Les étranges géôliers de Philippe Beau, époux de Bettina Beau

Vers 11h00, le 27 février 2012, sur un chemin de campagne dans le massif du Pilat, Bettina Beau, 41 ans, assistante de direction, vide le barillet d’un revolver 8mm sur son patron, Philippe Gletty, directeur de la société Princeps Alu à Saint-Paul en Jarez. Rencontre avec Philippe Beau, le mari de la meurtrière. Il transforme le drame qui a frappé sa famille en un ouvrage d’autofiction. Voir aussi en replay Faites entrer l’accusé et l’interview de la fille de Bettina Beau sur Doctor paper Read More « Les étranges géôliers de Philippe Beau, époux de Bettina Beau »

Les Démineurs secouent fort

Les démineurs  reviennent sur le devant de la scène et secouent fort. Charbon  RDV le 25 novembre 2016 22h-4h A la Coop. Leur filon : l’intolérance et l’obscurantisme

En 2015:
-104 cas d’homo-bi-trans-phobie dans les commerces et services.
-208 cas d’homo-bi-trans-phobie dans la famille et l’entourage proche.
-804 cas d’homo-bi-trans-phobie sur internet.
-228 cas d’homo-bi-trans-phobie dans des lieux publics.
-97 cas d’homo-bi-trans-phobie dans le milieu scolaire.
-23 cas d’homo-bi-trans-phobie dans la santé/médecine.
-158 cas d’homo-bi-trans-phobie dans le milieu professionnel.En 2015, 107 cas de personnes en mal de vivre.

Teaser de la Charbon Paillettes #2 !  Un grand merci à Voluntas Films et à Sacha Claudius Pan Wilson, quel performeur! Charbon Paillettes #2 //God save the queer// 25 novembre 2016 22h-4h A la Coop (croisement rue Neyron et rue du Treyve) Plus d’infos sur la soirée par ici : https://www.facebook.com/events/973719739421000/ Pour réserver sa prévente c’est par là : https://goo.gl/forms/yzw4cHJmnjQQNup42

Portrait

Je suis arrivé en avance au rendez-vous, mais elles l’étaient encore plus. Du coup, on s’attendait mutuellement à l’intérieur du café, et on a mis quelques minutes à comprendre que j’étais le type de Pourparlers et qu’elles venaient me présenter l’association Les Démineurs.

Déminer la ville d’un obscurantisme dangereux.
Déminer la ville d’un obscurantisme dangereux.

Elles, c’est Lucie et Anaïs, respectivement présidente et secrétaire des Démineurs, la toute nouvelle association LGBTH de Saint-Etienne. LGBT, c’est pour lesbien, gay, bi et trans. Souvent, on ajoute le Q de queer ; là, c’est le H… d’hétéro.
— C’est que nous ne faisons pas de notre orientation sexuelle l’élément principal de nos personnes, explique Lucie, étudiante au Conservatoire d’art dramatique. Il y a bien une culture LGBT et nous souhaitons la mettre en valeur, mais pour un large public et tout le monde peut venir nous aider. Les hétéros sont bienvenus !

Creusons ensemble les mines de l’indifférence, les galeries de l’intolérance

Ce refus d’un communautarisme exacerbé, on le retrouvera dans tout l’entretien. Pour Anaïs, travailleuse sociale :
— C’est l’ignorance, des autres ou de soi-même, qui amène au rejet ou au mal-être.

La solution : amener les gens à se rencontrer, et Les Démineurs sont là pour ça. Pourquoi ce nom, au fait ?
— Dans « démineurs », il y a « mineurs »… C’est une sorte de référence à Sainté.
Bien sûr, ici, il ne s’agit pas des mêmes mines. Celles que l’association se propose d’ôter du paysage, ce sont celles qui explosent à la figure, qui font mal. L’ignorance, donc, et plus généralement tout ce qui empêche les gens de se considérer libres et égaux en droit. Anaïs lâche le mot, en même temps que la profession de foi des Démineurs :
— Nous sommes une association culturelle et festive destinée à lutter contre l’obscurantisme.

Cette double facette, culturelle et festive, on ne tarde pas à se rendre compte qu’elle est profondément inscrite dans l’ADN de nos Démineurs. D’un côté, on ne peut pas s’empêcher de trouver un côté « on est une bande de jeunes, on s’fend la gueule », quand Lucie raconte les débuts :
— C’est la trésorière de l’asso qui a été à l’origine de notre rassemblement, après les polémiques liées au mariage pour tous. On était deux filles et un garçon, et on s’est dit : « Pour les jeunes LGBT, à Sainté, y a pratiquement rien, c’est trop dommage ! »… On a déposé les statuts de l’association en août 2015 et, dès septembre, on organisait un pot de rentrée au Méliès St-François avec 50 personnes. Dans la foulée, à l’occasion de Sainté accueille ses étudiants, on a fait des crêpes au Fil.
Résultat ?
— Tout le monde était trop content !

Notre projet chercherait donc à exposer et à réconcilier deux visages de Sainté : celui des ouvriers et celui des jeunes LGBT, qui chanteraient à l’unisson : «  Ne cherchons pas à nous décrasser, soyons fier de ce que nous sommes »

— « Moi je viens de Marseille, intervient Anaïs. J’ai pris la décision de m’engager quand j’ai vu qu’il y avait peu de choses à St Etienne, en matière d’offre culturelle et associative LGBT à destination du public jeune. »
— Très vite, reprend Lucie, on a lancé les groupes de travail… On ne peut pas se détacher de l’aspect militant.
C’est l’autre casquette des Démineurs, et l’on comprend tout de suite qu’il y a du fond, que cela devient très vite sérieux une fois la fête passée.
Sur le thème du droit à l’indifférence ?
— Je pense qu’il est majoritaire dans l’association… Après tout, on peut très bien penser que notre sexualité n’est considérée comme différente que parce qu’elle est minoritaire. De toute façon, l’idée est vraiment de lancer des discussions entre les gens, d’être des facilitateurs de dialogue.
Pour cela, les Démineurs ne s’interdisent aucun débat, y compris religieux.
— Une jeune femme, catholique pratiquante, est venue nous voir… pas du tout parce qu’elle réprouve l’homosexualité, mais au contraire, parce qu’elle s’inquiète de la radicalisation de sa sœur, catholique également, depuis la manif’ pour tous.
Décidément, mariage d’un côté, manif’ de l’autre, on y revient.
— A ce moment-là, d’ailleurs, complète Anaïs notre trésorière était présente à Jean-Monnet, quand une bande d’extrême-droite a fait irruption pour perturber un débat…
On en profite pour lui faire remarquer qu’elle parlait d’obscurantisme tout à l’heure, un mot qui a une connotation religieuse… Et tant qu’on y est, que pensent-elles de l’élection de Laurent Wauquiez à la région ?
— Si quelqu’un, chez nous, a voté pour lui, c’est qu’il y a malentendu, répond Lucie tout net.
C’est dit. « Mais pour l’instant, les Démineurs s’occupent bien davantage de rencontrer élus, officiels et acteurs associatifs (notamment associations et structures stéphanoises LGBT), pour parler de leur projet : traquer l’ignorance, avec persévérance et bonne humeur, jusque chez les LGBT eux-mêmes. »

« Il nous est arrivé de discuter avec des personnes homosexuelles qui s’auto-dénigrent, qui ont elles-même une image de l’homosexualité fausse et infériorisante. On remarque que même au sein de la population LGBT, il y a du travail. »  Où chercher les raisons d’un tel auto-dénigrement ? L’éducation ou le profil socio-culturel ? Tout naturellement, la discussion s’engage, passionnante, entre Lucie et Anaïs. C’est vrai que l’on échange beaucoup, chez les Démineurs, et ça donne tout de suite envie de se joindre à eux. Tant mieux, ils ne demandent que ça. »

— Pour l’instant, nous en sommes à 55 adhérents, à 5 € l’année. Des étudiants et des actifs, des jeunes et des moins jeunes… notre aîné à 67 ans ! Bref, des LGBTH dans toute leur diversité !

demineursAvant de partir, on passe en revue les projets 2016, de janvier à avril : une projection avec une association locale, un café-lecture, une soirée festive et une participation aux Olympiades étudiantes, sans oublier la mise au point d’un teaser pour présenter l’association
Pour rire, on leur suggère de terminer l’année en faisant venir Christine and the Queens en concert à Saint-Etienne.
— Oh Ouaaais ! répondent-elles en chœur, et on se dit qu’avec ces Démineurs-là, rien n’est vraiment impossible.
Je les regarde s’éloigner. Sous leurs pieds, l’arc-en-ciel revient.

Mikael Petit

CONTACT

Anaïs CAHON
1ère Vice-Présidente et Trésorière
Association Démineurs
06.29.79.42.87

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Université (UJM) Capitale Santé

Michèle Cottier,  Présidente de l’Université Jean Monnet, et Khaled Bouabdallah, ex Président de l’UJM (2007-2015) et actuel  Président de l’Université de Lyon ont  présenté le bilan 2007-2015 de l’UJM  et son projet stratégique 2016-2020 sur le Campus Santé Innovations  à Saint-Priest-en-Jarez.

Read More « Université (UJM) Capitale Santé »

Nasser, médecin dans l’enfer gelé du dispensaire

Editonly, maison d’édition stéphanoise, a présenté au « Le Bruit des Vagues »  vendredi 25 Mars 2016 « Le dispensaire et autres nouvelles » de Nasser Soltane, écrivain-médecin.

Read More « Nasser, médecin dans l’enfer gelé du dispensaire »

On a visité la mosquée Mohammed VI de Saint-Etienne

Samedi 9 et dimanche 10 janvier, la mosquée Mohammed VI à Saint-Etienne a ouvert ses portes.

Read More « On a visité la mosquée Mohammed VI de Saint-Etienne »

1 millions d’Euros pour les agriculteurs de la Loire. La stratégie de l’urgence

Dans l’urgence, le Conseil régional de Rhône-Alpes et le Conseil général de la Loire débloquent respectivement 8 et 1 millions d’euros pour une aide exceptionnelle aux agriculteurs face à la sécheresse de cet été.  L’argument est la régulation du marché car les éleveurs menacent de « décapitaliser », en clair de vendre des têtes de bêtes.

Read More « 1 millions d’Euros pour les agriculteurs de la Loire. La stratégie de l’urgence »

Saint-Etienne change le monde par des pratiques collaboratives

Transport, consommation, travail, projets urbains, NTIC… Read More « Saint-Etienne change le monde par des pratiques collaboratives »

Enfant de réfugié, Carmen Montet témoigne

Carmen Montet est une enfant de réfugiés politiques ( républicains espagnols)

Read More « Enfant de réfugié, Carmen Montet témoigne »

« Germinal » pousse dans le Gier

Le mouvement Citoyen de la Vallée du Gier « Germinal », en partenariat avec la MJC de Saint Chamond, propose une « journée de la Solidarité et du Vivre ensemble » le samedi 26 septembre prochain.

Cette journée gratuite est ouverte à tous. Si vous désirez vous joindre à nous pour le repas partagé, venez avec un plat salé ou sucré, des boissons et surtout votre bonne humeur. Les enfants de 5 à 12 ans pourront être pris en charge lors des animations contes et bricolages l’après-midi.

Voici le déroulement de la journée:
9h30 Accueil à l’annexe de la MJC et visite de l’expo « des associations » (photos-affiches…)

10h à l’Espace José Cuadros de la MJC, Film « Hiver 54 » suivi de quelques extraits de « Etre Solidaire »

12h30 Verre de l’amitié et repas partagé (annexe)

14h différentes tables rondes animées par des responsables d’associations (Le secours Populaire, Terre Solidaire, La Ligue des droits de l’homme, Handival 42, L’AGASEF, Les compagnons d’Emmaüs, Image de soi…)

à 14h Les enfants seront invités au spectacle intitulé: « Au delà des différences » du conteur Fabrice Devésa . Ils pourront également participer à des ateliers bricolages animés par Aurore.

à 15h Suite des débats/ Synthèse

De 16h à 17h Spectacle Solidaire
Vivre en poésie avec des poètes de la région et la participation de la chanteuse Sophie Hernandez

17h fin de la journée de la solidarité
Venez nombreux partager cette belle journée avec nous!

[:]

Pour la transition citoyenne

Face à la crise systémique, des centaines de milliers de citoyens ont déjà choisi et œuvrent chaque jour à une profonde transition sociale, écologique et économique de la société. Read More « Pour la transition citoyenne »

« What Surf radio »

L’équipe de Pourparlers, Moan Besson et Capitaine Pourparlers ont posé leurs guêtres au Lycée Honoré d’Urfé (42) avec la classe de 2nde5.  Read More « « What Surf radio » »

« Mes couilles dans ton slip » sort « Evil Dead » du pantalon

Potaches et rigolards, le collectif « Mes couilles dans ton slip » a eu les honneurs de Libé et les foudres de Daily Motion. En attendant Evil dead le collectif ligérien fourbit sa deuxième saison de VHS.


A Panissières, dans les brumes des Monts du Lyonnais, se cache sous le costume d’un sérigraphe un dangereux amateur de séries Z, de trashs movies et de parodies. Loïc Jeraci est donc sérigraphe. Ses deux acolytes Renaud Branchiard et Patrick Jasserand sont enseignant ou… Leur double identité les protège de la notoriété et de la déchéance. Car comme le sait vulgus pecus la Roche Tarpéienne est toujours proche du Parthénon.

Daily Motion les classe comme X

Le collectif Mes couilles dans ton slip a déjà deux trophés à son actif : un papier dans Libé pour la sortie du trailer « Raquette » et une censure pour contenu X de Daily motion : l’outrage aux mœurs était une parodie de sodomie d’un chien sur le trailer Raquette « Le calecon n’était pas enlevé. L’intention était parodique et non exhibitionniste ou zoophilique. On est pas là pour montrer qu’on a la plus grosse » glousse Loïc, avant de se questionner « En cinq minutes, on ne pouvait plus visionner notre video, passée dans la catégorie X. Il fallait avoir un compte adulte ». Vimeo aura été moins pointilleux comme hébergeur. « C’était pas aussi pire que Groland encule un mouton » ironise Loïc. A charge de revanche, depuis la video de Raquette a eu plus de 15 000 vues sur Vimeo et ….sur U Tube. Internet est-il moins libéral que Canal + ?

Mes couilles dans ton slip a t-elle la plus grosse ?


Holy Zap Grail
Mes couilles dans ton slip a de la tenue. « Ces « quadras » autodidactes piochent leurs références chez Mad Movie, Groland ou Hara-Kiri. Loïc « Spider » idolâtre Sam Raimi, Tod Browning, Monty Python, Waynes World ou Rodriguez. « Nos classes c’est de copier plan à plan les classiques et de les détourner ». Autant dire qu’ils cultivent l’humour potache fait de peur primaires, de jeux sexs et de blagues Almanach Vermot.

Sylvain Pichon, directeur du melies et programmateur du France, est leur complice pour les soirées « Pop corm » au Méliés ou les soirées « No life » ou les nuits du Fantastiques au France. Depuis 4 ans, ces soirées sont des « RDV retroplannant marqueur d’une génération ». Introduites par des « trailers » sortes de pastiches et de teaser/trailer, les soirées pop corn fonctionnent à plein régime.

Les soirées sont complètes une semaine avant (sur une jauge de 200 places), et avec un tarif de 6,50€ et du pop-corn à foison les afficionados font parler le bouche-à-oreille.Aux programmes : soirées Monthy Pithon, Waynes world ou Cité de la Peur. Bons princes sans rire, ils laissent le collectif lyonnais « Hallucination collectif » animer la prochaine soirée Pop Corn.

Mes couilles dans ton slip rentre dans les rangs ?

Très loin des questions économico-juridiques du business, les trois larrons se calent intuitivement sur les cadres permis par la loi sur les parodies. En clair, ils citent et rendent hommages à l’oeuvre d’inspiration, décalent l’humour d’origine et ne détournent pas commercialement l’oeuvre.

Parce qu’il faut bien avoir les moyens de ses désirs, les trois larrons, en défaut de business plan ( lol) ont crée en 2011 une association « Freak prod ». Et ils acceptent des commandes plus classiques pour le Lycée Montravel, le festival Face à face ou même – le début de l’institutionnalisation à défaut de la sagesse ?- l’Université Jean Monnet. Ils souhaiteraient investir dans une seconde caméra notamment pour les contrechamps. Ils finissent les derniers rushes, et souhaiteraient caler la sortie du mush-up mix de Red is dead et d’Evil Dead avec la sortie US du remake d’Evil dead.

Jean-Pierre Jusselme

Le Design, la houille grise de Saint-Etienne

Avec un parti pris de montrer tous « les Designs », du plus appliqué aux objets du quotidien jusqu’aux utopies les plus ouvertes, mais avec le souci d’en faire un événement populaire, la Biennale Design est THE EVENT à Saint-Etienne. Read More « Le Design, la houille grise de Saint-Etienne »

Philippe est Jamet content

Philippe Jamet a été élu en 2014 à la tête de la Conférence des grandes écoles qui réunit 200 établissements. Read More « Philippe est Jamet content »

Brahim Ferradj : « Je suis revenu à mon meilleur niveau »

A 27 ans, Brahim Ferradj est en pleine force de l’âge pour un footballeur. Latéral polyvalent, pouvant jouer milieu défensif, l’ancien Brestois arrive à maturité physique et mentale. Interview sans tabou.  Read More « Brahim Ferradj : « Je suis revenu à mon meilleur niveau » »

Enfin un titre d’article de rock sans jeu de mots avec Chao ou Tryo… et pourtant !

L’asso Free-mômes fêtait ses dix ans le week-end dernier. Les invités ? Manu Chao et Tryo, ouais, rien que ça… nouveau gonzo report comme si vous y étiez… Read More « Enfin un titre d’article de rock sans jeu de mots avec Chao ou Tryo… et pourtant ! »

Gérard Riffard garde le cap dans l’Anticyclone

Le 11 juin dernier, le père Gérard Riffard comparaissait devant le Tribunal de Police de Saint-Étienne pour non-respect d’un arrêté municipal interdisant l’hébergement de réfugiés à l’église Sainte Claire. Le parquet a requis 50 € d’amende par jour d’infraction, soit près de 12 000 €. Le jugement a été mis en délibéré au 10 septembre prochain. Read More « Gérard Riffard garde le cap dans l’Anticyclone »

Paroles de campagne des Municipales de Saint-Etienne (42)

Apaisement ! Apaisement ! Apaisement ! C’était le mot fétiche de la campagne des Municipales de Saint-Etienne  En revanche, la campagne a été émaillée de tensions : altercation entre Lionel Boucher (Modem) et un passant, prise à partie par un dompteur de Gilles Rossary Lenglet  venu manifester contre l’exploitation animale,  garde à vue pour le candidat FN de Saint Chamond,  débat à mots d’oiseaux dans le train d’Europe 1, Gabriel de Peyrecave traitant Maurice Vincent « d’empereur des kebabs ».  Loin de l’apaisement….

Read More « Paroles de campagne des Municipales de Saint-Etienne (42) »

Quinzaine des Tiers Lieux (Saint-Etienne-42) pour les Nuls

La quinzaine des Tiers lieux  s’ouvre le 7 avril. Elle se clôturera le 18 avril. Elle se déroule au Comptoir Numérique, au Fil et à  la Cité du Design. Comme les Tiers lieux ont leurs lot de langage d’initiés, de concepts abscons et de logiques hermétiques ( en avance, en retard, Pourparlers ne prend pas position). Pourparlers vous livre une notice, « La Quinzaine pour les Nuls. ». Et ses recommandations. Read More « Quinzaine des Tiers Lieux (Saint-Etienne-42) pour les Nuls »

La face cachée de la prostitution lyonnaise

La prostitution lyonnaise se fait de plus en plus discrète. Eloignée du centre ville depuis quelques années, elle garde cependant ses lieux et ses habitudes et semble connaître un nouvel essor du proxénétisme. Reportage  par Alison Pelotier. Read More « La face cachée de la prostitution lyonnaise »

Gael Perdriau rend hommage aux arméniens

Recueillement1 24 avril 2014, Journée de commémoration du génocide des Arméniens, Gaël Perdriau joue le rôle de médiateur

Read More « Gael Perdriau rend hommage aux arméniens »

Premier Forum pour la transition citoyenne

Démocratie, finances solidaires, agricultures, alimentation, énergie : autant de sujets qui seront mis à l’ordre du jour du 1 er Forum pour la transition citoyenne, une sorte d’auberge espagnole où chacun vient avec ses idées et ses expériences avec l’espoir de passer ensuite à l’action collective.

Le Samedi 15 novembre de 8h30 à 18h30,  à l’ancienne école des Beaux Arts (saint-etienne) 25 Associations du Collectif lancent un Forum ouvert  pour une Transition Citoyenne Loire. Qu’est ce qu’un forum ouvert ?   C’est une façon dynamique de travailler ensemble dans un cadre convivial. Chaque participant apporte ses idées ou son expérience pour initier ou développer des initiatives, des projets collectifs et réalisables sur notre territoire dans un climat de créativité, de respect et de responsabilité.L’objectif  « se regrouper autour des projets et mettre en mouvement nos quartiers et nos territoires vers la transition » Et ils placent le Forum sous de hauts augures et patronnages : “Au cours de l’histoire, il vient un temps où l’humanité est appelée à élever son niveau de conscience, à définir un nouveau cadre moral. Un temps où nous devons dissiper la peur et nous offrir de l’espoir. Ce temps est venu. Ce temps est celui de notre génération, devant l’Histoire et face à notre conscience”  Wangari Maathaï ( 1ere femme africaine à avoir reçu le Prix Nobel de la Paix)

Forum de 9h pile à 18h 30 Renseignements Complémentaires :  Babeth  bassinstephanois@colibris-lemouvement.org     ou     Joël   loireentransition@gmail.com

 Zoom sur quelques associations du Collectif

IMG_colibris en campagne10

BIOCOOP Les Artisons, Dans le cadre de l’Economie Sociale et Solidaire et dans une perspective de développement écologique local, la Coopérative  BIOCOOPLes Artisons propose une épicerie tous produits Bio :avec priorité affirmée aux produits de producteurs bio locaux (objectif 30% et plus), une boulangerie artisanale Bio (Développement de variété de pains au levain avec farine de Blé bio paysanne produite à St Paul en Jarez),et des paniers bio (fruits et légumes) fournis par les Jardins de Cocagne de St Rambert « Oasis ».

S.E.L. Le SEL DE L’ONDAINE est une association basée sur des échanges de savoirs, de savoir-faire, de compétence, de services, d’objets, ou simplement de moments de convivialité. Ces échanges se font avec une monnaie virtuelle ‘le babet’. L’objectif principal est de créer du lien social. La devise en serait : le lien vaut mieux que le bien. Le Sel de Montbrison (SEL du Forez) fait partie des plus anciens systèmes d’échanges locaux de France. Il n’a cessé de défendre des valeurs de partage, de solidarité et de convivialité où le slogan des SEL : « LE LIEN EST PLUS IMPORTANT QUE LE BIEN » reste la valeur la plus haute. Bourses d’échanges, rencontres, échanges de services, accueil, tout est possible au Sel du Forez. mail de contact : selforez@gmail.com

ATTAC-Loire-sud Attac, Association pour la taxation des transactions financières et l’action citoyenne,  a propulsé en France l’altermondialisme (avec notamment les forums sociaux mondiaux)… Spécialisée dans l’éducation populaire sur le dévoilement de la prise de tous les pouvoirs par la finance à l’occasion de la « mondialisation néolibérale », elle a beaucoup fait pour populariser l’impératif et pointer les priorités pour « reconquérir les espaces perdus par la démocratie ». Sa mission de fond, d’alerte et de popularisation des armes pour comprendre et exiger le désarmement de la finance reste plus que jamais d’actualité. mail de contact: loire@attac.org

Loire en Transition et Montbrison en Transition ( réunion le premier lundi du mois, à 19h au centre social de Montbrison). La transition est un mouvement né au milieu des années 2000 en Angleterre et en Irlande. Il s’agit d’inciter les citoyens d’un territoire (village, commune, ville, quartier, territoire… à prendre conscience du pic pétrolier et du changement climatique et de leurs conséquences profondes. Le collectif LOIRE en TRANSITION, constitué d’associations et de citoyens motivés, est un groupe de ressources et de mise à disposition de divers outils susceptibles d’aider, accompagner et encourager au démarrage d’initiatives de transition locale.

N.E.F. Loire coopérative de finances solidaires exerce une activité de collecte d’épargne et d’octroi de crédit pour participer à la construction d’une économie responsable selon une vision résolument humaniste : la personne humaine est au centre des systèmes économiques et financiers dans une perspective de transformation sociale. Les financements sont accordés pour soutenir la création et le développement d’activités professionnelles et associatives à des fins d’utilité sociale et environnementale. mail de contact : guy.dumas8@wanadoo.fr

transitionEntrePote fait la promotion d’un modèle économique coopératif et autogestionnaire qui respecte l’humain. Elle crée des liens avec d’autres structures identifiées comme étant compatibles avec ses valeurs. L’organisation d’EntrePote est de nature horizontale, et constitue de fait un pouvoir collectif. Actuellement, EntrePote développe son action autour de plusieurs activités : Une épicerie bio , un jardin partagé de 1.2 hectare, un bar associatif et un service de restauration, des débats et projections, des ateliers culturels (théâtre, musique, expositions, peinture, jeux).

Artisans du monde Artisans du Monde a pour but de changer les règles du commerce international en promouvant le commerce équitable. A Saint-Etienne, nous tenons un magasin de produits équitables (17 rue Michel Servet). Nous faisons aussi de la sensibilisation à la consommation auprès des scolaires et du grand public. Enfin, nous relayons avec d’autres associations des campagnes de pression auprès des multinationales ou des gouvernements en vue de faire respecter les droits humains dans les transactions commerciales.

Colibris du bassin stephanois Le groupe local « colibris 42 Bassin stéphanois » relaye les actions nationales du Mouvement Colibris national, et notamment la (R)évolution des colibris. Notre ambition est d’être un accélérateur de transition sur notre territoire en menant des ateliers de réflexion et des actions sur le terrain seul ou en partenariat avec d’autres associations sur les principaux thèmes suivants : l’éducation, l’agriculture, la démocratie, l’énergie, la santé et l’économie. mail de contact : bassinstephanois@colibris-lemouvement.org

MLCC 42 L’association pour la mise en place d’une monnaie locale complémentaire et citoyenne sur le territoire de Saint Etienne et son bassin économique se situe dans la transition économique. Il s’agit d’orienter les consommateurs vers des achats de proximité et/ou éthique. Pour cela le titre d’échange se nommera le LIEN et sera adossé à 1 Euro. Il sera échangeable contre des biens et services chez des prestataires qui adhéreront à la charte.

Oasis Jardin de Cocagne Association d’insertion par l’activité du maraichage biologique, nous accompagnons 20 personnes vers un retour à l’emploi durable. Oasis est aussi un lieu d’accueil et d’animation pédagogiques dans les domaines de l’éco-construction, de l’environnement et de promotion de l’agriculture bio. Nous distribuons 300 paniers hebdomadaires à un réseau d’adhérent consom’acteurs.

Egalement Collectif Roosevelt , KaleïdoscopOCIVELORue du Développement Durable G.R.A.I.N.E.S. Openscop Zoomacom Lerpt Environnement

Le jour où les flics sont devenus gays…

Les Gay Truckers – camionneurs gays en Vf – ont encore démontré que leur réputation n’était pas usurpée. Leur réputation, quelle réputation ? Ben celle-ci

Read More « Le jour où les flics sont devenus gays… »

We like « Swing Buddy »

« Swing Buddy » est un projet de découverte du swing qui aura lieu à Saint-Etienne au mois d’octobre 2014. L’objectif de cet événement est de faire connaître l’univers du swing à des publics variés à travers les mots, les arts visuels, la danse, la musique… et leur rencontre avec des artistes. Partenaires du projet  Collectif JazzMine, Ville de Saint-Etienne, Université Jean Monnet, Conservatoire Massenet, Remue-Méninges, Rhino Jazz(s), Secours Populaire.

Duo de filles

Ce projet débutera par une exposition de dessins de Jeanne Gavillet et de photographies de Pauline Bayard, deux artistes qui portent un regard poétique et émouvant sur le swing.Exposition, 3 au 31 octobre, Le Remue-Méninges, 59 Rue Désiré Claude, Saint-Étienne

 

Les limbes jeanne gavillet 150x150 We like Swing Buddy
Les limbes jeanne gavillet

Après avoir étudié les Arts Plastiques Jeanne Gavillet se spécialise dans un Master Professionnel Edition d’art – Livre d’artiste. Elle a déjà exposé à deux reprises ses photos à la Galerie Bernard Ceysson (2011-2013) avec sa promotion de l’université Jean Monnet. Elle a également exposé en novembre 2013 à La Galerie associative Les Limbes ses travaux personnels (dessin et photo). Depuis 2012, Jeanne Gavillet collabore en tant qu’illustratrice à la revue DJAM.Jeanne Gavillet présente une série de dessins dont le socle est le Jazz et le Swing. C’est l’image de cette musique qui l’inspire plus que la musique elle-même. Pour construire sa série, elle s’inspire d’archives et les mixe avec sa propre représentation de ce courant, avec l’imagerie commune. Elle dessine une sorte de petite mythologie contemporaine dont les musiciens feraient partis. À elles-deux, elles proposent une exposition tendant entre réalité et imaginaire collectif, dans lequel le swing est le personnage principal.


Pauline Bayard est une jeune fille aussi curieuse que talentueuse.Pratiquant dès son plus jeune âge la danse contemporaine et la photographie, elle se passionna très vite pour le cinéma, qu’elle étudie aujourd’hui à l’Université Lyon II, dans une double licence « Lettres Modernes » et « Cinéma ». Cette jeune artiste fut nommée Ambassadrice du Cinéma d’art et d’essai par Le Méliès à Saint-Etienne pour l’année 2012-2013 puis sélectionnée en août dernier par le parlement Européen, Europa Cinéma et Cineuropa pour participer à l’action « 28 times cinéma » au Festival de Film de Venise. Férue de photographie, elle est depuis octobre 2012 photographe pour la salle de concert Le Fil, qui publie ses photographies sur son site internet.

Swing Buddy Pauline Bayard www paulinebayard com swing buddy 150x150 We like Swing Buddy
Pauline Bayard Swing Buddy

 

Récemment, elle fut aussi figurante sur le tournage de Geronimo, prochain film de Tony Gatlif et assistante caméraman et monteuse sur le court métrage Artificial Landscapes réalisé par Jérémy Tran, réalisateur et danseur au CNSMD de Lyon.  (www.artificiallandscapesmovie.com)

Pauline Bayard réalise une série photographique dans laquelle elle insère le rythme brûlant du swing dans un univers plus contemporain. A travers des mises en scène et des rencontres imprévues, elle vise à mettre en lumière la façon dont le swing produit un certain impact corporel chez des musiciens, des danseurs, des anonymes et donne naissance à des instants de joie où le langage du corps est au centre même des individus.


Focus

Jazzmine, le mien le notre

Un bœuf Swing du collectif de musiciens JazzMine ouvrira l’aventure par un « prélude musical » avant d’être rejoint sur scène par tous les musiciens qui le souhaitent. L’idée est de créer un moment d’échange et de complicité entre des musiciens amateurs, des musiciens professionnels et le public.

Bœuf swing, 1er octobre à 20h30, Le Remue-Méninges, 59 Rue Désiré Claude, Saint-Étienne

jazzmine 150x150 We like Swing Buddy

Le collectif Jazzmine, créé en en septembre 2011 association loi 1901, est un collectif de musiciens de jazz de Saint-Etienne et de sa région désireux de promouvoir cette musique, fédérer les énergies et dynamiser les échanges entre musiciens venus d’horizons multiples. Pour cela, ils commencèrent par mettre en place un bœuf du mercredi soir qu’ils efforcèrent de rendre le plus ouvert possible, que ce soit en termes de styles musicaux ou de convivialité. Ils se donnèrent aussi comme but de mettre en valeur les différents musiciens qui forment ce collectif et de donner de la visibilité au vaste réseau de groupes et projets musicaux qu’ils essaiment autour d’eux. Enfin, ils souhaitent mettre en œuvre une activité de création musicale qui soit propre au collectif sous la forme d’un orchestre à géométrie variable qui sera le laboratoire vivant de leurs travaux et de leurs expériences.Initiation

Les primaires de Fauriel

Une action pédagogique a été mise en place avec la classe de CM2 de l’école primaire Fauriel.

De septembre à octobre dans le CM2 Primaire Fauriel

Elle débute en septembre intra-muros avec une initiation des élèves présentation par Mme Pascale Prévosto, institutrice de l’histoire du jazz, de sa structure musicale, de l’improvisation, aux Big Bands et à la voix ; atelier (exercices ludiques sur la voix, le rythme et l’improvisation, techniques de soundpainting).d’une heure animé par Yannick Prudent (contrebassiste) et Anne-Laure Correnson (chanteuse de Jazz) ; découverte de l’exposition avec Pauline Bayard et Jeanne Gavillet(photographe et Les dessinatrice de l’exposition « Swing Buddy ») ; travail plastique avec les enfants qui vreeont leurs œuvres présentées lors de l’exposition et iparticiperont au vernissage musical avec deux chansons accompagnés d’un chœur amateur et du Trio Anouman. : capatation video, un cahier pédagogique sera une trace du projet « Swing Buddy ».

Anne-Laure Correnson, animant l’atelier pour la classe scolaire et chanteuse du « Trio Anouman » qui se produira lors du vernissage musical. Après un Master I à « The University of the West of Scotland » à Ayr en Ecosse, Anne-Laure effectua un Master II Recherche « Musique et Musicologie » entre Saint-Etienne et Glasgow et termine aujourd’hui un Master II « Administration et Gestion de la Musique » à Saint-Etienne. Après un stage de cinq mois à l’Opéra Orchestre national Montpellier Languedoc-Roussillon, elle vient obtenir le poste de médiatrice culturelle dans cette structure pour la saison prochaine. Elle a suivi une formation de piano classique, d’analyse musicale, d’histoire de la musique, de danse classique et jazz et de création chorégraphique. Elle se découvre une passion pour le chant à la faculté de musicologie, qu’elle pratique aujourd’hui au sein de différents projets intégrant aussi bien de la musique classique que du jazz.


Rencontres débats

Fusions

Afin de proposer un temps de parole autour du swing, deux rencontres/débats avec le guitariste Simon Rochetain qui évoquera les thèmes de Django Reinhardt et le percussionniste et DJ/Producteur « Kaffe Crème » (Victor Dijoud), quant à lui, abordera les différents liens existant entre le swing -et plus largement le Jazz- et la musique électronique depuis ses débuts.

Rencontres/débats, 9 octobre de 14h à 16h, Maison de l’Université, Rue Tréfilerie, Saint-Étienne

De 1935 jusqu’à sa mort en 1953, Django Reinhardt créa et enregistra plus de quatre-vingt thèmes. Ceux-ci s’échelonnent ainsi sur une période charnière de l’histoire du jazz, marquée par le passage du swing au be-bop. Django perçoit ces différents courants et la transition entre ces deux périodes à travers ses yeux de musiciens français (et manouche), faisant également preuve de curiosité envers la musique « classique » ou « exotique ». Ses thèmes se trouvent ainsi caractérisés par différentes esthétiques dont le regroupement en différentes catégories permet de souligner certaines inspirations ou choix esthétiques clairs chez Django.Cette conférence permettra de mettre en évidence une incroyable diversité d’influences dans la musique de Django que nous pouvons retrouver à travers ses différents thèmes, ainsi qu’une capacité d’assimilation hors du commun. Nous ferons ainsi écho lors de cette rencontre à la musique d’Armstrong, de Parker, mais aussi à celle de Bach, Ravel, ou encore à la chanson française ou à la musique cubaine.

Simon Rochetain, animant la rencontre/débat sur les thèmes chez Django Reinhard et guitariste du « Trio Anouman » qui se produira lors du vernissage musical : Simon Rochetain étudie laguitare jazz au Conservatoire de Saint – Etienne avec Jean – Paul Hervé. Il joue dans diverses formations musicales et enseigne la guitare au sein de différentes structures en Loire et Haute – Loire. Il est membre du collectif « Jazzmine ». En 2013, il termine un Master II Recherche « Musique et Musicologie » dans lequel il consacre son mémoire au musicien Django Reinhardt.

Yannick Prudent, animant l’atelier pour la classe scolaire et contrebassiste du « Trio Anouman » qui se produira lors du vernissage musical.Titulaire d’une licence de musicologie, Yannick a suivi une double formation en contrebasse au Conservatoire de Saint-Etienne : classique et jazz. Il joue au sein de plusieurs formations : Corps à Cordes (chanson jazz), La machine à guincher (guinguette), Musica (orchestre symphonique), etc


Live

Kaffe Creme, Trio Anouman

Un vernissage musical clôturera les rencontres de l’après-midi, avec la complicité du trio de Jazz vocal  « Trio Anouman » et du jeune DJ/Producteur « Kaffe Crème » qui interprètera un set swing spécialement conçu pour la soirée. Ce vernissage sera aussi l’occasion de rencontres et d’échanges entre les différents publics de « Swing Buddy », les acteurs du projet -artistes et partenaires-, mais aussi les amateurs de jazz, de musique électronique, ou simples curieux souhaitant découvrir le swing et passer un beau moment.

Vernissage musical le 9 octobre à 20h, (Le Remue-Méninges, 59 Rue Désiré Claude)

Victor Dijoud / « Kaffe Creme », animant la rencontre/débat sur les liens entre le swing et la musique électronique et DJ interprétant le set électro/swing du vernissage musical

Originaire de Saint–Etienne, composé d’une chanteuse, d’un contrebassiste et d’un guitariste, le Trio Anouman joue une musique jazz au sens large du terme, adapté au son particulier de leur effectif. Leur nom est issu d’un morceau de Django Reinhardt : Anouman. Ce titre pourrait être inspiré par le dieu hindou Hanuman, faisant ainsi référence aux origines manouches de Django. Une autre signification pourrait s’ajouter à celle-ci, puisqu’il pourrait également s’agir de l’orthographe reinhardtienne de l’anglais « A new man », montrant la volonté de Django au début des années 1950 de jouer une musique « nouvelle », fortement marquée par le be-bop. L’alliance de ces deux significations du mot Anouman fait écho pour les membres du trio à la manière dont ils envisagent leur musique. Ils gardent toujours à l’esprit l’origine du jazz, c’est-à-dire une musique populaire, dans la manière dont ils ont construit leur répertoire ainsi que dans leur façon de le jouer. Quelques standards de jazz réarrangés pour le son original de leur trio se mêleront à l’énergie d’airs tziganes. A chaque fois, que ce soit par les arrangements proposés ou par l’ajout de titres plus récents aux accents soul et groove, ils s’efforcent d’apporter une touche de modernisme et de jouer une musique en lien avec celle de leur temps Pour écouter c’est ici https://soundcloud.com/trio-anouman Après un DEM de percussions classiques au Conservatoire de Saint Etienne, Victor Dijoud est aujourd’hui étudiant au Cefedem de Lyon. Curieux et passionné, il choisit de s’investir dans de nombreuses formations musicales du Jazz au Hip Hop en passant par le Rock et la Funk. Il y a six ans, il débute son projet électronique « Kaffe Crème » en se servant de ses différentes inspirations pour créer un style musical unique et coloré. Avec lui, pas de doute : le groove et la danse sont des invités permanents !

Read More « We like « Swing Buddy » »

Design citoyen à Saint-etienne

L’agglomération de Saint-Etienne relève le défi des pratiques collaboratives à travers le design. Par Emmanuelle Gallot Delamaizière.

 

Design participatif 300x143 Design citoyen à Saint etienneDesign participatif paru dans Traits d’agenceTransport, consommation, travail, projets urbains, NTIC… Les pratiques collaboratives impactent l’ensemble de la société. Elles apparaissent comme des alternatives aux systèmes productif, politique et décisionnel traditionnels ébranlés par la crise. Elles amènent à réinterpréter le lien social, le rapport à l’usager, les modalités de diffusion de l’information et de l’expérimentation. Elles inspirent désormais les collectivités locales, àl’image de Saint-Etienne et de la mise en œuvrede sa stratégie de développement positionnantl e design comme levier écono- mique, mais aussi territorial et social, dans le cadre de démarches pilotes mettant au cœur des process la co-conception, l’innovation et le partage d’expériences.

L’écosystème

La mise en œuvre de cette stratégie semble s’être construite par étapes autour de plusieurs phases successives ou concomitantes : amorce de la dynamique fortement portée politiquement et marquage du territoire par la construction d’objets architecturaux singuliers; acculturation du milieu local – politique, technique, économique – par le projet ; quête de visibilité extérieure et démarche de marketing territorial… Elle a de plus bénéficié de la concordance de plusieurs éléments moteurs : la présence historique d’une école supérieure d’Art et de Design ; la création

d’un centre d’innovation et de recherche, la Cité du Design, avec ses dispositifs d’accompagnement spécifiques Living Lab ou Laboratoire des usages et pratiques innovantes ; une source de financementdes projets permise dans le cadre d’un Grand Projet  Rhône-Alpes ; une reconnaissance et une ouverture aux réseaux extérieurs acquises à travers la Biennale, l’adhésion au réseau Unesco « villes créatives » ; l’intégration par la collectivité d’une fonction de design management dans la conception et le déploiement des politiques publiques.
La création d’un véritable écosystème autour du design
L’ensemble de ces paramètres permet de construire un véritable écosystème local autour du design, susceptible d’être source d’attractivité. Un des défis à surmonter aujourd’hui est sans doute l’appropriation de cette dynamique par les habitants. Depuis cinq ans, des expériences innovantes de col-laboration collectivité/habitants usagers sontmises en place, réinterrogeant les manières de concevoir le projet et la prise en compte de la participation citoyenne. Elles s’articulent autour du design de service public et du design participatif et visent à positionner le territoire stéphanois comme un laboratoire d’expérimentation dans la prise en compte de l’innovation par les usages.

Les collectivités locales dans la boucle
Depuis 2013, les collectivités locales se sont saisies du design pour réinterroger la place de l’innovation dans leur fonctionnement interne. La démarche s’est focalisée sur la prise en compte de l’usager, à la fois raison d’être des services et élément suffisamment fédérateur et consensuel pour impulser le changement. Elle s’est déclinée en projets prenant en compte la notion d’expertise d’usages pour améliorer la fonction d’accueil d’un lieu public, avec le projet « Hôtel de ville de demain » et en actions de réflexion collective autour du design d’action public comme les « Managériales », « Ré-enchantez l’action publique» ou « la Manufacture d’action publique ».

Démocratisation culturelle

Design citoyen 300x219 Design citoyen à Saint etienne

Depuis 2010, plusieurs projets participatifs à l’initiative des institutions locales ont vu le jour. Ils visent notamment la création d’espaces publics éphémères comme la « Cartonnerie » co-construite par et pour les habitants ou pérennes comme l’aire de jeux du Parc François Mitterrand réalisée en collaboration avec le Conseil municipal des enfants.
Ils contribuent à la rénovation par étapes d’écoles stéphanoises en faisant travailler côte à côte équipes pédagogiques, enfants, designers et services techniques municipaux dans le cadre de « Je participe à la rénovation de mon école ». Ils investissent les quartiers « en creux », ne bénéficiant pas de l’éclairage de grands projets urbains, en associant les compétences design à l’élaboration de projets co-conçus avec les habitants dans le cadre des conseils de quartiers (Design dans les quartiers). Des projets qui permettent également une démocratisation culturelle du design auprès des Stéphanois.

Muséomix, les geeks inventent le MIA

Pour sa troisième édition, le Muséomix, manifeste voulu par un groupe d’amis lyonnais pour un Musée « read and write », a ouvert son modèle et essaimé.

Read More « Muséomix, les geeks inventent le MIA »

Forum démocratie locale : une porte entrouverte

Au Centre des Congrès, l’équipe municipale a officiellement lancé les Assises de la démocratie locale samedi 8 novembre, une gestation de 9 mois jusqu’ en juin 2015. Proximité vaut-il participatif ?

Read More « Forum démocratie locale : une porte entrouverte »

Saint-Etienne en tête des villes où déménager.

Saint-Etienne a depuis une trentaine d’années une démographie négative. Le classement de « changer de ville » casse cette image d’Epinal. Saint-Etienne arrive en tête des villes de moins de 200 000 habitants auprès de la communauté de ceux qui souhaiteraient changer de ville et de vie. Entretien à propos de ce gap avec Cyril Esnos gérant de « Changer de ville ».

Read More « Saint-Etienne en tête des villes où déménager. »

La révolution Cloud Loire

L'intelligence du Cloud

Le 3 avril 2015, la planète informatique, télécoms et téléphonie avait rendez-vous au stade Geoffroy Guichard. Le Cloud Loire était baptisé et les leaders équipementiers, Aastraa, Cisco, Microsoft venaient soutenir leurs protégés « Cloud Loire ».

Microsoft France est un soutien de poids pour Cloud Loire.  « Microsoft a adhéré en trois semaines au projet » explique Thierry Veyre. Le baptême du Cloud s’est passé sous les meilleurs augures. Microsoft et Aastra avaient délégués des cadres pour adouber le projet Cloud Loire.  Numelink et Saint-Etienne métropole étaient également présents au salon, conscients des enjeux pour la Loire.  Dominique Paret,  directeur SEM et ingénieur Télécom,  a pu exprimer le souhait de développer des zones industrielles à forte valeur ajoutée numérique. Pour la Loire comme territoire, c’est l’occasion de  soutenir un partenaire innovant, axé sur les usages :  « L’important n’est pas de vendre du débit mais des usages », explique Caroline Nigdelian, responsable de la communication d’Axione.

La solution Cloud

Cloud Loire est une  offre de service porté par le consortium de Services 2i, TDP-IP et e-liance. Ce service permet aux entreprises d’accéder, via des liaisons fibre optique sécurisées et sans limite de débit, à des services numériques ( téléphonie, télécoms et informatique) hébergés à distance.  Grâce à l’alliance des trois métiers de la téléphonie, des télécoms et du numérique, l’offre Cloud devrait permettre le travail collaboratif entre les entreprises  et simplifier la gestion de leur système d’information en virtualisent leurs outils informatiques. Un atout pour la Loire avec ce Cloud pur produit de Région.  Les data centers (salles d’hébergement) sont en effet situés à Roanne, mais aussi à Limonest, Valence et Villeurbanne.

Que va t-il sortir du laboratoire du Cloud ?

 L’intelligence stratégique de Cloud Loire et Cloud Expert est de partir de scénarios d’usage. Pour cela, ils ont travaillé avec une vingtaine de clients tests.  Le laboratoire « Cloud « intéresse les usages modernes des entreprises qui partagent des fichiers lourds et veulent des processus fiables et évolutifs.

Cloud loire 3 300x225 Météo sereine pour le Cloud Loire
Cloud loire. Photo Michael Dias

« Cloud Loire » offre une sérénité avec un label et des processus. Les avantages du Cloud Loire  sont évidents pour le client : continuité entre les usages de téléphonie, de télécoms et de numérique, réponse et interlocuteur unique, expertises métiers. La brique de bureau virtuel est hébergé chez un serveur à Roanne ou à Lyon. "On peut lui faire poser les mains sur le serveur. On domine le système. On vend du cloud palpable » explique Thierry Veyre, Président de Services 2i qui souhaite « rapatrier le Cloud en Région et  le rendre palpable ».


Les dirigeants de Cloud Loire Thierry Veyre, Thierry Chapelon et Thomas Hernandez au micro de Jean-Pierre Jusselme


Ces trois entreprises fédérées réalisent ensemble un CA de 4,5M d’€.  Leur discours marketing est bien rôdé. "Avec une solution globale informatique, téléphonie et télécoms, le Cloud Loire vend de la sérénité » explique Thierry Veyre. « Nos concurrents sont des généralistes alors que nous offrons un service hyper pointu et en même temps une offre complète". Le Cloud est donc une opportunité réelle de croissance, estimée à + 20% . La proposition de valeur est immédiate  pour les clients finaux «  une offre qui évite  l’effet ping-pong entre les prestataires ».  Les partenaires clefs sont  des entreprises du numérique en Rhône-Alpes et le groupe Axione sur 17 plaques très haut débit.  

 
 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

La révolution Cloud

Lénine disait « la Révolution, c’est les soviets et l’électrification ». La révolution Cloud, c’est les services externalisés  de la téléphonie, des télécoms et du numérique et des outils plus collaboratifs, productifs et sécurisés.  « Choc de simplicité » et offre de service « complet ».

Cloud Loire garantit l' ATAWAD » :  Anywhere, Anytime, Any device.  N’importe quand, de n’importe où et avec n’importe quel terminal. Le travail en commun des trois briques métier assure une stabilité de sécurité. « On veut apporte un choc de simplification » explique Thierry Veyre.


Sur le salon au micro de Jean-Pierre Jusselme,  Caroline  Nigdelian d’Axione/Lotim , Bernard Ourghanlian (Microsoft France), et Didier Berger (Client)


« Cloud Loire nous a accompagnés pour centraliser l’informatique de nos sites sur nos serveurs hébergés dans un datacenter sécurisé et accessibles par fibre optique haut débit, " explique Emmanuel Peyron, responsable informatique d’ALIANTIS. Pour nos 80 collaborateurs, c’est un gain de confort et d’efficacité majeur. Ils partagent les dossiers et les fichiers, utilisent une messagerie unique, accèdent à leurs documents depuis leur bureau, chez les clients ou en déplacement. Nous avons créé de nouveaux services comme l’accès des clients à leur comptabilité et à leurs documents. Les liens vers le datacenter ( 6 points, dont aucun à Saint-Etienne ndlr) sont fiables et stables. Et des liaisons de secours existent en cas de problème majeur.  »

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enfin un article sur Paroles et Musiques avec un titre sans jeu de mots…

Fauve. Stromae. Barrilla Sisters. Doorsfall. Du soleil, des hamburgers et des frites. On y était.

Read More « Enfin un article sur Paroles et Musiques avec un titre sans jeu de mots… »

Les nouveaux enfants de Michael Jackson

Non Michael Jackson n’est pas mort ! Son esprit survit dans l’âme de ces millions de fans qui, à travers la planète, ne cessent de propager son message. Parmi eux, Sly, lui, a une histoire sensiblement différente des autres..

Read More « Les nouveaux enfants de Michael Jackson »

« Il faut inscrire les traboules de Saint-Etienne au Plan local d’urbanisme » Muriel Decitre-Demirtjis

Avec Muriel Decitre-Demirtjis, on dépoussière les ruelles obscures et les arrières cours privatisées, témoins d’un passé glorieux. Et on pousse un coup de sirène pour leur protection.

Publié aux éditions Actes Graphiques, l’ouvrage de Muriel fait la part belle aux photographies de Patrice Barrier et aux sténopés de Jacques Prud’homme pour dévoiler un patrimoine architectural caché. Cette professeur de droit et d’architecture à l’école Condé de Lyon révèle notamment le déficit de communication autour de ce patrimoine. A travers une déambulation dans des cours et arrière cours, elle vous dévoile les chefs d’œuvre architecturaux méconnus :  cours alchimiques, rubanière, traboules liées au travail de la soie, périodes sombres de la Résistance…, escaliers du XVIe au XXe siècles.

 

St etienne insolite 1 Il faut inscrire les traboules de Saint Etienne au Plan local durbanisme Muriel Decitre Demirtjis

La préface est signée Jacques Stribick, ancien conseiller en charge de la valorisation de l’image de la Ville comme un plaidoyer pour une gestion raisonnée de ce patrimoine unique. « On ne peut classer les traboules, mais préserver un cheminement en les inscrivant au plan local d’urbanisme pour éviter qu’elles soient détruites par des immeubles modernes. » explique Muriel, qui insiste également pour étendre aux cours intérieures  » la zone de protection architecturale à la la zone sud ».  Muriel Decitre-Demirtjis, souhaite transmettre le fruit de ses découvertes historiques et architecturales à tous les amoureux de leur ville. L’auteure nous emmène à la découverte des traboules.

St etienne insolite 1 300x168 Il faut inscrire les traboules de Saint Etienne au Plan local durbanisme Muriel Decitre Demirtjis

Les traboules, notre réseau

Une parmi d’autres, la traboule qui fait le passage de la rue Léon Nautin à la rue José Frappa héberge aujourd’hui l’entreprise « Un centième », atelier de Designer pluridisciplinaires et d’architectes. L’équipe de  a rénové l’atelier BALP, spécialiste d’armes blanches, resté longtemps une friche. Il abrite aujourd’hui sur deux étages les activités de ce collectif talentueux.


Les cours : Notre grotte de Lascaux !

Au 25 rue de la Ville, avec façade 19eme, une cour renaissance. Galeries, escalier en vis et des descentes d’eau : Notre grotte de Lascaux !

Les escaliers, prouesse d’architecte

Situé 5 place du Peuple, l’hotel particulier (17eme siècle) avec jour central de la famille de Rochetaillée

Biennale Design

L’enquête citoyenne design 2017 est lancée.

Read More « Biennale Design »

L’économie stéphanoise (enquête citoyenne)

L’économie est au coeur de nos préoccupations quotidiennes.  Qui peut dire par exemple si Casino est un acteur loyal de la Ville ? Qui peut mesurer l’ impact sur la Ville du projet Steel ? Quelle force du design ? Quelle reconversion ? Quels résultats pour l’équipe de Gael Perdriau ? Quels jeunes pousses et quels innovations numériques pour la Métropole ? Quels acteurs forts ? Quelle place des écoles, des Universités ? Quelles investissements de l’Economie sociale et solidaire ? Fort de son collège de citoyens et de son approche transversale de la question, une vue exhaustive de la stratégie territoriale économique de saint-etienne.

Read More « L’économie stéphanoise (enquête citoyenne) »

Bilan des mandats de la culture à Saint-Etienne

Pourparlers propose d’enquêter, de donner à voir l’état de la culture, les grands projets culturels, les dynamiques associatives de la culture à Saint-Etienne. Les acteurs, les réseaux réels, les budgets, les projets, les réalisations. Un état des lieux complet des acteurs et de leurs stratégie. Et si on ouvrait le dialogue sur la culture ?

Read More « Bilan des mandats de la culture à Saint-Etienne »

Saint-etienne la solidaire, mythe ou réalité ?

Saint-Etienne a une histoire. La solidarité au présent. Et au futur. Une histoire. Un état des lieux. Une projection. Une enquête citoyenne Pourparlers. Read More « Saint-etienne la solidaire, mythe ou réalité ? »

Red is dead essore la Biennale du Design

Le design à Saint-Etienne c’est la Cité du Design et avant tout la Biennale. Autopsie du teaser de la Biennale 2013. En 24 images secondes, il va falloir sortir les scalpels en 3D bientôt !

D’abord je suis un vieux designer qui fait encore des paniers à salades ! – J’ai un intérieur Ikea et une Peugeot même pas hybride ! le suspense est entier ! et la chute du teaser c’est qu’entre 2 biennales c’est le grand vide à Saint-Etienne, regardez la cité du design est une grande boite vide, désaffectée ! Ici on est en pleine crise économique, et le design est le premier à avoir ramassé apparemment ! Plus rien, plus personne à par une employée municipale à qui Jean Dasté n’a pas laissé un souvenir impérissable, parce que même exploser de rire c’est pas facile !


Et si on prenait le film jusqu’à l’arrivé du vieux designer à la cité du design :

– première fin possible : un vélo au centre de la pièce, et le slogan,  » prends ton vélo t’auras l’air moins con ! », Š. le design c’est améliorer le quotidien de l’homme mais à Saint-Etienne où il y a les velib’ et bien notre designer arrive sans utiliser les transports en commun, ni les vélos, il prend sa bagnoleŠ et son vélo , il s’y assoie dessus ! Le symbole du passé industriel de Saint-Etienne sans qui la cité du design n’existerait pas !

– Deuxième fin possible : Je pensais que le vieux designer aurait pu arriver dans une salle plein de jeunes étudiants, parce que la cité du design c’est avant tout des étudiants , une école . . . Ces étudiants pourraient travailler sur le voyage dans le temps de la biennale de Novembre à Mars, . . . tiens, la téléportation c’était le thème de la dernière biennale! ( et là on est dans une approche du design qui est bien au-delà du panier à salade !). Tiens panier à salade, faut-il y voir panier à salade ou panier à salade. Hortefeux ou Vals ?

– Deuxième-Bis fin possible : le vieux designer arrive, pousse les portes et dit : – je suis bien au musée de la mine, . . . mais ils sont où les pendus ? et la femme rigole aussi , . . . avec les dents noires de charbon !

– Troisième fin possible : et si notre vieux designer poussait les portes et (avec toute la symbolique freudienne du passage des portes) il se retrouve dans un saut spatio-temporel qui l’emmène au printemps 2013, pas celui de Pinault, mais dans un univers plutôt à la Kenzo, un peu bucolique, féérique , un printemps plein de gaité, de couleurs, de fête, d’euphorie, comme un shoot planant à la « Enter the Void » ( Long métrage de Gaspar Noé) qui donne envie d’aller à cette biennale !

– Quatrième fin : le designer arrive et c’est la file indienne, une queue de 100 mètres, tous avec un panier à salade en plastique ! dans cette queue il y a Stark, Villemotte, Jourdan, Rudi Baur, Neville Brody avec des tickets de rationnement, Š et le slogan serait  » le biennale, la grande soupe du Design », et en base-line ,  » il faut s’adapter à son époque ! »

– Cinquième fin, enfin non, un film différent ! une références à KissCool ! C’est 2 bêtes étranges en hommage à l’affiche de la biennale 2013, l’un dit à l’autre :

-ben, pourquoi t’as rasé tes poils ?

– ben c’est normal, la biennale c’est plus en novembre, c’est en mars

– toi tu connais pas Saint-Etienne !

Voilà pour la fin de cette petite autopsie de teaser ! un vieux designer qui va retrouver sa femme qui bosse à la mairie et qui ne lui a pas préparé, ni essoré la salade, je comprends qu’elle puisse se foutre de sa gueule !

Design de réemploi : la révolution venue de Cuba atterrit à Saint-Étienne

Pourparlers s’invite à la révolution du Design de réemploi. Une jolie bouture de cette révolution écologique et humaniste prend racine à Saint-Étienne dans la canopée design. Pourparlers effeuille les étages de cette fusée.

Design symbiotique, biocénose alimentaire, villages de villes sont des alternatives écologiques et économiques au schéma classique production/usage/élimination. La révolution du Design de « réemploi » peut toucher tous les domaines, de la vie courante, de l’intime du foyer jusqu’aux espaces publics de la Cité et de l’Urbanisme. Explorations de l’echo-system d’Open sources.

 Design et déchets un oxymore ?

Design et déchets, un oxymore ? Pas certain. Avec les crises, ce design de réemploi pourrait prendre la vague, et devenir le « hype » absolu. Equation simple : le design classique est lié à l’obsolescence programmée. Il alimente une surabondance d’objets et de produits pour « faire tourner la machine ». Produisez, marketez et vous aurez l’abondance ! Le Design classique est l’ultime avatar de l’urbanisme de la révolution industrielle. Le Design de réemploi rebat les cartes. Le réemploi n’est pas le recyclage. Il donne une seconde vie aux objets mais « en les respectant dans leur identité, leur mémoire, et surtout, la forme des matériaux ». La Révolution est venue de Cuba. Face à l’embargo et à une pénurie de matériaux, les designers locaux (la population) ont inventés ou réinterprétés les matériaux à portée de main. Ernesto Oroza attire notre attention sur l’émergence de l’industrie vernaculaire à Cuba et la notion de désobéissance technologique. Leur révolution du « petit arrangement avec l’objet » a connu l’intérêt jusqu’à devenir des modèles pour les designers de la planète.

 Une bouture à Saint-Étienne

Cette bouture iconoclaste est en phase incubatoire à Saint-Étienne. Open sources est un collectif de designers, architectes, menuisiers, hébergé et accompagné par le Comité d’animation pour tous sur le parc de Montaud (CAPM). Le collectif œuvre dans des locaux prêtés par la ville de Saint-Étienne. Les membres se prêtent en contrepartie à des séances d’animation vers les enfants à l’éco-conception, à la sensibilisation aux déchets et au réemploi. La ville fait ainsi coup triple : investir le champ du design de réemploi, accompagner souplement de jeunes pousses, mener des actions de sensibilisation au développement durable dans le champ de l’économie sociale et solidaire.

Le travail d’Open Sources commence à trouver place publique. Open sources et Baptiste Menu ont ainsi scénarisés l’espace du dernier salon Tatou juste lui donnant cohérence et profondeur de champs, qualités qui faisaient sans doute défaut aux précédentes éditions. Et un rendez-vous est programmé pour la Biennale du Design.

Monter une filière Design de réemploi.

L’atelier de Montaud fonctionne à l’échelle de l’artisanat et du prototype. L’atelier de Montaud est donc comme un laboratoire local pour « Jouer et travailler avec la complexité du réemploi ». L’enjeu dépasse l’artisanat. L’ambition est d’entrer dans un processus de design pour valoriser les déchets et passer à l’échelle d’une filière « Nous sommes là pour interroger la vocation industrielle du réemploi. » La seconde étape est donc la création d’une filière maitrisée des déchets comme celle d’Envie pour la niche des déchets informatiques et électroménagers. Le modèle économique reste à trouver. Courent-ils après une chimère ? Mission impossible ? La greffe « post mortem » d’objets morts à leur 1ere vie d’usage peut-elle prendre au niveau du corps industriel ?

 Une troisième révolution industrielle ?

Le Design, dernier avatar du capitalisme consumériste et comme son aile avancée, va t-il disparaître avec la fin des ressources abondantes ? En clair, la crise écologique sonne-t-elle l’arrêt du design marketing pour un design du réemploi ? Il reste à trouver le modèle économique, industriel – peut être dans un mix idéal public/privé – derrière l’innovation sociale. Le défi n’est ni artistique (bien sûr on pense à Marcel Duchamp et à la révolution dada), ni même artisanale. Le cap de Bonne espérance aussi bien pour « Open sources » est le process industriel. A l’échelle du monde, quelques réalisations d’ingénieurs venus d’une autre planète trouvent déjà souche comme la ville danoise en totale symbiose industrielle de Kalundborg. Pourquoi ne pas profiter des synergies permises à Saint-Étienne autour du CIRIDD et accompagner localement cette transition?

Pourparlers s’interroge donc avec Open sources sur la vie de nos objets « marketés », condamnés à une vie éphémère car programmés pour l’obsolescence. Et pourparlers donne une petite tape amicale à ce projet concentré d’énergie grises, de valeurs écologiques et humanistes. Un programme ? Non un défi !

 Jean-Pierre Jusselme

Enregistrer

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
X
%d blogueurs aiment cette page :