France-roumanie : oubliez vos clichés

A l’initiative de son groupe de travail France-Roumanie, l’AFCCRE organisera à l’invitation du Président de la Région Auvergne Rhône Alpes, Laurent WAUQUIEZ, les prochaines Assises Franco-Roumaines de la Coopération décentralisée les 2 et 3 avril prochain à Lyon. Read More « France-roumanie : oubliez vos clichés »

L’Abbé Pierre : toujours présent

Mardi 22 janvier 2019 : 12 e anniversaire du décès de l’abbé Pierre et 70e anniversaire de la création du Mouvement Emmaüs

Read More « L’Abbé Pierre : toujours présent »

#ParlonsRIC

Depuis quelques semaines, les gilets jaunes réclament de façon constante le RIC (Référendum d’Initiative Citoyenne) sur les ronds-points et aux micros des TV et radios. Certains d’entre eux ont même affirmé au Secrétaire d’État au Numérique que le lancement d’un groupe de travail sur le sujet serait de nature à mettre un terme aux manifestations à Paris.

Read More « #ParlonsRIC »

Faites que la France n’ait pas honte d’elle-même !

À la veille de la journée internationale des migrants, La Cimade, via Christophe Deltombe, interpelle Emmanuel Macron sur la situation catastrophique des personnes exilées et la politique inhumaine mise en œuvre.

Read More « Faites que la France n’ait pas honte d’elle-même ! »

La mobilisation ne faiblit pas !

Le 5 décembre 2018 on célébrait, comme tous les ans depuis 1985, la journée mondiale du bénévolat.  A cette occasion, la Fonda a rendu publique une étude approfondie sur le bénévolat en France, Read More « La mobilisation ne faiblit pas ! »

« D’ici 2019, plusieurs agences de la Banque algérienne seront ouvertes, dont une à Lyon » Samir Chaabna

Rencontre avec Samir Chaabna , député de la communauté algérienne de l’étranger. Read More « « D’ici 2019, plusieurs agences de la Banque algérienne seront ouvertes, dont une à Lyon » Samir Chaabna »

Abdellah Nouioua en route pour 2020

Abdellah Nouioua, militant actif qui veut devenir maire de Saint-Etienne

Read More « Abdellah Nouioua en route pour 2020 »

L’intervention du citoyen dans le débat public avec Bertrand Badie

La deuxième édition lyonnaise  du festival La Chose publique a réuni  3000 participants. Samedi 30 juin 2018 à Saint-Etienne. Bertrand Badie et Renaud Girard débattront autour de la question de l’intervention du citoyen dans le débat public, avec la modération de Michel Lussault, spécialiste de géographie urbaine et professeur à l’ENS.

Read More « L’intervention du citoyen dans le débat public avec Bertrand Badie »

Journée citoyenne : 1500 communes et 200 000 habitants mobilisés

Samedi 26 mai 2018, pour la Journée citoyenne 1500 communes de toute la France et 200 000 habitants se mobilisent en faveur du vivre ensemble

Read More « Journée citoyenne : 1500 communes et 200 000 habitants mobilisés »

Participez à Frame, Voice, Report ! et gagnez 20 000€

Participez à Frame, Voice, Report ! et gagnez 20 000€. Dans la cadre du dispositif Frame, Voice Report ! , financé par l’Union européenne, Resacoop lance officiellement l’ appel à projets Frame, Voice, Report ! pour une meilleure compréhension des Objectifs du Développement Durable.

Read More « Participez à Frame, Voice, Report ! et gagnez 20 000€ »

« Avec SRDEII, passer de la logique du guichet à la logique du projet » MC Rey

Mme Marie-Camille Rey, vice présidente du Conseil régional Rhône-Alpes/Auvergne en charge de la jeunesse, du sport et de la vie associative, a organisé des visites d’entreprises ligériennes bénéficiaires des aides régionales apportées dans le cadre de schéma régional de développement économique d’innovation et d’internationalisation (SRDEII).

Read More « « Avec SRDEII, passer de la logique du guichet à la logique du projet » MC Rey »

« Les nôtres avant les autres » : l’Action française s’implante à Saint-Etienne

En réaction à l’implantation à Saint-Etienne de l’Action française et de la venue de son Président, le comité des « Antifas » de Saint-Etienne invite à un rassemblement  vendredi 27 avril à 18h00 place Jean Jaurès (Saint-Etienne).

Read More « « Les nôtres avant les autres » : l’Action française s’implante à Saint-Etienne »

Pour un Traité onusien contraignant multinationales et droits humains

Le 24 avril 2013 dans la banlieue de Daca, capitale du Bangladesh, s’effondrait le Rana Plaza tuant 1138 ouvriers et blessant plus ou moins grièvement plus de 2500 ouvriers principalement de jeunes femmes…5 années après la mobilisation reste urgente pour que l’Union Européenne soutienne le projet de traité de l’ONU sur les multinationales.

Read More « Pour un Traité onusien contraignant multinationales et droits humains »

P. Moscovici : La Région doit se tourner davantage vers l’Europe

Jeudi 05 avril 2018, Pierre Moscovici, commissaire européen, venait, dans le cadre de son tour de France des nouvelles régions,  en visite  à Lyon pour parler de l’Europe.

Read More « P. Moscovici : La Région doit se tourner davantage vers l’Europe »

Le jour où j’ai « patché » la crise avec Jean-Marc Ayrault

D’une bourde du Premier ministre Jean-Marc Ayrault parlant de patches au lieu de pitches si on faisait une analyse de la politique rose pâle. Un gonzo report avec beaucoup de citrons amers dedans.

Read More « Le jour où j’ai « patché » la crise avec Jean-Marc Ayrault »

40€ au 1er janvier 2018 pour dépassement de stationnement à Saint-Etienne

Au Conseil municipal de Saint-Etienne du 27 novembre 2017, les élus ont discuté pour la 1ere fois du tarif post stationnement. Autrement dit des anciennes amendes au stationnement.

Read More « 40€ au 1er janvier 2018 pour dépassement de stationnement à Saint-Etienne »

La lettre honteuse du Préfet de Savoie

Où l’on demande aux gestionnaires des « dispositifs d’hébergement d’urgence pérènes » de pratiquer activement la délation…

Read More « La lettre honteuse du Préfet de Savoie »

Les territoires de vie au crible de 27 indicateurs de qualité de vie

Dans le prolongement des recommandations de la Commission Stiglitz, la qualité de vie dans les territoires a été mesurée par l’INSEE à travers une trentaine d’indicateurs, recouvrant treize dimensions (encadré) à l’échelle des 2 677  territoires de vie de France métropolitaine. Il s’agit ainsi de mettre en évidence la manière dont les territoires se différencient et d’identifier leurs atouts et leurs handicaps en matière de qualité de vie.

Read More « Les territoires de vie au crible de 27 indicateurs de qualité de vie »

Changer 2017 !

14 candidats ont accepté de créé leur profil pour répondre aux pétitions de Changez 2017 qui a pour but de remettre le citoyen au coeur de l’élection.

Read More « Changer 2017 ! »

Marche pour la Pleine Citoyenneté

Dans le cadre de l’élection présidentielle 2017, à l’initiative d’un collectif d’associations initié par Mémoires & Partages, une Marche pour la Pleine Citoyenneté pour tous partira de Bordeaux le 18 mars pour rejoindre Paris le 1 avril 2017.

Read More « Marche pour la Pleine Citoyenneté »

La Promo de l’ENA de Macron est-elle derrière l’affaire Fillon ?

Sans prétendre mener une enquête Pourparlers publie  un POST sur Boursorama qui décortique le circuit du dossier. A vous de juger

Read More « La Promo de l’ENA de Macron est-elle derrière l’affaire Fillon ? »

Faire valser Manuel ValLs

La valse de Manuel Valls, petit amusement offert par Mathieu Lachand.

Read More « Faire valser Manuel ValLs »

Alep (Syrie) Lettre ouverte de Pierre le Corf à François Hollande

Pierre Le Corf est un Humanitaire Français expatrié à Alep, Syrie. Il est fondateur de l’Association We Are Superheroes.

Read More « Alep (Syrie) Lettre ouverte de Pierre le Corf à François Hollande »

A trip in Transnitrie

Voyage en Transnitrie avec un évêque catholique français.

Read More « A trip in Transnitrie »

Retour sur la campagne d’Hubert Patural un intrus dans les Municipales de Saint-Etienne

Jeudi 13 février, alors que Maurice Vincent, le maire sortant de Saint-Étienne, présentait ses colistiers au Centre des Congrès, le candidat de la Droite sociétale, Hubert Patural, tenait une réunion publique à son local de campagne.

19 h 15. À l’heure où la réunion de Hubert Patural doit commencer, ils ne sont encore qu’une dizaine à être arrivés dans le local de campagne qui donne sur l’avenue de la Libération… et sur celui de Gaël Perdriau, le candidat UMP-UDI, qui se trouve à une centaine de mètres. Le candidat annonce le fameux « quart d’heure stéphanois » avant de débuter. Quart d’heure qui sera plus proche de la demi-heure, le temps de laisser arriver de nouvelles personnes. Ils sont finalement une vingtaine à venir assister à cette conférence, dont plusieurs sympathisants ou membres de son équipe.

P21358711 Hubert Patural, un intrus dans la campagne

La conférence est filmée. Éclairé par deux spots, Hubert Patural utilise le rebord de la fenêtre comme estrade, dos au calicot de plusieurs mètres qui domine le premier étage de l’immeuble. Les réunions publiques de la fin de l’année 2013, qui commençaient invariablement par « Je suis heureux en famille, heureux en amitié, heureux professionnellement… mais malheureux dans ma ville »,  sont maintenant derrière. De même que les déclarations tonitruantes telles « Je me sens largement supérieur à Maurice Vincent, Gaël Perdriau ou Gabriel de Peyrecave ». Hubert Patural n’en est plus aux présentations. Il est entré dans la campagne et le discours de ce soir débute par l’exposé des estimations de vote au premier tour des élections municipales.

P2135862 Hubert Patural, un intrus dans la campagne

Chassez le naturel…

Lors d’une précédente réunion publique dans un restaurant du centre-ville, au mois de novembre, Hubert Patural n’hésitait pas à faire part de certains de ses projets pour Saint-Étienne : la création du bâtiment que « nous n’avons pas », à savoir un immense centre commercial de 200 boutiques situé entre les places Carnot et Jean-Jaurès, avec gratte-ciel et restaurant panoramique ; ou encore la mise en place d’un service de voituriers pour les restaurants, afin que « les voitures de luxe réhaussent le niveau de la place Jean-Jaurès et attirent une meilleure clientèle que celle des kebabs ».

Un intrus

Celui qui se définit lui-même comme « un intrus » dans cette campagne s’en tient aujourd’hui à des propositions plus concrètes, plus en adéquation avec les attentes des électeurs. Il ne peut toutefois s’empêcher de relever la profession de chacun de ses adversaires, et notamment le fait que plusieurs d’entre eux soient enseignants. Pour cet entrepreneur, « un prof a le temps de faire de la politique. Moi, jusqu’à présent, je n’avais pas le temps ».

Quant à ceux qui aiment se retrouver autour d’un verre ou d’une partie de pétanque, qu’il ne se fassent pas d’illusions. Si Hubert Patural est élu maire de Saint-Étienne, les amicales laïques auront bien du mal à obtenir quelques subventions, puisqu’il préfère « encourager l’effort plutôt que l’oisiveté ».

Il n’hésite pas non plus à attaquer les journalistes de la « presse plus que corrompue » qui osent questionner ses annonces concernant l’implantation d’entreprises à Saint-Étienne, dans le cadre des activités de sa société d’expertise, OCBI.

Des chiffres et des lettres chiffres

S’il fustige les autres candidats, qui appartiennent tous à des partis, il tombe lui aussi dans certains travers des « professionnels » de la politique, n’hésitant pas à jeter à la volée des chiffres que le public est dans l’incapacité de vérifier sur le moment même. Ainsi, 56 % des Stéphanois vivraient des minimas sociaux (les seuls 44 % restants ayant donc à supporter la dette de 2 400 € par habitant) ; Maurice Vincent aurait fait entrer cet automne 2 000 Roms, « tous inscrits sur les listes électorales »… Une population qui, selon lui, va naturellement voter pour celui qui « tous les jours leur saupoudre des aides ». Et qu’il qualifie de « cas soc’ ».

Il se lance ensuite dans une autre estimation du nombre de voix qui lui seraient nécessaires pour arriver devant l’UMP et le FN dès le premier tour. Rien de moins.

Un « raz-de-marée » peu probable

Bien qu’il ait déclaré au début de sa conférence qu’il ne ferait pas de promesses, Hubert Patural y succombe cependant. En cas de victoire, il rétablira tous les « sens de circulation naturels » de la ville, créera de nombreuses places de parking partout en centre-ville, créera un fonds de placement de proximité afin de convaincre quelque 10 000 habitants de l’agglomération de rapatrier leurs économies, achètera des voitures pour la police municipale… et, surtout, il baissera les impôts directs de 20 % dès 2014 !

Même s’il reconnaît qu’il ne faut pas être trop optimiste, il espère que « cette vague de fond qui se dessinait il y a quelques semaines » puisse se transformer en « raz-de-marée ». Toutefois, en ne s’adressant qu’aux travailleurs indépendants, commerçants et artisans, en s’en prenant entre autres aux fonctionnaires ou aux chômeurs, et en ignorant les autres, Hubert Patural risque d’avoir du mal à réunir derrière lui les 11 000 électeurs dont il dit avoir besoin pour arriver en pole position de la droite au premier tour.

Enregistrer

L’Europe à la recherche des Européens : la voie de l’identité et du mythe

Cette Étude de Gérard Bouchard, historien et sociologue, préfacée par  Pascal Lamy, est un plaidoyer en faveur de l’Union européenne (UE), tout en critiquant des choix fondateurs qui entravent désormais son développement.

© Pieter van Marion
© Pieter van Marion

Selon l’auteur, les pionniers de l’UE et leurs successeurs ont notamment fait le choix malheureux de se méfier globalement des nations et des peuples, et de les contourner en optant pour un processus de gouvernance par le haut. Pour briser ce cercle vicieux, l’UE doit trouver un moyen de se réconcilier avec les nations afin de mettre un terme à une tension nuisible de longue date, de tirer profit des ressources symboliques et de l’énergie toujours considérables des nations, plutôt que de les contraindre, et de créer des fondements pour bâtir de nouveaux mythes européens.

Cette Étude vise à démontrer que l’UE doit redéfinir ses relations avec les nations (en tant que configurations de culture, à ne pas confondre avec les États), en partant du principe que toute forme de lien social, si ténu qu’il soit, doit reposer sur certains fondements symboliques communs.
La première partie de cette étude rappelle les choix culturels fondateurs qui ont permis à l’UE de voir le jour et de connaître une évolution rapide après la Seconde guerre mondiale.
Sa deuxième partie vise à démontrer dans quelle mesure ces choix peuvent être mis en relation avec les grands obstacles auxquels l’UE est confrontée aujourd’hui : après avoir donné de l’élan à l’UE, la plupart de ces choix fondateurs sont devenus quelque peu nuisibles, essentiellement du fait qu’ils n’ont pas été révisés et adaptés à l’évolution du contexte politique.

L’Étude examine ensuite les tentatives infructueuses de l’UE au cours des dernières décennies pour créer de nouveaux mythes et une identité européenne. Elle évoque enfin de nouveaux moyens de créer de futurs mythes, essentiellement dans le cadre de ce que l’auteur appelle une « européanisation » des mythes nationaux. L’objectif est de bâtir des mythes qui trouveront une résonance à la fois aux niveaux national et européen. En d’autres termes de créer une véritable voix européenne avec de solides échos nationaux.

 

Avant d’autres, peut‐être, nous avions compris, à l’Institut Jacques Delors, aux temps où il s’appelait « Notre Europe », que le rêve des pères fondateurs des années cinquante du siècle dernier ne s’accomplirait pas tel quel : ils avaient placé trop d’espoir dans l’alchimie qui devait transformer le plomb de l’intégration économique, celle des intérêts bien compris, en or de l’union politique, celle d’un demos européen.
C’est ici que la formule apocryphe souvent prêtée à Monnet prend sons sens : « Je recommencerais par la culture ». Se non è vero è ben trovato !
Un ingrédient essentiel de toute construction politique a en effet manqué, jusqu’à présent, à la construction politique de l’Europe : la dimension imaginaire, symbolique, culturelle, celle qui cimente les appartenances. Pour employer les grands mots des sciences sociales : un déficit émotionnel, qui trouve sa source dans un déficit fictionnel. D’où une série de recherches entamées dans les années 2000 principalement par Aziliz Gouez, et dans la suite desquelles le travail de Gérard Bouchard que l’on trouvera ici trouve sa place. Une série de démarches d’inspiration anthropologique qui tente d’aborder la difficile question de l’identité des Européens à partir de la réalité de leurs mœurs, de leurs habitudes, de leurs rêves et de leurs cauchemars, souvent révélée dans les « limes ». J’approuve entièrement Gérard Bouchard dans son plaidoyer pour construire un mythe qui parle à l’imagination des Européens, de sorte que la raison et l’émotion se conjuguent enfin pour emporter l’adhésion des opinions au projet d’intégration européenne. Pour autant, je ne le suis pas dans tous ses développements. Je crois en effet qu’il met un accent excessif, dans la « mythologie » originelle telle qu’il la décrit, sur un récit anti‐national, alors qu’il s’agissait d’abord, à mon sens, d’un récit anti‐ guerre, celui qui habitait les esprits à l’époque. Mais il a raison, et c’est l’intérêt principal de sa thèse, lorsqu’il démontre l’inanité anthropologique de la devise « L’unité dans la diversité », et surtout dans la quête, qu’il prescrit, d’un récit européen qui ne se situe pas contre les récits nationaux, mais au contraire puise dans le réservoir de leurs ressources symboliques.
Reste à inventer le mode d’emploi de la démarche que prône Gérard Bouchard en allant au-delà des valeurs qui ne sont pas des mythes. À commencer par la connaissance, par les Européens, de leurs mythologies respectives. À faire les premiers pas vers une identité européenne qui se construise par la connaissance, d’abord, puis la compréhension de ce qui fait celle des autres, qui est la bonne manière d’aborder les différences. D’où nos efforts, à l’Institut Jacques Delors, pour initier la création de chaires d’anthropologie européenne, sur le sol européen ou ailleurs. Gérard Bouchard, comme à d’autres moments Stanley Hoffmann ou Elie Barnavi, nous montre en effet que le regard académique non- européen sur l’entreprise européenne est souvent plus perçant, plus lucide, et donc plus utile que le nôtre.
Pascal Lamy President emeritus de l’Institut Jacques Delors

Enregistrer

Enregistrer

L’Affaire Cahuzac, en bloc et en détails

Le 2 avril 2013, Jérôme Cahuzac se rendait devant le juge pour avouer qu’il avait un compte en Suisse non déclaré, ce que Mediapart avait révélé quatre mois plus tôt, le 4 décembre 2012. À l’issue de son audition, il était mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale. Aujourd’hui, la justice le condamne à 3 ans de prison ferme et 5 ans d’inéligibilité pour avoir fraudé le fisc.

Fabrice Arfi est le journaliste à l’origine du dévoilement de l’affaire, qu’il raconte dès mai 2013 dans son livre, L’Affaire Cahuzac, en bloc et en détails. Le journaliste y revient sur son enquête, ses rendez-vous avec des témoins clefs, tous les recoupements et vérifications effectués avant de publier ce qu’il savait être explosif. Car une fois le fil tiré, la pelote se déroule : et plus que la faillite d’un homme, c’est une fraude fiscale à grande échelle, généralisée, qui est mise à jour.

Trois ans plus tard, bien que la Suisse ait accepté de se soumettre à un peu plus de transparence, et malgré la condamnation de l’ancien ministre du Budget français, ce sont toujours près de 80 000 milliards d’euros d’argent public qui disparaissent dans les paradis fiscaux chaque année.

Fabrice Arfi, L’Affaire Cahuzac, en bloc et en détails, Don Quichotte éditions, 2013

288 pages, 18 euros

Connectés, intelligents, collaboratifs, agiles et responsables, les territoires sont la France numérique de demain !

Connectés, intelligents, collaboratifs, agiles et responsables, les territoires sont la France numérique de demain !

Read More « Connectés, intelligents, collaboratifs, agiles et responsables, les territoires sont la France numérique de demain ! »

Etes vous de gauche ou de droite ?

Laurent Cald propose un blog et un test pour savoir si on est de droite ou de gauche.

La politique du gouvernement de Manuel Valls est-elle de droite ? Le parti socialiste est-il encore un parti de gauche ? Le Front national est-il encore un parti d’extrême droite ? Les modérés de droite et de gauche pourraient-ils gouverner ensemble ? Les Républicains ont-ils vraiment plus de valeurs communes avec les centristes du MoDem qu’avec le Front national de Marine Le Pen ? Y a-t-il des convergences entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ?… Mais aussi : Michel Onfray a-t-il quitté la gauche pour rejoindre l’extrême droite ?  Les économistes qu’on entend sur les grands médias sont-ils apolitiques ? Les journalistes de France Inter sont-ils tous de gauche ?…

PolitestDès lors qu’on s’intéresse un tant soit peu à la politique et à l’actualité, on a un avis sur ces questions. Un avis, ou plutôt un point de vue. Si je suis un socialiste partisan de Manuel Valls, je suis convaincu que la politique que mène son gouvernement est de gauche. Si je suis Jean-Luc Mélenchon, je suis largement convaincu du contraire. Alain Juppé estime que son parti, Les Républicains, et le MoDem de François Bayrou, partagent, pour l’essentiel, les mêmes valeurs. En revanche, il estime que sa famille politique n’a rien en commun avec le Front National. Tous les responsables de LR pensent-t-ils de même ? Fidèle auditeur de France Inter, j’apprécie la manière, objective et sans concession, dont Patrick Cohen interroge Nicolas Sarkozy à 8h20, mais je suis agacé par le ton qu’emploie Jean-Pierre Elkabbach face à Christiane Taubira à la même heure sur Europe 1. Certains, en écoutant tel économiste, se disent que ses analyses sont frappées au coin du bon sens, tandis que d’autres les jugent honteusement partisanes. Etc.

N’y aurait-il pas moyen de déterminer objectivement la tendance politique des partis, des personnalités politiques, et plus généralement de ceux qui prennent part au débat public ? C’est le pari de ce blog : proposer une analyse des positionnements politiques en utilisant une méthodologie qui se rapproche le plus possible d’une démarche scientifique.

PolitestDans cet esprit, ce blog se donne pour objectifs de :

  • clarifier les positionnements des tendances, des partis et des personnalités politiques,
  • positionner les idées ou les propositions qui font débat,
  • établir les points de convergence ou de divergence entre partis ou personnalités,
  • faire ressortir les points de vue politiques sous-jacents de discours apparemment non politiques.

 

Laurent Cald

Né en 1971, diplômé d’école de commerce et de Sciences-po Paris, Laurent Cald est en charge des outils de pilotage d’une université française. En 2005 il a  créé le test de positionnement politique en douze questions « Politest » et publié en 2011 « Etes-vous de droite ou de gauche ? Le quiz qui révèle votre identité politique » (éd. Max Milo et J’ai Lu).

Enregistrer

Enregistrer

Rassemblement en hommage à Fidel Castro à Saint-Étienne

Les Jeunes Communistes de la Loire soutenu par la Fédération de la Loire du Parti Communiste Français, l’Association des Amis de l’Humanité Loire » organisent un rassemblement en hommage à Fidel Castro, le mercredi 30 novembre à 18h30, Place Jean Moulin à Saint-Étienne, suite à l’annonce de son décès hier matin par le président cubain Raúl Castro.

« C’est avec une grande tristesse que nous avons appris hier matin le décès de notre camarade Fidel Castro. Face à la désinformation propagée par certains médias et hommes politiques, nous souhaitons rappeler certaines vérités et honorer la mémoire de ce grand homme qui a dévoué sa vie à la lutte pour la justice sociale, pour la paix, et contre les dominations impérialistes et capitalistes à Cuba, en Amérique Latine et dans le monde. Nous nous associons également à la peine du peuple cubain et nous ne doutons pas que son travail révolutionnaire sera repris avec force par la nouvelle génération. Fidel restera dans nos pensées et nos cœurs, et les Jeunes Communistes de la Loire feront de leur mieux pour continuer son combat. Soyons nombreux pour lui rendre un dernier hommage
Mercredi 30 novembre à 18h30, Place Jean Moulin à Saint-Étienne.

(Le lien vers l’événement sur les réseaux sociaux: https://www.facebook.com/events/649581215211651/)

Le 2 décembre avec Roosevelt

En 2012, plusieurs fortes personnalités ont créé le collectif Roosevelt. Citons : Stéphane HESSEL, Edgar MORIN, Susan GEORGE, Michel ROCARD, Pierre LARROUTUROU, … Ils ont ainsi attiré d’autres personnalités qui ont décidé d’agir à leur tour. « Chacun de nous peut changer le monde. Même s’il n’a aucun pouvoir, même s’il n’a pas la moindre importance, chacun de nous peut changer le monde » écrivait Václav Havel quelques semaines après la chute du Mur de Berlin.

kratos

QUELLE SOCIETE VOULONS-NOUS ?

En 1989, ce sont des femmes et des hommes « sans la moindre importance » qui ont changé le cours de l’Histoire. Vingt ans plus tard, le système néolibéral s’effondre à son tour. C’est à nous, les citoyens, de dire dans quelle société nous voulons vivre. Société d’injustice et de chaos ou société d’équilibre et de convivialité ? A nous de choisir. A nous d’agir. En France, il y a déjà plus de 5 000 000 de chômeurs La prochaine crise risque d’être plus grave que celle de 1930 La dette totale des USA atteint 358 % du PIB

NOUS AVONS DÉCIDÉ D’AGIR

Nous n’avons pas le choix. C’est  de nos vies et de la vie de nos enfants qu’il s’agit. Regarder ailleurs, déserter ou compter sur un miracle est impossible. Il faut passer à l’action si nous ne voulons pas subir une crise « plus grave que celle de 1930 ».

https://i0.wp.com/42.collectif-roosevelt.net/images/15propositions.jpg?w=1170
Au lieu d’attendre l’action miraculeuse d’une femme ou d’un homme providentiel que nul ne voit venir, nous devons être les plus nombreux possible à réfléchir et à agir ensemble. Nous pouvons très bien relever le défi et imposer nos solutions dans le débat public.

 

conference

Beranrd ARNAUDNotre Groupe s’est constitué en janvier 2014 et est une composante du Collectif Roosevelt. 1000 signataires dans la Loire, dont 700 ont demandé à être tenus informés
54 inscrits au Groupe de coordination Nous travaillons en particulier sur les thèmes  Finances, Travail, Transition énergétique, Europe, Démocratie et Santé
Notre objectif est d’informer, d’alerter les citoyens et de motiver les acteurs politiques locaux à prendre des mesures concrètes et justes vis-à-visde l’ensemble de la population française
Enregistrer

Enregistrer

« La sécurité a été au cœur des préoccupations des services de l’Etat  » Evence Richard Préfet de la Loire.

L’état d’urgence, proclamé par décret du président de la République, entré en vigueur le 14 novembre 2015, le lendemain des attentats de Paris, et prorogé par le Parlement a permis d’étendre, dans un contexte exceptionnel, les pouvoirs de police des préfets et du ministre de l’intérieur sous le contrôle du juge administratif. Ainsi, sur la base de l’évaluation de la cellule départementale de suivi, 48 perquisitions administratives ont été conduites dans la Loire, dans des habitations (41) ou des lieux associatifs (7). Elles ont donné lieu à la découverte d’armes, de stupéfiants ou de contenus informatiques en lien avec le terrorisme. Par ailleurs 2 personnes ont été assignées à résidence par arrêté ministériel.

Vigipirate
Les services de la préfecture se sont mobilisés pour aider les acteurs concernés (mairies, gestionnaires de transport, organisateurs de rassemblements) à décliner localement les mesures prévues : détermination des sites sensibles, mesures de protection, dispositifs à mettre en place pour sécuriser les rassemblements (contrôles des accès, surveillance, alerte,information préventive…).

L’opération « Sentinelle dans la Loire

Après les attentats de janvier 2015, 67 militaires sont arrivés en renfort pour assurer la surveillance des principaux lieux de culte du département, du principal centre commercial et de la gare SNCF de Saint-Etienne. A compter du 17 février 2015, compte tenu de la réduction du nombre de militaires passé de 67 à 17, il a été procédé à une adaptation du dispositif consistant à un ciblage des gardes statiques sur certains créneaux particuliers, notamment les offices religieux pour les lieux de culte ou l’arrivée de trains en gare de Saint-Etienne, et un partage de la charge avec les forces de sécurité intérieure.

rapport_d_activite_2015_des_services_de_l_etat_dans_la_loire1_page13_image11
« La sécurité, compte tenu des attentats qui ont endeuillé notre pays et du degré élevé de la menace terroriste, a été au cœur des préoccupations des services de l’Etat » Evence RICHARD, préfet de la Loire.

Prévention de la radicalisation

Constituée dès 2014, une cellule départementale de suivi de la radicalisation, réunissant la police nationale, la gendarmerie, les services de renseignement et pilotée par la préfecture, a assuré le suivi de près de 200 signalements de radicalisation, transmis soit par le Centre national d’assistance et de prévention de la radicalisation (CNAPR) soit de façon directe.
(Extrait du rapport des services de l’Etat dans la Loire)

L’application Alerte

À la suite des attentats survenus en France en  2015 et 2016, les services de l’Etat ont travaillé au développement d’une application mobile d’alerte des populations sur smartphone : « SAIP », pour Système d’alerte et d’information des populations.

Pour recevoir des alertes dans une zone où un risque vient d’être détecté par les autorités, l’utilisateur accepte d’être « géolocalisé ». L’application offre en retour la garantie qu’aucune remontée de position géographique ou d’identité d’information n’est opérée à partir du téléphone.
L’application permet également à l’utilisateur de recevoir des notifications d’alertes qui se déclencheraient dans une zone autre que celle où il se trouve. Il est ainsi possible d’enregistrer sur l’application jusqu’à huit zones géographiques différentes (codes postaux, communes) afin d’être informé en cas d’alerte dans l’une de ces zones.

Outre ces messages d’alerte, l’application délivre également les conseils comportementaux et consignes à respecter en fonction de la nature de l’alerte et de la zone dans laquelle l’utilisateur se trouve. Dans un objectif de prévention, des informations d’ordre comportemental sont également disponibles sur l’application, hors alerte. Cette application  s’inscrit dans une démarche globale de sensibilisation de la population aux risques.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

BlaBlaMix, quand des réfugiés animent une émission de radio

Depuis le mois d’octobre, un groupe de réfugiés anime l’émission « BlaBlaMix » sur Radio Canut à Lyon.

Par Romain Desgrand (Devreporter Network)

« Je m’appelle Rishad, j’ai une famille, une histoire ». C’est ainsi qu’aime se présenter ce jeune bangladais lors de la toute première édition de BlaBlaMix diffusée début octobre sur Radio Canut. Réfugié ?  « C’est peut être un statut mais nous avons une identité !».

Ils viennent d’Afghanistan, de Syrie, d’Iran, s’appellent Dipù, Léna, Sumon ou encore Roula et ils vous invitent tous les dimanches sur la radio associative lyonnaise à passer une heure en leur compagnie pour partager leurs joies, leurs peines, leurs cultures et leurs rêves d’avenir. Se montrer sous un autre jour, sans cette étiquette de « réfugiés » ou de « demandeurs d’asile » : c’est pour cela qu’ils ont souhaité s’ouvrir sur l’extérieur en créant et en animant leur émission.

Éclectique et joyeusement colorée

BlaBlaMix, c’est d’abord l’histoire d’une rencontre, celle d’un groupe de réfugiés et de Véronique Macary, auteure sonore et documentaliste. Lorsqu’au cours d’une discussion estivale Rishad impulse l’idée d’une émission radio, qui aurait pensé que, quelques mois plus tard, BlaBlaMix serait diffusée sur les ondes ? Des témoignages, de la musique, du théâtre, des initiations linguistiques… Épaulée par Véronique Macary et Anne Kerléo, journaliste radio, l’équipe composée aujourd’hui d’une dizaine de personnes (elle devrait prochainement s’agrandir) a mis en place une émission d’une heure rythmée par différentes rubriques. « Nous avons dû chercher des formes radiophoniques adaptées, tous n’ayant jamais fait de radio et certains ne parlant pas bien français », explique Véronique. BlaBlaMix veut aussi faire le lien entre les animateurs-réfugiés et la société civile pour leur permettre de rencontrer et d’interviewer des personnalités d’horizon divers (avocat, réalisateur de cinéma…) qui feront écho à leur parcours.

blabla-mix-radio-canut-lyonDans la rubrique « BlaBlaMinute », les réfugiés racontent leur pays et les raisons qui les ont poussés à le fuir. Certes, leur périple n’est pas toujours un long fleuve tranquille, mais pas question de tomber dans le pathos ! « Si certains tiennent à aborder des sujets sérieux, politiques, d’autres veulent également partager des moments de joie, plus légers », ajoute Véronique. Le résultat est éclectique, joyeusement coloré et profondément authentique. Et le slogan de l’émission de résumer : « Techniquement, nous sommes des réfugiés, humainement, nous aimons la vie ».

 

BlaBlaMix :
Tous les dimanches à midi sur Radio Canut (102.2) Consultez la grille des programmes
Écouter les émissions précédentes sur  le blog BlaBlaMix et découvrez la page Facebook de l’émission

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Toussaint rouge : les français souhaitent la repentance de la France

Un collectif d’historiens a lancé cet été  un appel aux autorités françaises pour la restitution des restes mortuaires, notamment de crânes, de résistants algériens tués par le corps expéditionnaire français dans les années 1840 et 1850. Ces restes sont détenus dans les réserves du Musée de l’Homme à Paris. Le magazine TSA a souhaité prendre la température de l’opinion publique française sur ce conflit qui pèse encore sur les relations entre l’Algérie et la France.

Read More « Toussaint rouge : les français souhaitent la repentance de la France »

Citoyen, façon Faso, article 37

« Citoyen, façon Faso, article 37 » est un Film documentaire de 52 minutes sur la mobilisation citoyenne au Burkina Faso.

Lire plus

Les promesses de l’ Institut français de civilisation musulmane de Lyon

L' Institut français de civilisation musulmane de Lyon est actuellement en construction. Comment financer un projet de 8,8millions d'euros dans un climat d'islamophobie ?

Lire plus

Un clic pour « Radio Ondaine vient vous voir »

Pourparlers soutient l’action « Radio Ondaine vient vous voir » . ce projet permet de rompre l’isolement des personnes âgées et valorise  l’unité de soin longue durée de l’hôpital Le Corbusier de Firminy.

Read More « Un clic pour « Radio Ondaine vient vous voir » »

Le vrai visage d’une France hospitalière


Face au front du refus d’accueil des migrants, le Secours Catholique appelle élus et citoyens à se mobiliser pour montrer le vrai visage d’une France hospitalière ! Read More « Le vrai visage d’une France hospitalière »

Bruno le Maire a un secret

Bruno le Maire, en meeting à Saint-Etienne, a un secret. Sa jeunesse punk a eu des séquelles.

Read More « Bruno le Maire a un secret »

Et moi qu’est-ce que je peux faire ? Réponse le 24 septembre

Et moi qu’est-ce que je peux faire est le thème du 2nd Forum Ouvert dans la Loire.  Il se déroulera Samedi 24 septembre à l’Amicale Laïque du Crêt de Roch 16 rue Royet à Saint-Etienne.

Read More « Et moi qu’est-ce que je peux faire ? Réponse le 24 septembre »

Course contre la honte

Au 99 bis, cours Fauriel (Saint Etienne. Loire. 42),  150 à 200 sympathisants de la CGT et des jeunesses communistes se sont rassemblés pour demander la libération de quatre de leurs camarades, interpellés le 02 juin et mis en garde à vue.

Read More « Course contre la honte »

Quand l’Espagne défend le droit à l’information

Vous les sentez venir les jours heureux qui s’annoncent. Il y a un peu plus d’un an, Michael Dias, chroniqueur à Pourparlers, publiait un article sur la liberté d’informer en Espagne. Un sujet d’actualité avec les récents événements de Rennes et les déconvenues survenues au journaliste et confrère David Perrotin

Read More « Quand l’Espagne défend le droit à l’information »

Bras de fer autour du comité d’action culturel et social (CASC) de Saint-Etienne

Mis en place par Michel Thiollière et soutenu par Maurice Vincent, le CASC ( Comité d’action sociale et culturelle) est entré depuis 18 mois dans la tourmente.  Retour et analyse de ce gâchis sans précédent. Read More « Bras de fer autour du comité d’action culturel et social (CASC) de Saint-Etienne »

Collectif X met Saint-Etienne en scène

Le collectif X issu de la promotion « X » de l’Ecole de comédie de Saint Etienne, école supérieure d’art dramatique  conduit un projet d théâtre particpatif.  Avec Villes#1 st Etienne, jouée du 18 au 21 mai, ils dessinent un visage réel de la Ville. Read More « Collectif X met Saint-Etienne en scène »

La démocratie mérite mieux : rejoignez la CivicTech

Dans un contexte démocratique « en crise » où les décideurs politiques sont remis en causes par des citoyens en quête de « plus de démocratie » et de « politique autrement », un reboot du système étatique et démocratique une Civic Tech est possible notamment grâce aux outils numériques. Aux claviers citoyens.

Read More « La démocratie mérite mieux : rejoignez la CivicTech »

« Les utopies d’aujourd’hui sont les réalités de demain » Victor Hugo.

 « Les utopies d’aujourd’hui sont les réalités de demain », disait Victor Hugo. Elles le sont parfois déjà. C’est par exemple le cas des monnaies locales complémentaires, ces alternatives aux monnaies officielles. Retour sur une soirée  « Les Utopies concrètes » au Remue-Méninges.

P2145904 e1392756772234 Les utopies concrètes : acte 1

Jeunes ou moins jeunes, « spécialistes » ou néophytes, ils sont quelques dizaines à débarquer au Remue-Méninges ce vendredi soir. Beaucoup sont venus avec quelque chose à manger, un plat fait maison à partager. Amna et Justine, les deux organisatrices de la soirée, réalisent actuellement leur service civique. Dans le cadre de leur projet citoyen intitulé « Les Utopies concrètes », elles ont décidé de consacrer leur premier Café Transition aux monnaies locales complémentaires. Pour l’occasion, elles ont invité l’association MLCC42 (Monnaie locale complémentaire et citoyenne Loire Sud), qui planche depuis deux ans sur la création d’une monnaie locale, « le lien », qui devrait voir le jour au cours de l’année 2014.

Une monnaie locale, c’est quoi ?

Les monnaies locales complémentaires représentent une alternative aux échanges monétaires « traditionnels », qu’ils se fassent en euros, en dollars ou dans toute autre monnaie officielle que ce soit. Elles s’inscrivent dans une démarche citoyenne qui privilégie la consommation locale et les circuits courts, en replaçant l’homme et l’environnement au centre. Enfin, et surtout, elles permettent l’échange de produits et de services sans alimenter le marché financier, et par conséquent la spéculation et les transactions financières opaques et « basées sur du vent » qui constituent 98 % des échanges monétaires dans le monde. Quoi de plus sensé en ces temps de crise qui se nourrit d’elle-même ?

Le quiz sur les monnaies locales

P21458911 Les utopies concrètes : acte 1

Comme son nom l’indique, une monnaie locale complémentaire ne remplace pas une monnaie officielle mais la complète. Une unité équivaut à un euro. Les utilisateurs « achètent » des unités de monnaie avec lesquelles ils pourront acheter des produits et services auprès de prestataires agréés par l’association émettrice, c’est-à-dire qui adhèrent à la charte et en respectent les principes. Les euros récoltés sont placés sur le compte d’une banque coopérative (le Crédit Coopératif ou la NEF, par exemple), sur laquelle les clients, qui sont actionnaires, ont un droit de regard. Cet argent ne peut être utilisé que pour des projets approuvés lors des assemblées générales et n’alimente en aucun cas les circuits bancaires habituels, sur lesquels les citoyens n’ont aucun contrôle.

Les monnaies locales en France :

S’inspirant de ce qui se fait ailleurs, en France ou au-delà, l’association MLCC42 fonctionne sur la base du consensus. Lorsqu’une personne a une objection à une proposition, on discute jusqu’à ce qu’elle n’ait plus d’argument à opposer. « On n’adopte le vote qu’en cas d’extrême limite. » Les travaux portent actuellement sur l’amélioration des documents de travail tels que la charte et la recherche de prestataires. Il en faut une cinquantaine ou une soixantaine avant de pouvoir lancer la monnaie. Si la charte pose évidemment des principes éthiques auxquels ces prestataires doivent adhérer, il convient également de ne pas les « effrayer » avec des règles trop strictes qui pourraient les dissuader de s’engager dans l’aventure. Ce sera notamment l’objet de la prochaine réunion de l’association qui aura lieu le 24 février à 19 heures à la salle Gagarine, à La Ricamarie.« Les Utopies concrètes »

Amna et Justine ont posé leurs bagages au Remue-Méninges où elles ont installé leur coin des « utopies concrètes ». Les murs sont ornés de diverses citations sur l’économie, dont celle fameuse de l’industriel américain Henry Ford : « Il est appréciable que le peuple de cette nation ne comprenne rien au système bancaire et monétaire, car si tel était le cas, je pense que nous serions confrontés à une révolution avant demain matin ».

Discussions autour du quiz

P2145894 Les utopies concrètes : acte 1

Cette première soirée se déroule en plusieurs temps. Après avoir présenté leur projet, elles font un bref descriptif des alternatives aux échanges marchands : les monnaies locales, les SEL (systèmes d’échange locaux) ou encore le bitcoin. S’ensuit une projection d’un extrait d’un documentaire sur le sol violette, la monnaie locale complémentaire toulousaine, qui ne fait d’ailleurs pas l’unanimité. Ainsi, ce représentant de La Commune, la monnaie locale de Roanne, voit d’un mauvais œil le fait que la Ville de Toulouse ait investi dans le sol violette ou que l’on puisse « aller chez Jules acheter des vêtements fabriqués au Bangladesh avec une monnaie dite ‘citoyenne’. Les mots ont un sens ».  

Vient ensuite le quiz préparé par Amna et Justine. Plusieurs dizaines de questions sur les monnaies locales auxquelles il faut répondre par vrai ou faux. Chacun a écrit au feutre « V » sur une main et « F » sur l’autre. Pour répondre, on pose l’une ou l’autre sur la table. Ou, plus exactement, on tape de bon cœur. Le jeu génère des discussions, des questions et des réflexions qui sont inscrites sur des post-it collés sur un panneau.

Après une petite heure de jeu, il est temps de faire une pause pour manger et boire un coup. Les panneaux sont posés près du bar et serviront de base à la dernière partie de la soirée, les questions et les réponses sur la mise en place et le fonctionnement d’une monnaie locale.

Beaucoup de questions

P21459251 Les utopies concrètes : acte 1

Le quiz a suscité beaucoup d’interrogations auxquelles les membres de MLCC42 tentent d’apporter des

réponses. « Et les cinq millions de chômeurs ? Qu’est-ce que ça change pour eux ? » demande une personne. « La question, c’est plus les pauvres que les chômeurs. L’emploi salarié est aussi un outil du capitalisme, comme l’argent », répond une autre. On apporte des exemples concrets, comme le sol violette qui a permis la création indirecte de 300 emplois. Si une monnaie locale ne peut être à elle seule une solution au problème du chômage, elle peut en revanche servir de levier, par exemple en relançant des productions locales.

On évoque l’article 123 du Traité de Lisbonne qui oblige les États à emprunter auprès de banques privées, alimentant ainsi une dette exponentielle dont tout le monde se demande si on en viendra un jour à bout. Le monnaie locale, elle, permet de retrouver une forme d’autonomie. Elle est « un grain de sable qui permet de sortir de la spéculation à son échelle ».

Quelqu’un demande si, en tant que salarié, il peut être payé en liens. « Si vous êtes d’accord, oui. » Il s’agit d’une négociation entre employeur et employé. Si les deux parties souhaitent procéder ainsi, il n’y a aucune impossibilité à cela. Toutefois, il n’est actuellement pas possible de régler l’intégralité du salaire en monnaie locale. En effet, il sera toujours nécessaire de posséder des euros pour régler un certain nombre de produits et services : EDF, impôts, achats divers, etc.

Une charte

P2145901 Les utopies concrètes : acte 1

Puis on aborde le thème de la charte, sur laquelle beaucoup s’interrogent. « La liste est longue et exigeante, reconnaît un animateur du lien, et les prestataires risquent de ne pas être très nombreux. » Il est donc proposé de rédiger une charte plus pédagogique. En revanche il est clair que la nature même de leurs produits empêche certains commerçants de devenir prestataires, comme ce fleuriste dont les fleurs viennent du Kenya en transitant par Amsterdam. Une exigence non négociable qui fait partie des « critères barrières », comme le fait qu’une entreprise soit cotée en Bourse. « Dans ce cas-là, on ne pourra pas acheter de chocolat ? » plaisante quelqu’un.

D’autres s’interrogent sur un risque éventuel de communautarisme, voire de sectarisme. « C’est un choix personnel, pas du sectarisme. Il y a une charte standard mais elle est aussi personnelle. C’est une manière de ne plus être de simples consommateurs, mais des ‘consommacteurs’. »

Le mot de la fin revient à Philippe, de MLCC42, qui en profite pour remercier Amna et Justine. « Nous avons tous un V et un F sur les mains. Alors j’ai envie de dire : ‘Vive les filles’ ». Celles-ci animeront leur prochain café transition le 7 mars prochain, sur le thème de la récupération. Tous ceux qui ont envie d’apprendre à fabriquer une guitare à partir d’une vieille poêle ou de participer à une « Disco soupe » sont les bienvenus.

 

Reem Fadel révolutionnaire et journaliste

Mardi 5 avril 2016, l’équipe de Pourparlers est allé à la rencontre de quatre journalistes syriens en tournée dans toute la France, la Belgique et la Suisse dans le cadre du projet « Porter la voix des journalistes d’Alep » mené par le Collectif des Amis d’Alep. C’est au Campus René Cassin de Lyon et après une conférence terminée dans la soirée que Simon et Benjamin ont réalisé une interview de la journaliste syrienne Reem Fadel retraçant son parcours durant la révolution syrienne et sa vision actuelle de la situation.

Read More « Reem Fadel révolutionnaire et journaliste »

Au FN, le jeu des famillles

Tout le monde se souvient du slogan de Jean-Marie Le Pen : je préfère ma soeur à ma voisine. Au FN, la famille est une affaire sérieuse, et le tissu de base. Le tête de liste Gabriel de Peyrecave, cadre assurances, est père de 7 enfants. Pourparlers a rencontré quatre militants et une antienne : la famille.

Read More « Au FN, le jeu des famillles »

Les femmes tunisiennes heroïnes de la révolution de Jasmin

Quel a été le rôle des femmes tunisiennes dans la révolution ? Ont-elles vues leur sort amélioré après la révolution ? Immergé  plusieurs mois en Tunisie, Alison Pelotier, journaliste indépendante a rencontré des membres actives d’ennahad, analyse le code personnel de la femme en Tunisie,  raconte le parcours de sanah gehmina, chef d’entreprise, le quotidien des arracheuses d’alfa à Kasserine. Reportage à retrouver en intégralité en bas de page.

Read More « Les femmes tunisiennes heroïnes de la révolution de Jasmin »

21 tables rondes publiques autour de la citoyenneté

Depuis quelques mois et jusqu’au printemps, 21 tables rondes publiques sont organisées dans les lycées et CFA de Rhône-Alpes autour d’enjeux de la citoyenneté

Read More « 21 tables rondes publiques autour de la citoyenneté »

CONDAMNÉ A MORT SUR LA BASE D’AVEUX OBTENUS SOUS LA TORTURE

Alors que l’Arabie saoudite vient de prendre ses fonctions au sein du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU, la justice du royaume vient de confirmer la condamnation à mort d’Ali Mohammed Baqir al Nimr militant chiite.

Read More « CONDAMNÉ A MORT SUR LA BASE D’AVEUX OBTENUS SOUS LA TORTURE »

Amel B. une vie volée

Amel Ben Tiba, 24 ans,  a été mariée de force en 2011 à son cousin en Tunisie. Abandonnée par son père là-bas, elle vit depuis un enfer.  On l’a retrouve aujourd’hui  en précarité à Saint-Etienne.  Récit d’une Cosette maghrébine.

Read More « Amel B. une vie volée »

L’autre Palestine

Lauréat de l’appel à propositions DevReporter Network, le projet de reportage « Itinérance en terre palestinienne » rassemble l’association Tetraktys et trois journalistes aux horizons divers. Read More « L’autre Palestine »

Ambassadeurs de la laïcité

Dans le cadre de son partenariat avec l’Université de Strasbourg, la Faculté Libre d’Etudes Politiques et en Economie Solidaire « FLEPES-INITIATIVES » a ouvert l’accès à deux nouveaux Diplômes d’Université de médiation socioreligieuse (un de niveau L2/L3, un de niveau M1/M2) afin de former des « Ambassadeurs de la Laïcité ».

Read More « Ambassadeurs de la laïcité »

Enfant de réfugié, Carmen Montet témoigne

Carmen Montet est une enfant de réfugiés politiques ( républicains espagnols)

Read More « Enfant de réfugié, Carmen Montet témoigne »

« Germinal » pousse dans le Gier

Le mouvement Citoyen de la Vallée du Gier « Germinal », en partenariat avec la MJC de Saint Chamond, propose une « journée de la Solidarité et du Vivre ensemble » le samedi 26 septembre prochain.

Cette journée gratuite est ouverte à tous. Si vous désirez vous joindre à nous pour le repas partagé, venez avec un plat salé ou sucré, des boissons et surtout votre bonne humeur. Les enfants de 5 à 12 ans pourront être pris en charge lors des animations contes et bricolages l’après-midi.

Voici le déroulement de la journée:
9h30 Accueil à l’annexe de la MJC et visite de l’expo « des associations » (photos-affiches…)

10h à l’Espace José Cuadros de la MJC, Film « Hiver 54 » suivi de quelques extraits de « Etre Solidaire »

12h30 Verre de l’amitié et repas partagé (annexe)

14h différentes tables rondes animées par des responsables d’associations (Le secours Populaire, Terre Solidaire, La Ligue des droits de l’homme, Handival 42, L’AGASEF, Les compagnons d’Emmaüs, Image de soi…)

à 14h Les enfants seront invités au spectacle intitulé: « Au delà des différences » du conteur Fabrice Devésa . Ils pourront également participer à des ateliers bricolages animés par Aurore.

à 15h Suite des débats/ Synthèse

De 16h à 17h Spectacle Solidaire
Vivre en poésie avec des poètes de la région et la participation de la chanteuse Sophie Hernandez

17h fin de la journée de la solidarité
Venez nombreux partager cette belle journée avec nous!

[:]

Front commun pour les Porteurs de Parole

Sous l’égide de l’initiative nationale du CRID (Centre de recherche et d’information pour le développement) regroupement hétéroclite de 53 associations, le collectif « Libérons les élections » de Saint-Etienne a divulgué son plaidoyer en direction des pouvoirs publics, des élus et des citoyens. Localement un constat cet appel est relayé par des associations ayant un fort génome chrétien

Read More « Front commun pour les Porteurs de Parole »

Pour la transition citoyenne

Face à la crise systémique, des centaines de milliers de citoyens ont déjà choisi et œuvrent chaque jour à une profonde transition sociale, écologique et économique de la société. Read More « Pour la transition citoyenne »

Les chiens de garde aboient

En 2012, le documentaire Les Nouveaux chiens de garde (de Yannick Kergoat, Gilles Balbastre, Serge Halimi, Renaud Lambert et Pierre Rimbert) connaissait un énorme succès et remplissait les salles de cinéma (plus de 250 000 entrées). Trois ans plus tard, le premier documentaire Cas d’école, produit par la plate-forme Nada-info (http://nada-info.fr/), réalisé par Gilles Balbastre et financé grâce aux dons des souscripteurs, pose à nouveau la question des médias et de la place de l’information dans une société démocratique.

Read More « Les chiens de garde aboient »

Le CLIC, quand les citoyens interrogent les politiques

Lors des dernières campagnes municipales, le CLIC, le Collectif Local d’Informations Citoyennes (Sens Public, Forum de Lyon, le Lyon Bondy Blog, Radio Pluriel, Free Landz, Pourparlers, etc…) ont réalisé des entretiens avec tous les candidats aux primaires de l’UMP et des verts.

Read More « Le CLIC, quand les citoyens interrogent les politiques »

TTIP, hors la loi

Nous avons fait équipe avec Corporate Europe Observatory pour découvrir qui fait pression dans les négociations sur le TTIP — et les résultats sont surprenants. Les plus grosses dépenses de lobbying viennent du secteur de la finance et des entreprises pharmaceutiques ! Mauvaise nouvelle – on ne peut pas dire que ces secteurs soient les plus dignes de confiance pour défendre les intérêts des citoyens européens. Read More « TTIP, hors la loi »

Gérard Riffard garde le cap dans l’Anticyclone

Le 11 juin dernier, le père Gérard Riffard comparaissait devant le Tribunal de Police de Saint-Étienne pour non-respect d’un arrêté municipal interdisant l’hébergement de réfugiés à l’église Sainte Claire. Le parquet a requis 50 € d’amende par jour d’infraction, soit près de 12 000 €. Le jugement a été mis en délibéré au 10 septembre prochain. Read More « Gérard Riffard garde le cap dans l’Anticyclone »

Paroles de campagne des Municipales de Saint-Etienne (42)

Apaisement ! Apaisement ! Apaisement ! C’était le mot fétiche de la campagne des Municipales de Saint-Etienne  En revanche, la campagne a été émaillée de tensions : altercation entre Lionel Boucher (Modem) et un passant, prise à partie par un dompteur de Gilles Rossary Lenglet  venu manifester contre l’exploitation animale,  garde à vue pour le candidat FN de Saint Chamond,  débat à mots d’oiseaux dans le train d’Europe 1, Gabriel de Peyrecave traitant Maurice Vincent « d’empereur des kebabs ».  Loin de l’apaisement….

Read More « Paroles de campagne des Municipales de Saint-Etienne (42) »

Panda en colère contre le barrage des plats

La colère du panda, symbole du WWF est réelle. Le barrage des Plats est une ineptie au 21 eme siècle comme le démontrait notre enquête. Read More « Panda en colère contre le barrage des plats »

La face cachée de la prostitution lyonnaise

La prostitution lyonnaise se fait de plus en plus discrète. Eloignée du centre ville depuis quelques années, elle garde cependant ses lieux et ses habitudes et semble connaître un nouvel essor du proxénétisme. Reportage  par Alison Pelotier. Read More « La face cachée de la prostitution lyonnaise »

Gael Perdriau rend hommage aux arméniens

Recueillement1 24 avril 2014, Journée de commémoration du génocide des Arméniens, Gaël Perdriau joue le rôle de médiateur

Read More « Gael Perdriau rend hommage aux arméniens »

Premier Forum pour la transition citoyenne

Démocratie, finances solidaires, agricultures, alimentation, énergie : autant de sujets qui seront mis à l’ordre du jour du 1 er Forum pour la transition citoyenne, une sorte d’auberge espagnole où chacun vient avec ses idées et ses expériences avec l’espoir de passer ensuite à l’action collective.

Le Samedi 15 novembre de 8h30 à 18h30,  à l’ancienne école des Beaux Arts (saint-etienne) 25 Associations du Collectif lancent un Forum ouvert  pour une Transition Citoyenne Loire. Qu’est ce qu’un forum ouvert ?   C’est une façon dynamique de travailler ensemble dans un cadre convivial. Chaque participant apporte ses idées ou son expérience pour initier ou développer des initiatives, des projets collectifs et réalisables sur notre territoire dans un climat de créativité, de respect et de responsabilité.L’objectif  « se regrouper autour des projets et mettre en mouvement nos quartiers et nos territoires vers la transition » Et ils placent le Forum sous de hauts augures et patronnages : “Au cours de l’histoire, il vient un temps où l’humanité est appelée à élever son niveau de conscience, à définir un nouveau cadre moral. Un temps où nous devons dissiper la peur et nous offrir de l’espoir. Ce temps est venu. Ce temps est celui de notre génération, devant l’Histoire et face à notre conscience”  Wangari Maathaï ( 1ere femme africaine à avoir reçu le Prix Nobel de la Paix)

Forum de 9h pile à 18h 30 Renseignements Complémentaires :  Babeth  bassinstephanois@colibris-lemouvement.org     ou     Joël   loireentransition@gmail.com

 Zoom sur quelques associations du Collectif

IMG_colibris en campagne10

BIOCOOP Les Artisons, Dans le cadre de l’Economie Sociale et Solidaire et dans une perspective de développement écologique local, la Coopérative  BIOCOOPLes Artisons propose une épicerie tous produits Bio :avec priorité affirmée aux produits de producteurs bio locaux (objectif 30% et plus), une boulangerie artisanale Bio (Développement de variété de pains au levain avec farine de Blé bio paysanne produite à St Paul en Jarez),et des paniers bio (fruits et légumes) fournis par les Jardins de Cocagne de St Rambert « Oasis ».

S.E.L. Le SEL DE L’ONDAINE est une association basée sur des échanges de savoirs, de savoir-faire, de compétence, de services, d’objets, ou simplement de moments de convivialité. Ces échanges se font avec une monnaie virtuelle ‘le babet’. L’objectif principal est de créer du lien social. La devise en serait : le lien vaut mieux que le bien. Le Sel de Montbrison (SEL du Forez) fait partie des plus anciens systèmes d’échanges locaux de France. Il n’a cessé de défendre des valeurs de partage, de solidarité et de convivialité où le slogan des SEL : « LE LIEN EST PLUS IMPORTANT QUE LE BIEN » reste la valeur la plus haute. Bourses d’échanges, rencontres, échanges de services, accueil, tout est possible au Sel du Forez. mail de contact : selforez@gmail.com

ATTAC-Loire-sud Attac, Association pour la taxation des transactions financières et l’action citoyenne,  a propulsé en France l’altermondialisme (avec notamment les forums sociaux mondiaux)… Spécialisée dans l’éducation populaire sur le dévoilement de la prise de tous les pouvoirs par la finance à l’occasion de la « mondialisation néolibérale », elle a beaucoup fait pour populariser l’impératif et pointer les priorités pour « reconquérir les espaces perdus par la démocratie ». Sa mission de fond, d’alerte et de popularisation des armes pour comprendre et exiger le désarmement de la finance reste plus que jamais d’actualité. mail de contact: loire@attac.org

Loire en Transition et Montbrison en Transition ( réunion le premier lundi du mois, à 19h au centre social de Montbrison). La transition est un mouvement né au milieu des années 2000 en Angleterre et en Irlande. Il s’agit d’inciter les citoyens d’un territoire (village, commune, ville, quartier, territoire… à prendre conscience du pic pétrolier et du changement climatique et de leurs conséquences profondes. Le collectif LOIRE en TRANSITION, constitué d’associations et de citoyens motivés, est un groupe de ressources et de mise à disposition de divers outils susceptibles d’aider, accompagner et encourager au démarrage d’initiatives de transition locale.

N.E.F. Loire coopérative de finances solidaires exerce une activité de collecte d’épargne et d’octroi de crédit pour participer à la construction d’une économie responsable selon une vision résolument humaniste : la personne humaine est au centre des systèmes économiques et financiers dans une perspective de transformation sociale. Les financements sont accordés pour soutenir la création et le développement d’activités professionnelles et associatives à des fins d’utilité sociale et environnementale. mail de contact : guy.dumas8@wanadoo.fr

transitionEntrePote fait la promotion d’un modèle économique coopératif et autogestionnaire qui respecte l’humain. Elle crée des liens avec d’autres structures identifiées comme étant compatibles avec ses valeurs. L’organisation d’EntrePote est de nature horizontale, et constitue de fait un pouvoir collectif. Actuellement, EntrePote développe son action autour de plusieurs activités : Une épicerie bio , un jardin partagé de 1.2 hectare, un bar associatif et un service de restauration, des débats et projections, des ateliers culturels (théâtre, musique, expositions, peinture, jeux).

Artisans du monde Artisans du Monde a pour but de changer les règles du commerce international en promouvant le commerce équitable. A Saint-Etienne, nous tenons un magasin de produits équitables (17 rue Michel Servet). Nous faisons aussi de la sensibilisation à la consommation auprès des scolaires et du grand public. Enfin, nous relayons avec d’autres associations des campagnes de pression auprès des multinationales ou des gouvernements en vue de faire respecter les droits humains dans les transactions commerciales.

Colibris du bassin stephanois Le groupe local « colibris 42 Bassin stéphanois » relaye les actions nationales du Mouvement Colibris national, et notamment la (R)évolution des colibris. Notre ambition est d’être un accélérateur de transition sur notre territoire en menant des ateliers de réflexion et des actions sur le terrain seul ou en partenariat avec d’autres associations sur les principaux thèmes suivants : l’éducation, l’agriculture, la démocratie, l’énergie, la santé et l’économie. mail de contact : bassinstephanois@colibris-lemouvement.org

MLCC 42 L’association pour la mise en place d’une monnaie locale complémentaire et citoyenne sur le territoire de Saint Etienne et son bassin économique se situe dans la transition économique. Il s’agit d’orienter les consommateurs vers des achats de proximité et/ou éthique. Pour cela le titre d’échange se nommera le LIEN et sera adossé à 1 Euro. Il sera échangeable contre des biens et services chez des prestataires qui adhéreront à la charte.

Oasis Jardin de Cocagne Association d’insertion par l’activité du maraichage biologique, nous accompagnons 20 personnes vers un retour à l’emploi durable. Oasis est aussi un lieu d’accueil et d’animation pédagogiques dans les domaines de l’éco-construction, de l’environnement et de promotion de l’agriculture bio. Nous distribuons 300 paniers hebdomadaires à un réseau d’adhérent consom’acteurs.

Egalement Collectif Roosevelt , KaleïdoscopOCIVELORue du Développement Durable G.R.A.I.N.E.S. Openscop Zoomacom Lerpt Environnement

Revue de presse : 5e Assises de la coopération solidaire en Rhône-Alpes

Pourparlers est membre du réseau Devreporter Network. Les 5e Assises de la coopération solidaire en Rhône-Alpes ont eu lieu les 27 et 28 juin 2014 (voir notre article à ce sujet). Retour sur l’événement grâce à la revue de presse made in RESACOOP DevReporter Network.

Read More « Revue de presse : 5e Assises de la coopération solidaire en Rhône-Alpes »

Forum démocratie locale : une porte entrouverte

Au Centre des Congrès, l’équipe municipale a officiellement lancé les Assises de la démocratie locale samedi 8 novembre, une gestation de 9 mois jusqu’ en juin 2015. Proximité vaut-il participatif ?

Read More « Forum démocratie locale : une porte entrouverte »

« Paul » en « Amar »

Le journaliste qui a présenté le journal télévisé de France 2, animé les soirées électorales et animé l’émission Revu et corrigé, a publié « Blessures » (Taillandier) à la fin de l’été. Il raconte son enfance en Algérie, son adolescence à Villeurbanne et ses premiers pas dans le journalisme comme correspondant de guerre.  Dans un entretien avec des journalistes du Club de la Presse de Saint-Etienne Loire à l’occasion de sa venu à la Fête du livre de Saint-Etienne, il exprime son inquiétude face à la montée du racisme et de l’antisémitisme.

Paul Amar, vous avez 64 ans, vous êtes né en Algérie et vous venez de publier un livre intitulé « Blessures ». Paul Amar, aujourd’hui vous êtes en colère ou vous êtes blessé ?Blessé. Et inquiet. Blessé car, vous aurez remarqué que je parle de moi à la 1re personne pour la première fois en 40 ans. Si je raconte mon histoire c’est que j’ai envie de raconter notre histoire, qui est celle du pays. Et si, par exemple, j’évoque mon enfance c’est parce que d’une façon très troublante la situation en France aujourd’hui me renvoie à ma propre enfance. C’est cela qui me trouble et m’inquiète.AMAR Paul 300x200 Paul en Amar

Parlez-nous de votre enfance en Algérie…

Je suis né en 1950. La guerre d’indépendance éclate en 1954. Je reste en Algérie jusqu’en 1961. Nous quittons l’Algérie alors que j’ai 11 ans et je suis né Français. C’est une enfance de douleur, une enfance épreuve où ma famille est confrontée à un double antisémitisme. Un antisémitisme que je qualifierais de salon, mais meurtrier. Il y a la Shoah pour les juifs d’Europe et les lois raciales pour les juifs d’Afrique du Nord. Mon père, qui est fonctionnaire de la SNCF , perd son emploi à cause des lois raciales de Pétain. Et d’ailleurs si les Alliés n’étaient pas intervenus à temps (Les Alliés ont débarqué le 8 novembre 1942 sur les cotes du Maroc et d’Algérie, NDLR) je ne serais pas là à vous parler : les Allemands commençaient à lister les juifs d’Afrique du Nord pour procéder à leur déportation.

Il y a ces traces-là dans la famille Amar ?

Complètement. Il y a une grande pudeur dans la famille, ce n’est que plus tard que j’ai appris que mon père avait perdu son emploi et que mes sœurs ont été virées du collège Condorcet comme juives. De 4 à 11 ans je ne connais qu’une situation d’enfant : ce sont les attentats, les bombes, les foules hurlantes. Des deux côtés d’ailleurs : « Algérie algérienne » contre « Algérie française », avec la peur au ventre des assassinats.  Sur le chemin de l’école c’est : « sale Français, retourne chez toi ! ». Je ne comprenais pas car moi je suis né en Algérie ! L’Algérie c’est mon pays. Et « sale juif ». Et des insultes, des crachats, des jets de pierres. D’ailleurs on m’apprend à marcher de trois quarts le long du mur en regardant en arrière, littéralement en rasant les murs. J’ai même été victime touché lors d’un attentat La situation aujourd’hui me renvoie à cette enfance.

La théorie du chaos

C’est la première fois que vous assumez  votre judéité ?

Absolument. Je n’ai jamais pris la posture du juif dans ma vie publique, sociale, professionnelle. Comme correspondant pour France Inter au Cambodge puis aux Etats-Unis, à aucun moment je ne rencontre la question juive et deuxièmement… je l’oublie. Et voilà tout d’un coup un homme, Jean-Marie Le Pen, qui me cite dans ses meetings, puis plus tard un autre homme, Dieudonné, et le journal Minute qui m’appelle le « rabbin Amar ». Sartre a écrit un livre très pertinent intitulé Réflexions sur la question juive où il dit : « si le juif n’existait pas, l’antisémite l’inventerait ». Eh bien c’est ce qui m’est arrivé, j’en suis la preuve vivante !

Est-ce un piège pour la communauté ?

Mon livre n’est pas du tout un livre écrit pas un citoyen juif, mais un livre écrit par un Français, né français, de profession journaliste, de conviction humaniste, et j’irai même plus loin : laïc et universaliste. En écrivant ce livre je tente de ne pas tomber dans le piège tendu par les antisémites : ghettoïser la communauté juive, l’inciter à se replier sur elle-même, se poser des questions sur sa propre identité, d’avoir peur et de ne plus se considérer comme français à part entière En réalité c’est la République qui est attaquée dans ses valeurs fondamentales.

Au cours d’un déjeuner avec l’ambassadeur d’un pays arabe, on essaie de comprendre le score de Marine Le Pen aux dernières élections où elle fait 25 % des voix aux Européennes. Il me donne cette information en me disant : « savez-vous que dans les cités il y a eu un mot d’ordre des islamistes auprès de leurs ouailles pour appeler à voter Marine Le Pen ? » Je suis sidéré. Je téléphone à un copain qui est à SOS Racisme et qui connaît très bien les cités. Il me le confirme. Il me dit même qu’il y a une expression qui s’appelle la « théorie du chaos ». Autrement dit il y a une alliance objective actuellement entre l’extrême droite et les islamistes pour mettre le bazar dans le pays. C’est pour cela que je dis que dans ces attaques, si on veut vraiment avoir une lecture politique, ce qui est important ce ne sont pas ces attaques en elles-mêmes mais leur objectif ultime qui est de déstabiliser la République.

Vous n’avez jamais été confronté à cette question juive ?

Afficher l'image d'origineJ’ai vécu mon adolescence bonheur à Villeurbanne où mes voisins du 4e sont Italiens, mes camarades au collège  sont aussi enfants de Portugais, d’Espagnols, d’Italiens qui ont fui la crise et le chômage dans leur pays quand, nous, avons fui la guerre. Je découvre ce qu’on appelle aux Etats-Unis un melting-pot, un creuset magnifique où la France rassemble ses enfants de tout bords, de toutes origines et en fait des Français républicains, laïcs, universalistes, humanistes. C’est Le Pen qui va exhumer cette question juive dans les années 1980. Quand Le Pen est accueilli à l’Heure de Vérité, je dirigeais alors le service politique d’Antenne 2.  L’Heure de Vérité est complètement autonome de la rédaction. Le Pen dit, en répondant à une question qui ne lui était pas posé : « j’ai le droit de ne pas aimer Chagall, Mendès-France et Simone Veil ». C’est à ce moment qu’il fait entrer le poison dans le champ politique. Parallèlement le journal d’extrême droite Minute m’attaque régulièrement. Pas seulement moi mais aussi Ivan Levaï, Anne Sinclair, en supposant notre identité juive.

Le mur des fusillés de Dieudonné

Afficher l'image d'origineDieudonné va à son tour polluer le débat et faire pire que Le Pen. Dans son petit théâtre, pas loin de chez moi d’ailleurs, Dieudonné cite sans arrêt une liste de personnalités supposées juives J’appelle cela son « mur des fusillés » car il les place sur son mur à lui,Dieudonné m’attaque sur Internet, mais dans son théâtre surtout, il dit : « vous savez ce que dit Amar de moi ? » en me prêtant un propos qui n’est pas de moi. « Amar dit que je suis malade, alors moi je vais vous parler d’Amar. Amar dit aussi qu’il n’aime pas les Arabes ». Vous vous rendez compte du risque qu’il me fait prendre ? Il peut tomber sur quelqu’un d’un peu fêlé qui l’écoute.

Vous portez plainte à ce moment-là ?

J’ai hésite à porter plainte contre Dieudonné. Mon avocat l’incitait à le faire, mais je ne le fais pas parce que je pense que c’est lui faire de la publicité et c’est amplifier le problème. Mais je continue à faire partie de ses cibles. C’est aussi pour cela que j’ai écrit le livre. D’ailleurs bien avant cette histoire de « Amar a dit que je suis malade », il me citait déjà. A un moment il cite plusieurs noms : le mien, celui du président du Crif (Conseil représentatif des israelites de France, ndlr) et Gad Elmaleh. Dans le livre je demande « quel est le lien ? ». J’essaie de démontrer l’absurdité de ces attaques car il n’y a absolument aucun lien entre nous : un représentant d’une institution, un humoriste et moi qui suis journaliste.

Propos recueillis par Club de la presse


Paul Amar passe le Rubicon

C’est un fait : Paul Amar journaliste a longtemps rongé son frein. Aujourd’hui il livre un constat sur le système médiatique complice de la montée des extrêmes.

Au cours de ces années vous n’avez jamais exprimé publiquement votre désarroi ou votre inquiétude ?

Ce trouble je le garde en moi des années et des années pour la raison que je suis en fonction : j’anime les soirées électorales, je présente le 19-20, je présente le 20 heures. Jusqu’au jour où je commets un geste très très insolite (chargé d’animer contre son gré un débat qui oppose Jean-Marie Le Pen et Bernard Tapie sur Antenne 2, Paul Amar sort des gants de boxe d’un sac pour les proposer aux deux adversaires, NDLR). Ce trouble je l’ai exprimé de cette façon

J’ai reçu des milliers de lettres, certaines pour ne pas comprendre d’autres pour comprendre, d’autres pour m’approuver, etc. Et je reçois une lettre magnifique d’un collectif d’enseignants qui me dit : « vous avez été surréaliste sans le savoir. Avec ces gants de boxe vous avez posé ce qu’André Breton appelle un objet signifiant. Ils m’ont envoyé la photo de la couverture du livre sur laquelle figurait une paire de gants de boxe. J’ai donc été surréaliste sans le savoir, ou hyperréaliste en le sachant, je ne sais pas. En tout état de cause j’ai répondu avec ce geste insolite et ensuite je l’ai gardé pour moi. Et là aujourd’hui, comme je n’ai plus d’émission depuis un an et demi, j’ai éprouvé le besoin de l’écrire pour expliquer ce geste. Mais cela ne fait que 10 lignes sur 300 pages de mon livre.

Vous sentez-vous à l’aise dans le système médiatique français ?

Afficher l'image d'origineIl pose problème. Dans mon livre je revisite l’histoire politique de notre pays. Je revisite aussi l’histoire médiatique et je dis qu’aujourd’hui, notamment les chaînes de télévision, mais aussi une certaine presse, devraient réfléchir sur les conséquences de tel ou tel comportement. Je reviens aux années 1980 pendant lesquelles certains journalistes étaient fascinés par Le Pen qui était manifestement la meilleur orateur de sa génération, le plus charismatique, friand de très bons mots ou de mots très sales mais qui connaissait la presse. Du coup il y avait cette fascination/répulsion qui faisait que Le Pen a pris une place médiatique extrêmement importante. Si on devait comparer la place médiatique à cette époque avec la place politique en termes de représentativité électorale, on constaterait un décalage énorme.

Vous pensez que le thermomètre est responsable de la maladie ?

Non ce n’est pas les médias qui ont fait Le Pen, mais ce sont les médias qui l’ont amplifié, qui l’ont fait exister. Il existait déjà dans la IVe République, mais ce sont les médias qui ont contribué à l’ « héroïser, à en faire la vedette des années 1980 comme Marchais avait été la vedette des années 1970, c’est très clair. Quand je parle des médias, j’ai aussi ma part de responsabilité.

Le clash avec Elkabash, une rivalité ancienne sur fond d’éthique

Invité de l’actu, le journalistePaul Amar répond à son tour à Jean-Pierre Elkabbach, qu’il estime partiellement responsable de la montée du Front national en France et dont il réaffirme qu’il l’a licencié pour avoir refusé de se plier au pacte qu’il aurait passé avec Nicolas Sarkozy. Ce retour du refoulé marquerait deux conceptions du journalisme.

Vous n’avez pas pu, vous, changer cette donne en tant que responsable de la télévision. C’était difficile de dire « non on en fait trop » ?

Afficher l'image d'origineJ’ai été convoqué par la Haute Autorité de l’audiovisuel (ancêtre du CSA, Ndlr) qui m’a reproché de ne pas en faire assez. On était en 1983, avant les élections européennes, et il y avait certains médias comme L’Heure de Vérité, comme Elkabbach sur Europe 1, qui l’invitaient sans arrêt. Michèle Cotta me convoque, elle me dit : « voilà Le Pen a écrit à François Mitterrand qui nous a transmis la lettre et on vous demande d’inviter plus souvent Jean-Marie Le Pen que vous le faites. » j’étais… choqué ! Ça se passe à l’automne 1983 (Michèle Cotta n’a d’ailleurs pas réagi à mon livre). Elle me dit : « vous avez un devoir de service public et vous devez inviter tous les partis ». Je lui réponds que je suis chef du service politique, que j’anime les soirées électorales et que je n’ai jamais été pris en défaut d’impartialité. Je dis : « je veux bien l’inviter mais du coup je serai hors-la-loi », et je dis cela à la Haute Autorité ce qui est un comble. En effet il y a une loi qui nous oblige à inviter les représentants des partis politiques et à leur donner un temps de parole en fonction de critères extrêmement précis : une double représentativité, d’abord parlementaire, et ensuite électorale.

A l’époque l’extrême droite ne faisait que 2 % des voix soit  200 000 électeurs. Aujourd’hui Marine Le Pen c’est 6 millions d’électeurs. Mais je dis que les journalistes ont une grande responsabilité dans l’émergence ou la résurrection, comme on voudra, de l’extrême droite en France.

Vous pensez que les médias sont responsables ?

Il y a une responsabilité des médias. Je suis ultra minoritaire en disant cela. Aujourd’hui les médias disent dans leur majorité : « on est désolé, on est là pour dire tout ce qui se passe. On est là pour entendre tous les points de vue. On est là pour dépeindre, on est là pour tout raconter. » Moi je dis : « attention, il y a une démarche pédagogique dans ce que l’on fait. Il y a une responsabilité au regard de l’histoire. Il y a une mémoire, il y a l’histoire d’un pays qui est fragile. Ce sont des démocraties qui sont aujourd’hui attaquées, donc on ne peut pas faire n’importe quoi. »

Heureusement, quand ils reçoivent une vidéo de l’Etat islamique destinée à effrayer les populations avec l’image d’un homme décapité, ils font preuve de responsabilité, et considèrent à juste titre qu’en montrant cette décapitation ils se font les alliés objectifs des salopards, des barbares et ils contribueraient, s’ils devaient montrer la décapitation, à effrayer les populations et accentuer ce sentiment de peur et donc de désordre, etc. Pourquoi ne font-ils pas preuve de la même responsabilité dans la diffusion des mots qui peuvent être aussi terribles que les images ?

Pourtant Jean-Luc Mélenchon utilise les mêmes ressorts en montrant de l’agressivité à l’égard des journalistes. On ne peut pas dire que cela lui a été bénéfique jusqu’à présent…

Afficher l'image d'origineLa différence entre sa posture poujadiste et celle de Marine Le Pen est capitale : le FN a déjà trouvé son public qui vote pour elle. Mélenchon n’a pas son public, c’est-à-dire son électorat. Actuellement Marine Le Pen répond à un besoin, clairement exprimé par l’électorat. René Rémond, qui a été l’un de mes maîtres quand j’étais jeune journaliste, a dit que Jean-Marie Le Pen avait réussi à répondre à toutes les préoccupations des Français, mêmes contraires. Il a surfé sur ces préoccupations-là et c’est comme cela qu’il a capté un électorat très divers, des anciens communistes jusqu’à un électorat de droite. Et aujourd’hui même des ouvriers qui ont voté Hollande en 2012. Mélenchon n’a pas réussi à faire cela.

On reproche à Eric Zemmour et son Suicide français d’être pessimiste, mais vous n’offrez vous-même pas beaucoup de possibilités d’espérer en l’avenir…

Afficher l'image d'origineLa différence entre Zemmour et moi est essentielle. Moi je décrypte une situation, je tente d’en cerner les raisons, je dis mon inquiétude, mais aussitôt j’affirme du haut de mes convictions républicaines, laïques et humanistes qu’il doit y avoir une résistance. Je dis aussi que la France des droits de l’homme à laquelle je rends hommage est, Dieu merci, encore majoritaire.. Mon devoir est évidemment d’informer, et avec lucidité et honnêteté en disant que la situation est grave. Mais aussitôt j’ai le devoir d’apaiser et de rendre hommage à ce qui est bon chez l’homme. Zemmour fait exactement l’inverse, c’est pourquoi je suis extrêmement sévère avec Zemmour qui a tapis rouge. Il est invité dans des émissions à très fortes audiences et dans des émissions qui mélangent information et divertisseme Zemmour fait son numéro, parfois sans être contredit, ni même contrarié.

Et Zemmour attise, jette de l’huile sur le feu. Je considère que Zemmour est un garçon dangereux. Et je dis même qu’il faut qu’il fasse son coming out, qu’il prenne sa carte au FN, comme Robert Ménard (ancien secrétaire général de Reporters sans frontières, élu maire de Béziers en étant soutenu par le Front national, Ndlr), et qu’il dise qu’il fait partie de ces supplétifs-là qui tentent de faire accéder Marine Le Pen à la présidence de la République.

Propos recueillis par le Club de la Presse Saint-Etienne Loire

Enregistrer

Saint-Etienne en tête des villes où déménager.

Saint-Etienne a depuis une trentaine d’années une démographie négative. Le classement de « changer de ville » casse cette image d’Epinal. Saint-Etienne arrive en tête des villes de moins de 200 000 habitants auprès de la communauté de ceux qui souhaiteraient changer de ville et de vie. Entretien à propos de ce gap avec Cyril Esnos gérant de « Changer de ville ».

Read More « Saint-Etienne en tête des villes où déménager. »

« Musulmans de la Loire », les raisons de la colère

 Le collectif « Les Musulmans de la Loire » lance un appel au boycott de Maurice Vincent pour le second tour des élections municipales. Peu repris et commenté,  comment analyser ce post rageur ? Signe d’un basculement vers le vote à droite  des musulmans ? Ou groupe ne représentant que lui ? Analyse des reproches faits.

Read More « « Musulmans de la Loire », les raisons de la colère »

Pitchs d’enquêtes

La vie quotidienne à Saint-Etienne. Par delà les clichés, une photographie grandeur nature de la question

Que voulons-nous conduire ? Une vaste photographie qui rende compte au plus près du quotidien et du réel de stéphanois, divers dans leurs réalités de vie. Une cartographie et une frise chronologique pour suivre les réalités dans le détail des quartiers et des blocs de l’INSEE. Des entretiens approfondis. Des analyses projectives. Et plus encore. Début des travaux dès 70 citoyens !

Casino : quelle stratégie pour Saint-Etienne ?

Les enquêtes citoyennes souhaitent secouer le mammouth ! Qui peut dire la stratégie globale de Casino pour la Ville ? Qui peut mesurer son impact sur la Ville ? Fort de son collège de citoyens et de son approche transversale de la question, une vue exhaustive de la stratégie territoriale du grand groupe stéphanois

La culture à Saint-Etienne : mafias ou offre diversifiée ?

Les acteurs, les réseaux réels, les budgets, les projets, les réalisations. Un état des lieux complet des acteurs et de leurs stratégie. Et si on ouvrait le dialogue sur la culture ?

Et si on faisait dialoguer l’offre et la demande immobilière

Saint-Etienne selon qu’on la regarde du côté de l’offre ou de la demande on aura une image contrastée. Les enquêtes citoyennes ouvrent le chantier en faisant dialoguer locataire, aménageur, propriétaire, architecte, Quels sont les forces ? Quels sont les acteurs et les projets ? Quels indicateurs suivre ? Qu’attendent les familles qui souhaitent se loger ? Début des travaux janvier 2015 !

Le Design. Vraie chance ou épiphénomène dans la vie locale ?

La story-telling du Design Pourparlers l’avait racontée. Reste aujourd’hui à poser un audit. En quoi la révolution Design change t-elle la face de Saint-Etienne ? S’agit-il d’ une vraie révolution pour l’agglomération ? Quels impacts ? Début des travaux dès 70 citoyens !

Saint-Etienne la solidaire. Mythe ou réalité ?

Saint-Etienne a une histoire. La solidarité au présent. Et au futur. Une histoire. Un état des lieux. Une projection. Début des travaux dès 70 citoyens !

Et si on observait les médias locaux ?

Et si on passait à la moulinette les médias locaux ?  Leur indépendance ? Leur éthique et leurs réalités ? Leur modèle économique ? Une plongée citoyenne dans le décor de ceux qui font l’info et l’opinion publique.

Enquête de Culture pour saint-etienne

 Pourparlers lance à la rentrée un portail dédié à la scène locale : « Sainté Live 42″.  Au programme : archives inédites, webradio, gonzo reports, catalogue exhaustif. Nous voulons que Saint-Etienne ait sa place sur la Toile. Et vous ?

Read More « Enquête de Culture pour saint-etienne »

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
X
%d blogueurs aiment cette page :