leur méthode comme outil de productivité. Au delà d’une supposée essence, l’autrement est l’être en marche. Et c’est tant mieux !

Autrement dit, Pourparlers aime cet adverbe qui fait signe vers l’alterité, la liberté du choix, les futurs possibles. Il est la pierre philosophale. Et notre ligne éditoriale.

Pourparlers en mode «Beta»

Quels gros bétas, ces Pourparlers ! Oui. Pourparlers est depuis ce trois Octobre en ligne, mais en mode beta, comme disent nos amis geek. Décodage : en mode démarrage soft, le temps d’une traversée. En mode beta, sur son frêle esquif, Pourparlers sort haut son mat de mitaine. Avec un seul pavillon affiché à l’enseigne amirale du site : l’arobase qui questionne, le crochet qui alpague, le drapeau de pirate flottant au vent de l’infini.

En mode beta ? Durant une année, pourparlers sera donc en mode beta. Voir la fidélité des mousses et moussaillons. Essuyer ensemble la mer des Sargasse, le désert des Bermudes et les tempêtes du Cap Horn. Eprouver nos serments d’honneur. Réciter ensemble comme un chapelet la Charte d’Athènes. Donner la cadence à la rame à nos amis graphistes et développeurs. Aiguiser le sens critique de nos amis journalistes. Tester le cap de nos capitaines et gouverneurs. Sans argent, ni mécène, à la gloire de la couronne de la presse libre et indépendante, Pourparlers est une association de bienfaisance. Avec une morale haute et forte : sans concession, sans répétition, mais sans félonies ! Jamais Pourparlers ne frappera dans le dos, car son viatique est « Ouvrons le parole ». Jamais donc de coup en traître.

Doucement, mais pas tièdement.  En ouverture de rideau, ce deux Octobre, les naufrageurs de Pourparlers, flibustiers sans loi ni roi, commencent dans l’invective critique et esthétique. Sidérés par la campagne pour la fourme de Montbrison (agence 32 Décembre), les pirates de Pourparlers dégainent quelques leçons d’esthétique (lire La Fourme fait de la politique). Les gérants de 32 Décembre n’ont pas souhaité répondre à cette 1ere bordée de canon. Ils essuient les plâtres, paix à leurs intérêts que nous ne méprisons pas. La chronique de « Red is Dead » sera régulière.

Puis il y a  ceux qu’on appelle et qu’on classe comme les sans-papiers, mais pas sans carte de crédit. Comme quoi le capitalisme est bien l’ultime frontière, aujourd’hui.  (lire Etre sans papier et faire ses achats à la Fnac). Là où une certaine morale publique nous pousserait à ne plus voir ces habitants sans titre dans nos villes, pourparlers leur donne visa, quitte à frôler la désobéissance civile. Notre journaliste va compléter sa tranche de vie par un entretien avec la Préfecture.

Il y a notre évêque Tintin reporter en Transnitrie (lire Un evêque au pays d’Ottokar). A quelques 2000 kilomètres de Saint-Etienne, un pays fantôme, muséum d’histoire politique où domine la statue imposante de Lénine comme dernier arpens d’un communisme fossilisé.

Pourparlers est autant casque bleu que pirate. C’est dans son étymologie, son ADN éditoriale. Dans cette 1ere traversée, Pourparlers propose une trêve, un moment d’accalmie doux et reposant. Car la guerre est déclarée, âpre et rugueuse, à mots découverts… entre journalistes. Il y a les frères de la côte, les journalistes qui ont choisi la force obscure du Net et les traditionnels, les appareillés au continent Papier et ondes. Notre journaliste leur donne le temps d’une trêve des Braves. Car ils servent le même pavillon : la liberté et la vérité.

Bientôt, Pourparlers proposera une enquête approfondie sur le projet de barrage des Plats,  à Saint-Genest Malifaux et des rendez-vous en live.

Jean-Pierre Jusselme

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
X
%d blogueurs aiment cette page :